Julius Baltazar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julius Baltazar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Distinction
Site web

Julius Baltazar, nom de plume de Hervé Lambion, est un peintre, graveur et illustrateur français né le à Paris[1].

Il vit et travaille à Paris et en Corse.

Biographie[2][modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ses premières années d'école sont plus marquées par ses absences que par un intérêt certain pour les études. Après de longues et peu brillantes études primaires, il obtient son certificat. Il intègre l’École de la chambre syndicale de la bijouterie-joaillerie. Dès 1960, il peint ses premières gouaches et rencontre des peintres avec lesquels il visite musées et galeries et y découvre l’art moderne. Il est marqué par Mathieu, Zao Wou-Ki, Tàpies, Benrath

En 1965, il expose ses gouaches et huiles sur papier à la galerie Transposition, à Paris. S’y rendent : Cardenas, Benrath, Camacho, Giacometti, Peverelli…

Rencontre avec Dalí[modifier | modifier le code]

En 1967, il fait la connaissance de Salvador Dalí à l'hôtel Meurice, qui le prend immédiatement sous son aile, le couronnant d’un nom d'artiste (Julius en référence à César et Baltazar pour le roi mage[3]) et l'introduit dans les cercles littéraires et artistiques. Julius Baltazar y fait ainsi la connaissance de Manitas de Plata dont il réalise un portrait gravé sur zinc ()[4]. Dalí le présentera plus tard à Fernando Arrabal pour lequel il réalise sa première gravure sur zinc pour le livre Huevo filosofico comportant deux dessins reproduits au cliché trait, l’un de Salvador Dalí, l’autre de lui-même. C'est d'ailleurs avec le même Arrabal qu'il fonde le mouvement « intra-réaliste » qui naîtra et mourra. Sous cette dénomination, ils monteront une seule exposition de collages et d'objet insolites.

L’année suivante, où Julius Baltazar séjourne à Cadaqués en Espagne, Arrabal filme en « cinépanic huit » la naissance de sept collages intra-réalistes qui seront dévorés lors d’un « banquet panique ».

En 1969, il travaille comme apprenti chez le bijoutier parisien Arthus-Bertrand où il réalise divers joyaux pour têtes couronnées ainsi que quelques épées pour académiciens.

L'amitié avec Dmitrienko[modifier | modifier le code]

En 1971, Julius Baltazar se lie d’amitié avec Pierre Dmitrienko. Peu après, il quitte la joaillerie et crée des patchworks. Il est invité à séjourner et à exposer pour la première fois à Toronto. Son ami Dmitrienko le présente à l'éditeur Georges Visat qui lui apprend les techniques de la taille-douce. II y rencontre Alain Piroir qui, par la suite, deviendra son taille-doucier[3]. La même année, il fait la connaissance d’André Biren, galeriste rue Jacob à Paris qui deviendra l’éditeur de nombre de ses livres et exposera à de multiples occasions ses œuvres sur papier. En 1972, Max Ernst devient son premier collectionneur.

Baltazar rencontre Zoé Cristiani en 1974 qu’il épouse trois ans plus tard. De cette union naîtront deux enfants : Ludmilla et Aloÿs. Il rencontre André Marfaing, Jean Cortot, Olivier Debré, Antonio Saura… Son ami Dmitrienko meurt.

1975-1980[modifier | modifier le code]

Julius Baltazar publie son premier ouvrage de bibliophilie, édité par Visat. Il signe son premier contrat avec un marchand suédois ; suivront de nombreux séjours et expositions en Suède. Bertrand Dorny lui fait rencontrer Guy Marester qui le présente au libraire-éditeur niçois Jacques Matarasso. Il s’installe dans un atelier au pied de Montmartre, il rencontre Raoul Ubac et, en 1978, commence à réaliser ses livres peints et manuscrits avec Guy Marester lors de son séjour à Nice. C'est également à cette époque que, par l’intermédiaire de J. Matarasso, il fait la connaissance de Michel Butor, avec qui il entame une intense collaboration.

Au début des années 1980, il réalise des séries de grand lavis et acryliques sur papier, dont certains sont manuscrits par Michel Butor. Il travaille sur un projet de décor de théâtre avec Fernando Arrabal pour un spectacle privé.

1983-1990[modifier | modifier le code]

Julius Baltazar collabore au spectacle La Pierre de la Folie d’après Arrabal au Théâtre Plaisance. Il détruit une centaine de toiles, de gouaches et de collages des années 1970 à 1980.[réf. nécessaire]

En 1984, c’est son premier séjour à New York. Il commence à écrire À l’infini le sable. L’année suivante, le texte paraît, en hommage à Dmitrienko ; pour l'accompagner, Raoul Ubac réalise deux ardoises aux éditions Maeght. La même année, Bertrand Dorny le présente à Kenneth White. Sa peinture est montrée rue de Seine à Paris chez Olivier Nouvellet et chez Michel Broomhead ; il y retrouve Frédéric Benrath et René Laubiès. Le peintre Patrice Pouperon le présente à Guillevic. La Bibliotheca Wittockiana, à Bruxelles, présente la première rétrospective de ses livres imprimés, peints et manuscrits[5]. Baltazar intègre le comité de la Jeune gravure contemporaine.

