Julius Natterer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julius Natterer
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Œuvres principales
Construction en bois (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Julius Karl Manfred Natterer, né le à Neukirchen-Haggn et mort le [1], est un ingénieur allemand, professeur de construction en bois à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Julius Natterer a étudié à l'Université technique de Munich, où il a obtenu son diplôme en 1965. Il y est ensuite resté pendant neuf ans en tant qu'assistant. Pendant cette période, il a fondé son propre bureau d'études bois. En 1978, il est nommé à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il y dirige le laboratoire la construction bois (IBOIS / EPFL) qui, selon les idées du président de l'université, Maurice Cossandey, doit donner un nouvel élan à la construction en bois en Suisse[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est aujourd'hui considéré comme l'une des personnalités les plus importantes dans le domaine de la construction en bois[5],[6]. Il est le concepteur de nombreux nouveaux systèmes constructifs en bois massif et planches clouées[7]. Il est également réputé pour ses toits géodésiques qu'il a conçu en bois, notamment celui du Polydôme de l'EPFL en 1991[8],[9] ou celui de l'Expo de Hannovre en 2000.

Julius Natterer, en tant que praticien et enseignant, a rapidement compris que l'ingénierie des structures en bois devait être enseignée de manière mixte aux étudiants en ingénierie et en architecture[10]. Pour développer cette ambition, il initie un cours postgrade en ingénierie et architecture du bois à l'EPFL en 1988 en collaboration avec le professeur Roland Schweitzer. Pionnier de ce type de master à l'EPFL, il y associe le professeur Jean-Luc Sandoz, ingénieur en matériaux et structures du bois, pour porter cette formation à un niveau international.

En 1998, il est le parrain la promotion de l' École nationale supérieure des technologies et industries du bois[11].

Cet expert continue de partager sa passion de la construction bois, bien après avoir pris sa retraite académique en 2005[12].

Julius Natterer est régulièrement cité en référence par les générations qui lui succèdent, notamment lors de présentations officielles qui attraient au développement durable[13].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1976: Prix allemand des structures en métal[6]
  • 1981: Prix de Mies van der Rohe[6]
  • 1986: Médaille de l’Académie d’Architecture[6]
  • 1992: Membre de l'Académie royale des sciences de l'ingénieur de Suède présidé par Lena Treschow Torell[6]
  • 1995: Prix Ernst Pelz et le Merit Award aux États-Unis[6]
  • 1999: Bibliographie de l'histoire suisse [14]
  • 2002: World Award for Timber Structures in Malaysia[6]
  • 2005: awarded the main prize of the Schweighofer Foundation[6]
  • 2005: Désigné champion pour la Terre par la communauté vaudoise, en raison de sa contribution précieuse à la sauvegarde de l’environnement, dans le canton par la fondation Athena et l’Association pour le Développement du Nord Vaudois[15]        
  • 2012: Distinction Monsieur Bois[16]
  • 2018: Lors du 8e Forum International Bois Construction, il reçoit un hommage, aux côtés de nombreux ingénieurs qu'il a formé tout au long de sa carrière, de l'ensemble de ses pairs, ingénieurs et architectes de la construction en bois[17]

La liste exhaustive de ses distinctions sont à retrouver dans son cv et son site internet[18],[19].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

Construire en bois en plusieurs langues

Il est coauteur de plusieurs ouvrages de références au niveau mondial de la construction en bois en plusieurs langues, notamment dans les collections Atlas de la construction et Traité de génie civil de l'EPFL, le volume 13[20],[21].

Constructions[modifier | modifier le code]

Une liste plus complète de ses ouvrages est à retrouver sur son blog personnel[32].

