Julien Vallou de Villeneuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julien Vallou de Villeneuve
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
peintre, graveur, photographe
Fratrie
Autres informations
Membre de
Père-Lachaise - Division 31 - Vallou de Villeneuve 02.jpg
Vue de la sépulture.

Julien Vallou de Villeneuve, né à Boissy-Saint-Léger le et mort à Paris le , est un peintre, lithographe et photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julien Vallou de Villeneuve est né le à Boissy-Saint-Léger dans une famille aisée. Il est le frère de Théodore Vallou de Villeneuve, dramaturge, auteur d'une centaine de pièces de théâtre. Tous deux ont toujours été à l'abri du besoin[1].

Il fait ses débuts au Salon de 1824. Il se dit lui-même élève d'Ambroise Louis Garneray, lequel venait de rentrer de Londres, mais aussi du miniaturiste Frédéric Millet (1786-1859), de Jean-Baptiste Isabey et de François Alexandre Pernot[1]. En 1827, il présente ses premiers travaux lithographiques, des scènes de genre (La Veuve du marin d'après Jean-Augustin Franquelin), inspirés des Pays-Bas et des peintres anglais[2]. Il réside à cette époque à Paris rue Neuve-des-Petits-Champs[3]. Les éditeurs parisiens pour ses planches sont Jeannin, Charpentier, Régnier (également graveur pour Le Musée de l'amateur), Rittner et Goupil, lesquels lui commandent au tournant des années 1830 des images dites « libres », sujets légers voire érotiques, sans jamais être pornographiques[2], publiées en albums[4], aux côtés entre autres d'Achille Devéria[1].

Il expose ensuite régulièrement peintures, dessins, aquarelles et planches montrant des motifs inspirés de la vie quotidienne paysanne, ou figurant des costumes régionaux voire exotiques, et ce jusqu'en 1849. On compte aussi des scènes galantes, marquées par le goût bourgeois de l'époque, idéalisant le monde rural. En 1835, au salon Jouvenet de Rouen, il obtient une médaille d'or pour L'Amour sous les toits, que la critique juge néanmoins « trop bien léchées » et un peu mièvre[1].

Vallou de Villeneuve semble ne plus produire de peintures à partir de 1850-1851. Il se tourne vers la photographie peut-être dès 1849, initié par André Giroux[1]. Il est membre de la jeune et éphémère Société héliographique, première association au monde d'amateurs de cette nouvelle technique qui souhaite désormais produire des vues artistiques, et non plus de simples portraits utilitaires[5]. En 1854, il fait partie des cofondateurs de la Société française de photographie. Son studio, situé à Paris au 18, rue Bleue, produit un nombre important de clichés de nus féminins, d'après des modèles dont certains, selon Jean Adhémar[1], inspirèrent entre autres des compositions de Gustave Courbet, mais aussi des portraits de comédiens du Théâtre Français, ainsi que quelques paysages. On ne trouve cependant plus trace de son activité photographique après 1855[6].

Mort à Paris le , Julien Vallou de Villeneuve est enterré au cimetière du Père-Lachaise (31e division)[7].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Les nus féminins de Vallou de Villeneuve sont originellement tirés chez Lemercier à Paris d'après des négatifs et qualifiés d' « études d'après nature ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Dominique de Font-Réaulx, « Julien Vallou de Villeneuve », in Gustave Courbet, catalogue d'exposition, Paris, RMN, 2007, pp. 345-348.
  2. a et b Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l'amateur d'estampes modernes, Paris, Conquet, 1892, volume 12, pp. 173-174Consulter en ligne.
  3. Notice « Vallou de Villeneuve », catalogue du Salon de 1827, Base Salons du musée d'Orsay.
  4. Le premier est celui intitulé Collection des costumes des Provinces septentrionales du Royaume des Pays-Bas dessinés d'après nature, réunis par Hendrik Greeven avec des lithographies en couleurs de Villon de Villeneuve, Paris, François Buffa et fils, 1828, sur Google books.
  5. La Lumière, 25 mai 1851, p. 61.
  6. Notice biographique, sur Arago, portail de la photographie (en ligne).
  7. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 338
  8. Notice no 07290022145, base Joconde, ministère français de la Culture.
  9. Notice no 00640030914, base Joconde, ministère français de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]