1990-1995[modifier | modifier le code]

Hubert Prouté, le marchand parisien d’estampes et de dessins, édite deux gravures pour ses vœux de 1991. Julius réalise pour la première fois des lithographies chez Bramsen, Clot et Georges pour un livre de Luiz Mizon, Amazone. Le travail de Baltazar, d'une très grande densité, l'amène à réaliser notamment un grand triptyque lors de son premier séjour à Montréal. Michel Déon le présente au poète Philippe Delaveau. Il expose à la galerie Simon Blais à Montréal avec Benrath, Cortot, Debré, Dmitrienko, Granet, Laubiès, Manessier, Marfaing, Serpan, Ubac et Zao Wou-Ki.

Il écrit, en 1995, L’imposture des rêves qui est publié par les éditions La Palinte, à Montréal, avec des graphies de Jean Cortot.

1996-2005[modifier | modifier le code]

Une seconde rétrospective des livres imprimés, peints et manuscrits est organisée à la Bibliotheca Wittockiana à Bruxelles. La bibliothèque de l'Arsenal, à Paris, accueille ces mêmes ouvrages sous l’organisation de la Bibliothèque nationale de France. Il réalise des lithographies chez Arte-Maeght.

2005-2010[modifier | modifier le code]

Entre au Comité de Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet. Exposition au Centre Joë Bousquet et son Temps, Carcassonne

2010-2015[modifier | modifier le code]

Musée-bibliothèque Pierre-André-Benoit, Alès, L'hom-mage à Baltazar ( - ). Exposition LivrEsC, Livre espace de création à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet ( - ) de Mallarmé aux artistes contemporains, en compagnie de Julius Baltazar - [présentation en ligne]

2016-2017[modifier | modifier le code]

Création par Julius Baltazar d'un fonds de bibliophilie (261 de ses 731 livres d'artiste) et d'un fonds de l'ensemble de son œuvre gravé à la bibliothèque municipale d'Angers[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de l'ordre de la Palhinte bleue, Royaume de Hu-Tu-Fu, décerné le
  • 2006 : Jean Cortot lui remet les insignes de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

Dans les catalogues des deux expositions personnelles de Julius Baltazar à la Bibliotheca Wittockiana, à Bruxelles, en 1986 et 1997, Antoine Coron, le premier, puis Annie De Coster ont commencé à dresser une bibliographie exhaustive des livres imprimés et manuscrits que Julius Baltazar a gravés ou peints. En 1986, Antoine Coron comptait 121 manuscrits et 35 imprimés. En 1997, 303 livres (76 imprimés et 227 manuscrits) étaient déjà recensés. L’entreprise n’a été reprise et poursuivie qu'à l'occasion de la donation d'une partie importante de ses livres d'artiste à la bibliothèque municipale d'Angers. Une nouvelle bibliographie complète arrêtée au fait état de 731 livres d'artiste identifiés[7] : 247 imprimés (dont 6 intégrant des parties manuscrites fac-simile ou autographes) et 484 manuscrits ont été peints ou gravés par Julius Baltazar.

  • 2021 : Couteaux tirés à 4 épingles[8], poèmes de Julius Baltazar, Librairie Auguste Blaizot, 45 exemplaires non brochés numérotés et signés, accompagnés d’une gravure originale en frontispice ainsi qu’un poème manuscrit, avril 2021 + 100 exemplaires non brochés numérotés et signés
  • 2013 : Où le vide des mondes de François Xavier, douze pointes sèches originales de Baltazar, chacune rehaussée au crayon arlequin, 24 exemplaires, édition bilingue traduite en américain par Joshua Watsky, Éditions Wequetecock Cove, New-Haven
  • 2010 : Rhétoriques de César de Sceva de Nostredame, commentaire « Prises de pouvoir » de Michel Butor, intégré dans les 19 gravures de J. Baltazar, Les Pharmaciens bibliophiles, Paris
  • 2009 : Volcan, texte inédit de Michel Butor pour le bicentenaire de l'irruption du volcan Han-Yu dans le royaume de Hu-Tu-Fu, peintures, encre de Chine et crayon Arlequin de J. Baltazar
  • 2007 : L'Indéfini, texte de Pierre-André Benoit, Les Éditions de Rivières, Rivières-Ivry
  • 2001 : Dix regards sur l’atelier désert d’Olivier Debré, ouvrage de photographies, avec un texte de Michel Butor, éditions Ides et Calendes
  • 2000 : Libation pour le siècle de Philippe Delaveau, pour Les Bibliophiles de France
  • 1995-2000 : L’Imposture des rêves, avec des graphies de Jean Cortot, Paris
  • 1997 : PrOsEMES de Jude Stéfan, avec des encres de Julius Baltazar, éditions L'Instant perpétuel, Rouen.
  • 1996 : Ciels du quotidien, poème d’Eugène Guillevic, gravures de Baltazar, Debré, Bertemes, éditions André Biren, Paris
  • 1991 : Le Capitaine Nemo, texte de Guy Marester, six gravures originales de Baltazar, éditions André Biren, Paris
  • 1985-1990 : À l’infini le sable, en hommage à Dmitrienko, illustration de deux ardoises par Ubac, éditeur Adrien Maeght, Paris
  • 1979 : Anges et Taupes, texte de Fernando Arrabal, gravures de J. Baltazar, éditions André Biren, Paris
  • 1975 : Les Mots volatils, texte de Jean-Louis Leconte, cinq gravures de J. Baltazar, Georges Visat, Paris

