Julio Romero de Torres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julio Romero de Torres
Image dans Infobox.
La Buenaventura, 1922, huile sur toile, 106 × 163 cm, Museo Carmen Thyssen (Málaga), Malaga.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
CordoueVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de San Rafael (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Fratrie
Rafael Romero de Torres (en)
Enrique Romero de TorresVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Rafael Romero de Torres Pellicer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Genre artistique
Œuvres principales
Nuestra Señora de Andalucía (d), La Fuensanta (d), La Petite Charbonnière (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Julio Romero de Torres
signature

Julio Romero de Torres est un peintre symboliste espagnol né le à Cordoue où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du peintre cordouan Rafael Romero Barros, il étudie la musique et la peinture, et participe en 1896 aux travaux de restauration de la mosquée-cathédrale de Cordoue[1].

En 1906, son tableau Vividoras del amor, représentant un intérieur de maison close, est refusé par le jury de l'Exposition nationale des beaux-arts pour immoralité. Cela conduira Romero de Torres à se joindre à l'exposition des Peintres indépendants organisée l'année suivante au Círculo de Bellas Artes de Madrid, avec Darío de Regoyos, Santiago Rusiñol ou encore José Gutiérrez-Solana[1].

La majorité de son œuvre peint est consacré à des portraits sensuels et idéalisés de modèles féminins issus de divers milieux sociaux de Cordoue. Ces tableaux, d'un raffinement archaïque et vénéneux, dégagent une atmosphère étrange qui les rapprochent du préraphaélisme et du symbolisme, mouvements qu'il découvre lors de ses divers voyages en Europe[1].

Dans le polyptyque El poema de Córdoba (1914), les femmes figurent ainsi de manière allégorique les divers aspects de la ville : guerrière, baroque, gitane, juive, religieuse, romaine, chrétienne, torera[2].

Après des années d'incompréhension, il accède peu à peu à la consécration : exposition monographique à Bilbao en 1919, participation à la Biennale de Venise en 1922, place d'honneur lors à l'Exposition ibéro-américaine de Séville en 1929[1]...

L'une de ses peintures les plus connues est Naranjas y limones (1929)[3].

À sa mort en 1930, sa veuve et ses enfants lèguent son œuvre à sa ville, qui lui consacre deux ans plus tard un musée à son nom, dans le même édifice que le musée des beaux-arts de Cordoue.

Peu connu en dehors de son pays d'origine, Julio Romero de Torres est apprécié sur le marché international de l'art, où l'une de ses œuvres a atteint 800 000 euros[réf. souhaitée][4]. L'un de ses portraits de femme a été présenté à Paris en 2010 à l'occasion de l'exposition « Du Greco à Dalí : les grands maîtres espagnols. La collection Pérez Simón. » au musée Jacquemart-André[5].

Ses compositions soignées, poétiques et artificielles, habitées de femmes idéales rappellent les œuvres de Paul Delvaux[réf. souhaitée][6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (es) Notice de Julio Romero de Torres sur le Dictionnaire biographie de l'Académie royale d'histoire.
  2. (es) « Boceto del Poema de Córdoba », sur www.carmenthyssenmalaga.org (consulté le )
  3. (es) Julio Romero de Torres y su mundo, Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1987 (ISBN 84-7580-432-2).
  4. (es) Manuel Planelles, « Romero de Torres dispara las pujas », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  5. Véronique Gerard Powell, Du Greco à Dali: les grands maîtres espagnols de la collection Pérez Simon, Quo Vadis, (ISBN 978-90-5349-776-0)
  6. « Zoom sur un portrait de femme du peintre Julio Romero de Torres », sur Barnebys.fr, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :