Julius Spier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spier (homonymie).
Julius Spier
[[Fichier:<xapMM:DocumentID>adobe:docid:photoshop:d592c3ac-6685-11d7-9c34-d18b0c6ae864</xapMM:DocumentID>|frameless|upright=1.2]]
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Wolfgang Spier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Julius Spier (18871942), était un psychologue et chirologue juif allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julius Spier, né en avril 1887 à Francfort, fut d'abord directeur de banque au sein de la Beer, Sondheimer & Co dans sa ville natale. En 1925, sa vie bascule : il fonde les Edition Iris, suit une formation de chant classique et se rend à Zurich à la rencontre de Carl Gustav Jung. Il entre en analyse et se forme auprès de lui deux années durant. Jung l'incita a faire de la "psycho-chirologie" son métier, eut égard à son don pour lire dans les lignes de leur main les aptitudes et le caractère des gens.[1] Il ouvre en 1930 un cabinet à Berlin, où il se spécialise donc dans l’établissement de diagnostics médicaux à partir de la morphologie et des lignes de la main, et il développant à partir d'eux une approche thérapeutique inspirée de l'enseignement Jungien. Après avoir divorcé de sa première femme (dont il avait eu deux enfants, Ruth et Wolfgang), poussé par les persécutions nazi, il émigre à Amsterdam où sa sœur réside déjà. Il y ouvre un cabinet et sa technique de chirologie connaît un certain succès ; elle semble avoir été stupéfiante et fascinante pour beaucoup de ses contemporains, d'aucuns lui reconnaissant une "personnalité magique"[2].

Son nom est associé à celui d'Etty Hillesum, jeune femme hollandaise d'origine juive, qu'il soigne de 1941 à sa mort en 1942 et sur laquelle il aura une profonde influence psychologique et spirituelle. C'est le journal intime d'Etty, Une vie bouleversée, qui a contribué à faire connaître la chirologie, et sa personnalité. Julius a 54 ans quand Etty le rencontre pour la première fois, le 3 février 1941, au 27 Courbetstraat à Amsterdam. Nouant une étroite relation avec lui, elle devient à la fois sa secrétaire, son élève et amie. Quels que soient les réserves que l'on peut émettre quand à sa déontologie de praticien, il est une figure essentielle du cheminement spirituel de la jeune femme, qui, au cours des quelques dix-huit mois que dureront leurs relations, naîtra à Dieu. Dans son journal, elle parle de lui comme l’«accoucheur de [son] âme»[3].

Il est aussi un spirituel : il prie et médite la Bible chaque jour. Il tombe malade au cours de l’été 1942 et meurt le 15 septembre, d’un cancer du poumon.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Proteinkörpertherapie in der Zahnheilkunde Breslau, Med. Diss, (1921)
  • The hands of children : an introduction to psycho-chirology Routledge & Kegan Paul, (1944) sur Google Books.
  • Worden wie je bent : inleiding tot de handleeskunde De Haan, (1982)
  • Worden wie je bent : inleiding tot de handleeskunde / Julius Spier. Met een woord vooraf van Carl Gustav Jung. [Nederlandse vertaling: Administratief Centrum Bergeyk. Tekeningen: Wolfgang-Simons] , De Haan, (1984)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Etty Hillesum, Une vie bouleversée : journal 1941-1943, Seuil, (1984)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Julius Philipp Spier », sur Joods Monument (consulté le 22 septembre 2018)
  2. Etty Hillesum, Une vie bouleversée, Paris, Seuil, , 371 p. (ISBN 9782020246286), Préface à l'édition originale néerlandaise, p. II et III
  3. Etty Hillesum, Les écrits d'Etty Hillesum. Journaux et lettres (1941-1943), Paris, Seuil, , 1088 p. (ISBN 9782020568333)