Monographies[modifier | modifier le code]

  • 2019 : Julius Baltazar, un Rimbaud déguisé en cosmonaute, 13 contributeurs sous la direction de Marc-Edouard Gautier, préface de Pierre Brunel[9], éd. de la Ville d'Angers, Angers, 2019 (302 p.)
  • 2014 : Chutes de temps aléatoires, Centre Joë Bousquet et son Temps, Carcassonne
  • 2014 : L'Archipel Baltazar, texte de Michel Butor et Lucien Giraudo, Maison du livre d'artistes, Lucinges
  • 2011 : L'homme papier, préface de Dominique de Villepin, textes de Salah Stétié, René Laubiès, Jacques-Bernard Roumanes, Lionel Ray, photographies de Rurik Dmitrienko, collection "La parole peinte", Al Manar, Paris
  • 2000 : Julius Baltazar, textes de Fernando Arrabal, Michel Butor, Philippe Delaveau, Michel Déon, Kenneth White, etc., éditions Les 400 coups, Montréal
  • 1994 : Julius Baltazarun abstrait à l'état sauvage, Texte de Philippe Delaveau, édition Michel Vokær, Bruxelles, 1994.

Catalogues d'expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Julius Baltazar, texte de Michel Butor, photographies de Rurik Dmitrienko, (6-) - L'Atelier d'Artistes (rue de Seine), Paris
  • 2009 : Julius Baltazar - Un barbare au paradis, Médiathèque de Nancy ( - )
  • 2008 : Nice sous le ciel de Julius Baltazar, Bibliothèque Louis-Nucéra, Nice ( - )
  • 2008 : Paris-Peinture, exposition collective (Adami, Alechinsky, Cortot, etc.), Institut français d'Athènes / Fondation B&M Theocharakis, -
  • 1991 : Julius Baltazar, 20 ans d'activité, Galerie Michel Broomhead, Paris/ Art Gallery, Spa,
  • 1991 : Baltazar, Amilys Art Gallery, Bruxelles,
  • 1990 : Julius Baltazar - Petits formats, Galerie Olivier Nouvellet, Paris,
  • 1989 : Baltazar, Galerie Michel Broomhead, Paris,
  • 1987 : 12 peintures de Baltazar légendées par Kenneth White, Galerie Olivier Nouvellet, Paris,
  • 1986 : Baltazar - Livres manuscrits, imprimés, gravés et peints 1975-1986, Bibliotheca Wittockiana, Bruxelles

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier des Arts & des Lettres, décerné le
  • Chevalier de l'ordre de la Palhinte bleue, Royaume de Hu-Tu-Fu, décerné le

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne du catalogue général de la BNF.
  2. Marc-Edouard Gautier (dir.), Julius Baltazar, un Rimbaud déguisé en cosmonaute, Angers, Vile d'Angers, , 302 p. (ISBN 978-2-85575-020-0), p. 289-290, "Repères biographiques".
  3. a et b Voir sur le site de l'Atelier-Galerie Alain Piroir.
  4. Jean-Pierre Arnaud, "Ce que graver veut dire. Approche du fonds d'estampes de Julius Baltazar" dans Julius Baltazar, un Rimbaud déguisé en cosmonaute, Angers, Ville d'Angers, , 302 p. p. (ISBN 978-2-85575-020-0), p. 258-259
  5. Catalogue préfacé par Antoine Coron, conservateur responsable des livres précieux de la Bibliothèque nationale de France.
  6. Marc-Edouard Gautier (dir.), Julius Baltazar, un Rimbaud déguisé en cosmonaute,, Angers, Ville d'Angers, , 302 p. (ISBN 978-2-85575-020-0), p. 12-23
  7. Marc-Edouard Gautier (dir.), Julius Baltazar, un Rimbaud déguisé en cosmonaute, Angers, Ville d'Angers, , 302 p. (ISBN 978-2-85575-020-0), p.290-301, "Bibliographie chronologique des livres de Julius Baltazar".
  8. Voir l'article sur le site du Salon littéraire.
  9. « Extrait de Julius Baltazar, un Rimbaud déguisé en cosmonaute », sur Commulysse.angers.fr (consulté le )
  10. L'œuvre occupe la chaussée des Champs-Élysées depuis l'Arc de Triomphe jusqu'au rond-point des Champs-Élysées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]