Julius von Hann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hann.
Julius von Hann
Julius von Hann.jpg

Julius von Hann

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Employeurs
Distinctions
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Médaille Buys Ballot () +

Julius Ferdinand von Hann (né le , mort le (à 82 ans) à Vienne (Autriche)) est un météorologue autrichien. Il est considéré comme le père de la météorologie moderne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie les mathématiques, la chimie et la physique à l'Université de Vienne. Il dirige l'Institut central de météorologie de Vienne de 1887 à 1897. Il est professeur de météorologie à l'Université de Graz (1887-1890) et professeur d'astrophysique à l'Université de Vienne (1890-1910).

Fenêtre de Hann[modifier | modifier le code]

En traitement du signal, la fenêtre de Hann est une fonction de fenêtrage appelée fonction de Hann (en), terme créé par Ralph Beebe Blackman et John Tukey en hommage à Julius von Hann dans un article scientifique paru en 1959[1].

Dans cet article en anglais, le fait d'utiliser la fenêtre de Hann sur un signal est appelé le « hanning » de ce signal. La fenêtre de Hann y est fréquemment appelée « fenêtre de hanning » (sans majuscule), où « hanning » est employé en tant que substantif d'action. La similitude de cette expression avec celle de « fenêtre de Hamming », une autre fonction de fenêtrage nommée après Richard Hamming, explique sans doute pourquoi la forme « fenêtre de Hanning », pourtant incorrecte, est désormais la plus courante.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Die Erde als Ganzes, ihre Atmosphäre und Hydrosphäre, 1872
  • Handbuch der Klimatologie, 1883
  • Atlas der Meteorologie, 1887
  • Lehrbuch der Meteorologie, 1901

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ralph Beebe Blackman et John Tukey « Particular Pairs of Windows » dans The Measurement of Power Spectra from The Point of View of Communications Engineering, New York: Dover, 1959, pp. 98-99 (ISBN 978-0-486-60507-4)

Source[modifier | modifier le code]