Julius Ernest Wilhelm Fučík

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Homonyme: Julius Fučík, écrivain et résistant.
Julius Fučík
Description de cette image, également commentée ci-après

Julius Fučík

Naissance
Prague, Bohême, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès (à 44 ans)
Berlin, Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Activité principale Compositeur
Maîtres Antonín Dvořák

Julius Ernest Wilhelm Fučík (né à Prague, le et mort à Berlin, le ) est un compositeur tchèque.

Il est surtout connu du grand public pour son Entrée des gladiateurs mais aussi par des marches (Florentiner Marsch) et d’élégantes valses.

Ses compositions s'apparentent à la musique viennoise, à l'instar des compositeurs du XIXe siècle de la dynastie des Strauss, sur des rythmes principalement de valses, polkas, marches, mazurkas ou galops.

Il naît à Prague, alors austro-hongroise. Il est un des nombreux élèves de Dvořák (en composition) au conservatoire de Prague où il apprend le violon et le basson.

À 19 ans, il devient musicien militaire au 49e régiment dans l'armée de l'empire austro-hongrois. Il sera affecté à divers régiments comme musicien et deviendra chef de fanfare. En 1897 il est affecté au 86e régiment d'infanterie à Sarajevo. C'est là qu'il compose l'Entrée des gladiateurs qui avait à l'origine un nom en français : la Grande Marche Chromatique.

À partir de 1900, il donne des concerts à Prague et à Berlin devant plus de 10 000 personnes et sa musique commence à être connue.

En 1913, il se marie et s’installe à Berlin. Il crée son propre orchestre et une maison d'édition pour vendre ses œuvres. Mais l'arrivée de la Première Guerre mondiale ne favorise pas son entreprise.

Démoralisé et affaibli, il tombe malade et meurt à Berlin le 15 septembre 1916, à 44 ans. Il est enterré à Prague. Fučík était l'oncle du journaliste Julius Fučík, exécuté par le régime nazi.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Julius Fučík

Fucik a composé plus de 400 pièces musicales : musique de chambre, chansons, marches, valses, un requiem ainsi que le début d'un opéra : La Rose de Toscane.

Beaucoup de ses œuvres ont disparu.

Fichier audio
The Florentiner March
Florentiner Marsch (1907), jouée par l'orchestre de l'U.S. Navy
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

"Vous avez du talent et du cœur - c'est un don rare." C'est ce qu'a dit le compositeur Antonín Dvořák à son élève Julius Fučík. Il lui a aussi dit en riant: "Je vous vois comme un chef de fanfare militaire qui sera gros et ne fera rien."

On raconte une histoire sur sa composition pour basson intitulée "Le vieux bougon". Un jour Fučík a laissé entendre, devant quelques amis, que cette pièce caractéristique lui avait été inspirée par "le Vieux" c'est-à-dire le commandant de son régiment. L'armée autrichienne étant pleine de rapporteurs, son secret a été bientôt révélé au commandant et ce dernier s'en est offusqué. L'indiscrétion aurait pu dégénérer en une affaire désagréable et même dangereuse pour le compositeur. Dans un accès de colère, le commandant a appelé le musicien, l'a sermonné d'une voix tonitruante et est allé jusqu'aux menaces. Fučík ne s'est pas laissé impressionner et a gardé son calme. Il a expliqué au "Vieux bougon" que la composition n'avait rien de sournois et qu'il était loin de l'intention de tourner en ridicule l'officier vénérable. Il a parlé au commandant du caractère souriant de cette composition pleine de bonne humeur. La colère de l'officier est tombée, mais sa rancune ne s'est pas dissipée pour autant. Il a décidé de soumettre l'œuvre scandaleuse à un examen sévère. Mais le lendemain, après avoir entendu la composition, il a accueilli Fučík avec un sourire et lui a serré la main. "Fučík, vous êtes un crack colossal, a-t-il dit. Eh bien, d'après ce bougonnement ça pourrait être moi, mais, a-t-il ajouté, si je râlais d'une façon aussi, aussi ... "mélodieuse", les soldats se ficheraient complètement de moi ..."[1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anecdotes extraites du site Radio Praha