Julieta Kirkwood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julieta Kirkwood
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
SantiagoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

María Julieta Kirkwood Bañados (Santiago, 5 avril 1936 - 8 avril 1985) est une sociologue, politologue, théoricienne, professeure d'université et activiste féministe chilienne[1]. Elle est considérée comme étant l'une des fondatrices et figures de proue du mouvement féministe chilien des années 1980, mais aussi l'une des précurseurs des études de genre dans le pays[2],[3],[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Johnny Kirkwood et de Julieta Bañados et appartient à la première génération de femmes qui ont joui d'un accès approfondi à l'éducation secondaire[3]. Elle étudie à l'Université du Chili, qui a vu naître les mouvements estudiantins et sociaux influencés par la révolution de Mai 68 en France, comme Unité Populaire et Revolución en Libertad.

Julieta Kirkwood considère que la pratique démocratique n'est pas réalisable sans la participation de la femme en affirmant qu'il « n'y a pas de démocratie sans féminisme[6]. ».

En 1972, elle intègre la Faculté Latino-américaine de Sciences Sociales (FLACSO) comme enseignante et chercheuse, où elle commence ses travaux en compagnie de Enzo Faletto. Pendant cette période, elle publie quelques-uns de ses travaux les plus importants, qui constituent des référents théoriques et historiques au sein même de la pensée féministe chilienne et latino-américaine[7],[8],[9]. Parmi ceux-ci se trouvent, Ser política en Chile: las feministas y los partidos, Tejiendo rebeldías y Feminarios. Aussi, elle collabore avec la revue Furia et le Boletín del Círculo de Estudios de la Mujer[2].

Refonte du mouvement féministe chilien[modifier | modifier le code]

Pendant la première moitié du XXe siècle, les organisations féministes liées à la lutte suffragiste ont décliné, selon certaines analyses, à cause de leur subordination aux intérêts des partis politiques. Kirkwood parie sur la refonte du mouvement féministe chilien soutenu dans le discours académique[6].

Dans son travail théorique, on peut remarquer des propositions associées au domaine des études de genre mais depuis une optique féministe proche de l'activisme, avec une critique envers le discours conservateur du féminisme et un regard interculturel sur la culture latino-américaine[10],[11].

Comme activiste, Kirkwood participe à diverses organisations en faveur des droits des femmes. Parmi elles, le Cercle d'études de la femme, devenu plus tard La Demeure (La Morada), ainsi que le Centre d'Études de la Femme (CEM). Elle participe à plusieurs mouvements sociaux féministes comme le Mouvement Pro-émancipation des femmes du Chili (MEMCh 83) et le Département Féminin de la Coordination Nationale Syndicale[6]. En 1983, elle devient l'une des fondatrices du mouvement féministe d'opposition au Régime militaire d'Augusto Pinochet[2] où la consigne est « De la démocratie dans le pays, à la maison et au lit », phrase popularisée par Julieta et Margarita Pisano[12],[13]. Elle dénonce également l'autoritarisme et le manque de neutralité dans le milieu éducatif, autant dans l'enseignement que dans l'accès à la connaissance scientifique[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Chile: la mujer en la formulación política (Santiago: FLACSO, 1981).
  • Feminarios (Santiago: Documentas, 1987).
  • El feminismo como negación del autoritarismo (Santiago: FLACSO, 1983).
  • Feminismo y participación política en Chile (Santiago: FLACSO, 1982).
  • Feministas y políticas (Santiago: FLACSO, 1984).
  • Los nudos de la sabiduría feminista (Santiago: FLACSO, 1984).
  • La política del feminismo en Chile (Santiago: FLACSO, 1983).
  • Ser política en Chile: las feministas y los partidos (Santiago: LOM Ediciones, 1982, 1986 y 2010).
  • Ser política en Chile: los nudos de la sabiduría feminista (Santiago: Cuarto Propio, 1990).
  • Tejiendo rebeldías: escritos feministas de Julieta Kirkwood (Santiago: CEM, 1987).

Références[modifier | modifier le code]

  1. José Leandro Urbina, Camilo Henríquez. El sueño ilustrado, Santiago de Chile, Editorial Universidad de Santiago de Chile, , 70 p.
  2. a, b et c « Presentación, Julieta Kirkwood y los saberes feministas (1937-1985) » (consulté en 19 de julio de 2013)
  3. a et b (en) Cynthia Margarita Tompkins et David William Foste, Notable Twentieth-Century Latin American Women: A Biographical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 324 p. (ISBN 978-031-331-112-3)
  4. Luis Vitale, Los principales períodos de la historia de América Latina: contribución al debate del bicentenario, Lom Ediciones, , 102 p. (ISBN 978-956-000-084-2)
  5. Dora Inés Munévar Munévar, Pensando los saberes de género, Universidad Nacional de Colombia, 310 p. (ISBN 978-958-719-849-2)
  6. a, b, c et d (es) « Julieta Kirkwood y los saberes feministas (1937-1985) - Memoria Chilena, Biblioteca Nacional de Chile », sur www.memoriachilena.cl (consulté le 16 mars 2017)
  7. Susana Munnich, Gabriela Mistral: Soberbiamente Transgresora, Lom Ediciones, , 309 p. (ISBN 978-956-282-779-9)
  8. (en) Marjorie Agosín, Doris Meyer, Rereading the Spanish American Essay: Translations of 19th and 20th Century Women’s Essays, University of Texas Press, , 324 p. (ISBN 978-029-275-182-8)
  9. Sonia Montecino Aguirre et Alexandra Obach, Género y epistemología: mujeres y disciplinas, Lom Ediciones, , 206 p. (ISBN 978-956-282-176-6)
  10. Gargallo, Francesca, « El feminismo y su instrumentalización como fenómeno de mestizaje en nuestra América », Revista Venezolana de Estudios de la Mujer, vol. 14, no 33,‎ , p. 27-36 (ISSN 1316-3701, lire en ligne)
  11. Luongo, Gilda, « Contrapunto para cuatro voces: Emergencias privadas/urgencias públicas en la escritura de mujeres », Revista Signos, vol. 38, no 57,‎ (ISSN 0718-0934, DOI 10.4067/S0718-09342005000100009, lire en ligne)
  12. Lamus Canavae, Doris, « Localización geohistórica de los feminismos latinoamericanos », Polis, Santiago de Chile, vol. 8, no 24,‎ , p. 95-109 (ISSN 0718-6568, DOI 10.4067/S0718-65682009000300006, lire en ligne)
  13. Carosio, Alba, « El feminismo Latinoamericano y su proyecto ético-político en el siglo XXI », Revista Venezolana de Estudios de la Mujer, vol. 14, no 33,‎ , p. 13-24 (ISSN 1316-3701, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque nationale d’Australie • WorldCat