Jumeaux Saint-Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nés à Aix-en-Provence le 30 mai 1980, les jumeaux Saint-Vincent, Raphaël Saint-Vincent et Olivier Saint-Vincent, sont des auteurs français, essentiellement de guides pratiques. Leur travail porte sur deux centres d'intérêt : le close combat et les humanités. Les jumeaux Saint-Vincent sont membres de la Société des gens de lettres et sont tous deux titulaires de la médaille de bronze de la jeunesse, des sports et de l'engagement associatif.

Le close-combat[modifier | modifier le code]

Formés auprès du colonel Guy Miletto, en 2002 ils sont nommés chefs du Bureau Instruction de la Fédération des clubs de close-combat (aujourd'hui Fédération de close-combat et de recherche en défense tactique). Ils développent, avec le soutien du lieutenant-colonel Raymond H.A Carter et du commandant Raymond Muelle la pédagogie et la didactique de cet art de combat au travers de supports écrits et visuels, dans la volonté constante de revenir à l’origine de la discipline, conçue comme « art de la neutralisation ».

Le cinéma et la philosophie[modifier | modifier le code]

Parallèlement à leur activité sportive, les Jumeaux Saint-Vincent sont maîtres en lettres classiques. Cette formation dans les humanités expliquent leur intérêt pour le septième art et la philosophie. En 2001, ils fondent le premier syndicat des artistes du storyboard (la Fédération nationale des storybardeurs français), et participent à la revue Storyboard[1] en tant que conseillers de la rédaction.

Ils ont d'autre part collaboré au lancement de l’université populaire de Boston, avec le soutien de Michel Onfray en mars 2007[2]. Dans le Manifeste du philosophe-voyou, ils exposent les fondements de leur philosophie ; pratique, elle est vaccin contre l’adversité et le mal. Ils approfondissent l'intuition d'une pensée voyou via leurs cours à l'Université populaire de Boston[3]. Olivier Saint-Vincent est aujourd'hui professeur de lettres classiques et de philosophie à l'École internationale de Boston[4], le Lycée International de Boston.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]