Après sa mort[modifier | modifier le code]

Une exposition retrospective de ses projets, à vocation pédagogique et nomade, est présentée au Forum International Bois Construction 2022 en première mondiale d'abord à Epinal, puis à Nancy[33],[34],[35].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Avis mortuaire de Julius Karl Manfred Natterer », sur pfg-lausanne.ch (consulté le )
  2. EPFL, « Julius Natterer, Professeur honoraire », sur https://people.epfl.ch
  3. https://bois.fordaq.com/news/JuliusNatterer_HermannKaufmann_74275.html
  4. (de) Lignum Vaud, « Julius Natterer in der Waadt als ‹Monsieur Bois 2012› geehrt », sur https://www.lignum.ch,
  5. (de) Sandra Depner, « MENSCHEN «Ich bin nicht der Holzbau-Papst» », sur https://www.holzbau-schweiz.ch,
  6. a b c d e f g et h (en) Peer Haller, « Eminent Structural Engineer: Julius Natterer », sur http://thost-iabse-elearning.org,
  7. « Revue de presse - archives », sur https://www.nattererbcn.com
  8. Jonas Tophoven, « Sous la charpente de La Seine Musicale, L’Expo 2000 comme point de départ », sur https://www.batirama.com,
  9. a et b Eugen Brühwiler, «On devrait beaucoup plus construire en bois... je me permets de le dire en tant que bétonneur», sur https://epfl.magnum3.ch,
  10. (de) Haller, Peer, « Ingenieurporträt: Julius Natterer », sur https://www.db-bauzeitung.de,
  11. « parrainage », sur enstib (consulté le )
  12. François Ploye, « Les experts et passionnés du bois fêtent les 10 ans de Lifteam », sur https://www.batirama.com,
  13. http://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Planches_clouees_cle13219e.pdf
  14. Bibliothèque Nationale Suisse, « Bibliographie de l'histoire suisse », sur https://www.nb.admin.ch,
  15. (de) Informationsdienst Holz, « Einfach Bauen mit Holz, Späte Werke von Julius Natterer », sur https://informationsdienst-holz.de,
  16. « Distinction Monsieur Bois 2012 », sur https://www.batimag.ch,
  17. Forum International Construction Bois, « Programme / Hommage Julius Natterer », sur https://www.forum-boisconstruction.com,
  18. (en) Julius Natterer, « CV Julius Natterer »
  19. (de) « Julius K. Natterer - Prof. honoraire EPFL », sur https://www.nattererbcn.com
  20. Thomas Herzog, Julius Natterer, Roland Schweitzer, Michael Völz et Wolfgang Winter, « CONSTRUIRE EN BOIS », Atlas de la construction, sur https://www.epflpress.org,
  21. Julius Natterer, Jean-Luc Sandoz et Martial Rey, « Construction en bois, Matériau, technologie et dimensionnement », sur https://www.epflpress.org (ISBN 9782880749491)
  22. structurae, « Pont de Vallorbe », sur https://structurae.net/fr,
  23. (en) Walter Klasz, « Polydôme at the EPFL », sur https://www.researchgate.net,
  24. « Eine-Welte-Kirche »
  25. (de) Christoph Pfemeter, « Julius Natterer - 70 Jahre », sur https://www.holzkurier.com,
  26. « Toît Expo », sur https://structurae.net
  27. Luc Debraine, « La tour de bois qui étreint le panorama lémanique », sur https://www.letemps.ch,
  28. Kurt Leuenberger, « Der Wiler Turm hätte schon 1884 gebaut werden sollen », sur https://www.tagblatt.ch,
  29. Milena Chessa, « La capitale de la porcelaine s'offre un Zénith en bois », sur https://www.lemoniteur.fr,
  30. (de) Julius Natterer, « Projet Pavillon du Luxembourg - Shanghai », sur https://www.nattererbcn.com,
  31. Ulrich Arndt, « Christuskirche in Heiligenstadt », sur http://architekt.ulricharndt.co,
  32. Julius Natterer, « Projets », sur https://www.nattererbcn.com
  33. « Première exposition rétrospective d’un grand maître de la », sur www.batirama.com (consulté le )
  34. « Les archives de Natterer dévoilées au Forum Bois Construction », sur Fordaq, (consulté le )
  35. « Les archives de Julius Natterer au 11e Forum Bois Construction - Séquences Bois », sur Séquences Bois (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]