Julien Suaudeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julien Suaudeau
Naissance (47 ans)
Évreux (Eure)
Activité principale
romancier
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Dawa
Le Français

Julien Suaudeau, né le à Évreux (Eure), est un écrivain, enseignant et documentariste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julien Suaudeau obtient une licence de littérature française à l'université Paris-IV en 1996[1]. Il poursuit ses études à l'Institut d'études politiques de Paris, où il obtient un master en 1999[1]. Il travaille ensuite en Azerbaïdjan[2], puis devient critique de cinéma à Positif[3], où il écrit de 2001 à 2004. En 2005, il réalise Il était une fois en Côte d'Ivoire[4], un documentaire qui retrace l'histoire contemporaine du pays depuis son indépendance.

En 2006, il s'installe à Philadelphie, aux États-Unis. Il continue à réaliser des documentaires et des courts métrages, parmi lesquels [5], en 2010.

Son premier roman, Dawa, sort en . Au lendemain des attentats du , plusieurs médias insistent sur les similitudes frappantes entre le scénario des attaques et l'intrigue de ce livre[6],[7],[8],[9].

En , il publie Le Français[10], qui raconte à la première personne la métamorphose d'un jeune garçon de la campagne en bourreau de l'État islamique. Dans une interview à Paris Match, l'auteur insiste sur le fait que les djihadistes sont français et que pour cette raison il est impossible de leur faire la guerre[11]. Ni le feu ni la foudre[12], récit fictif de la journée de cinq Parisiens du petit matin au soir du 13-novembre, sort en . Le roman, dont le titre est inspiré d'un vers de Louis Aragon, clôt ce que Suaudeau appelle sa trilogie de la terreur[13].

Selon Maria Herminia Laurel, universitaire spécialiste de littérature comparée, ces trois livres seraient en fait le miroir d'une France « qui ne s'aime plus[14]. » Le , la Radio Télévision Suisse Romande diffuse des extraits de Ni le feu ni la foudre, lus par des comédiens[15].

Son quatrième roman, Le Sang noir des hommes, paraît en . Il raconte l'histoire d'une vengeance familiale sur fond de pillage de l'Afrique de l'Ouest au temps des colonies[16]. Selon l'auteur, ce livre explore les zones d'ombre de l'histoire coloniale[17].

Julien Suaudeau vit aux États-Unis depuis 2006[6] et y donne régulièrement des conférences sur la France et le monde francophone[18]. Depuis , il enseigne au collège Bryn Mawr[19],[20].

Il tient depuis une chronique régulière[21] sur la politique et la société française, ainsi que sur les pages manquantes de l'histoire coloniale. Dans ces articles, il est aussi question de séries télévisées[22] et de cinéma.

En , Suaudeau et le monteur Yann Dedet publient Le Spectateur zéro - Conversation sur le montage[23].

En sort Universalisme[24], écrit avec Mame-Fatou Niang. Dans cet essai, les auteurs font la critique de l'universalisme classique et proposent de le réinventer comme langage antiraciste et postcolonial. Dans son édition du , sous la plume de Colin Folliot, Le Monde estime que la force du livre réside « dans une méthode et un regard qui laissent entrevoir, à rebours des querelles actuelles, une société plus apaisée[25]. »

Polémiques[modifier | modifier le code]

En , Julien Suaudeau est à l'origine d'une pétition avec Mame-Fatou Niang pour faire retirer une fresque commémorant la première abolition de l'esclavage à l'Assemblée nationale française. Selon les auteurs de la pétition, les codes iconographiques utilisés par le tableau reprendraient une imagerie raciste et celui-ci n'aurait sa place ni dans un bâtiment officiel ni pour remplir une fonction commémorative[26],[27]. La pétition est accompagnée de deux tribunes publiées sur BibliObs[28],[29], puis suivie un an plus tard d'une nouvelle mise au point sur Slate.fr[30]. Dans ce texte, Suaudeau et Niang se demandent s'il est possible « d'inventer, sans compromettre l'Art, une plus juste façon d'honorer la Mémoire et de donner à voir l'Histoire. »

Le , Suaudeau publie sur Slate.fr une lettre adressée à Christine Angot, après les propos de celle-ci au sujet de l'esclavage et de la Shoah dans On n'est pas couché[31].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Julien Suaudeau CV, sur brynmawr.edu, [lire en ligne] [PDF].
  2. « Le Bouquineur : Rechercher - Suaudeau », sur lebouquineur.hautetfort.com (consulté le ).
  3. « calindex.eu - le site des index de revues de cinéma », sur calindex.eu (consulté le ).
  4. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur film-documentaire.fr (consulté le ).
  5. « Zé (2010) », sur unifrance.org (consulté le ).
  6. a et b « Dawa, le roman qui avait raconté les attentats de Paris en mars 2014 », sur Les Inrocks (consulté le ).
  7. « Dawa, le roman qui avait anticipé les attentats du 13 novembre », sur LCI, (consulté le ).
  8. « Julien Suaudeau, l'écrivain qui avait raconté 6 attentats, à Paris, un vendredi 13 », sur Marianne, (consulté le ).
  9. « Comment fabrique-t-on un djihadiste ? », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  10. « La naissance des monstres : de la misère au djihadisme, tous coupables », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  11. Paris Match, « Julien Suaudeau - "Le vide de notre sous-culture nous revient en pleine gueule" », sur parismatch.com (consulté le ).
  12. « Il était une fois la France », sur Le Courrier, (consulté le ).
  13. « Car la vie est si fragile », sur Le Devoir (consulté le ).
  14. Maria Herminia Laurel, « Introduction à la lecture des romans Dawa, Le Français, Ni le feu ni la foudre, par Julien Suaudeau », Libretos,‎ (ISBN 978-989-99375-8-1, lire en ligne).
  15. « La menace terroriste mise en fiction », sur rts.ch, (consulté le ).
  16. « Le Sang noir des hommes : un roman de vengeance et de violence », sur TV5MONDE Culture (consulté le ).
  17. « Invité Culture - Livre : Le Sang noir des hommes de Julien Suaudeau », sur RFI, (consulté le ).
  18. « Alliance française de Philadelphie - "Living with Terror: France in the face of jihadism", lecture by Julien Suaudeau », sur afphila.com (consulté le ).
  19. « Julien Suaudeau — Lecturer in French », sur brynmawr.edu, [lire en ligne], page consultée le .
  20. « Le Français - Julien Suaudeau », sur lecerclepoints.com (consulté le ).
  21. « Julien Suaudeau : ses articles à lire sur Slate.fr », sur Slate.fr (consulté le ).
  22. « Watchmen et le massacre de Black Wall Street », sur slate.fr, .
  23. Jean-Michel Frodon, « Les aventures émotionnelles et politiques du Spectateur zéro », sur projection-publique.com, .
  24. « Universalisme », sur anamosa.fr.
  25. Colin Folliot, « Pour un universalisme "à la mesure du monde" », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant).
  26. « Ils voient du racisme partout : des antiracistes s'en prennent à une fresque de l'Assemblée nationale ! », sur Marianne, .
  27. « L’Assemblée nationale abrite-t-elle un tableau raciste ? », sur L'Obs, .
  28. « Banalisation du racisme à l'assemblée nationale : ouvrons les yeux », sur nouvelobs.com.
  29. « Nous ne sommes pas ce que vous voulez que nous soyons », sur nouvelobs.com.
  30. Julien Suaudeau, Mame-Fatou Niang, « Ce tableau d'Hervé Di Rosa est-il la meilleure œuvre pour commémorer la première abolition de l'esclavage ? », sur slate.fr, .
  31. « Christine Angot fait polémique après ses propos sur l'esclavage », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  32. « Prix littéraires Transfuge: le palmarès ! », sur transfuge.fr, .
  33. Laurent Cambon, « Le prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma récompense le nouvel ouvrage de Yann Dedet et Julien Suaudeau. », sur À voir à lire, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]