Julien Sansonnens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julien Sansonnens
Description de cette image, également commentée ci-après
Julien Sansonnens en 2016
Naissance (42 ans)
Neuchâtel (Suisse)
Activité principale
écrivain
Formation
Distinctions
Prix Edouard-Rod 2019
Prix Auguste Bachelin 2021
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Roman, nouvelle

Œuvres principales

  • Septembre éternel (roman, 2021)
  • L'enfant aux étoiles (roman, 2018)
  • Les ordres de grandeur (roman, 2016)
  • Jours adverses (roman, 2014)

Julien Sansonnens, né le à Neuchâtel (originaire de Vernay), est un écrivain et un ancien homme politique suisse, membre du Parti ouvrier et populaire. Il en dirige la section vaudoise de 2009 à 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julien Sansonnens naît le à Neuchâtel, de parents enseignants. Il est originaire de Vernay, dans le canton de Fribourg[1],[2],[3].

Après l’obtention d’une maturité littéraire au gymnase cantonal de Neuchâtel en 1999, il se forme dans l’informatique et travaille deux ans dans ce domaine[4].

À vingt-cinq ans, il reprend des études à l'Université de Lausanne et obtient un master en sciences sociales (mémoire sur les représentations médiatiques[5]) en 2009. Il travaille ensuite dans le domaine de la santé publique, d'abord au Centre hospitalier universitaire vaudois jusqu'en , puis à l'Observatoire valaisan de la santé[4],[6].

Il est père d'une fille[3].

Écriture[modifier | modifier le code]

Son écriture se caractérise par un soin apporté à la description des lieux et des personnages. Il déclare construire ceux-ci à l'aide d'une technique proche du collage, n'envisageant pas de situer son action dans des lieux indéterminés[7]. Deux thèmes se retrouvent en particulier dans ses romans [8]: le thème de la fuite, d’abord, le fantasme d’une nouvelle vie ailleurs, fantasme toujours battu en brèche par la réalité. Et puis le passage de l’adolescence à la « vie adulte ». Il cite Christian Oster et Michel Houellebecq parmi ses deux auteurs contemporains préférés[9],[8].

En 2015, il crée Lettres romandes, un podcast littéraire.

En 2016, son deuxième roman est classé par le magazine suisse L'Hebdo parmi ses "10 chouchous de la rentrée littéraire" [10] et reçoit un bon accueil critique[11],[12].

En 2017, il contribue aux critiques littéraires du cahier suisse de Paris Match. Cette même année, avec d'autres écrivains romands, il est cofondateur de La cinquième saison, revue littéraire romande, dont il intègre le comité de rédaction[13],[14],[15],[16].

En 2019, il reçoit le Prix Édouard-Rod pour son roman "L'Enfant aux étoiles", consacré à la fille du fondateur de l'Ordre du Temple solaire.

En avril 2021, il annonce par une vidéo la parution d'un prochain roman pour le mois d'août 2021[17]. Publié en août 2021, son roman "Septembre éternel" est sélectionné pour le prix des lecteurs de la ville de Lausanne[18], le Prix du public de la RTS[19], le Prix Yvette Z'Graggen[20] et reçoit le Prix Auguste Bachelin, décerné à une jeune écrivain neuchâtelois[21].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il entre en politique par l'écologie. Il adhère au POP vaudois en 2007[3]. En 2009, il s'oppose aux essais d'OGM en plein champ menés par l'ETHZ à Pully[22]. Il est successivement président du POP section Lavaux-Oron, puis vice-président entre 2009 et 2012: en l'absence de présidence, il dirige de fait le parti. En 2010 il prend position contre l'usage croissant de l'anglais en Suisse[23]. Il est élu au Conseil communal de Lausanne en 2011. Il participe à la fondation du « Mouvement pour la diversité de la presse » qui regroupe une vingtaine de journaux indépendants de Suisse. Il quitte le POP à la fin de l'année 2012[24], principalement pour des raisons idéologiques, dénonçant une certaine « inflexion de la ligne du POP vers une radicalité d'extrême-gauche qui ne correspond pas à son histoire »[25].

Entre 2007 et 2017, il est éditorialiste à l'hebdomadaire suisse Gauchebdo[26], contribuant également occasionnellement à la page culturelle.

En 2016, il prend position contre le déménagement du Festival de la cité de Lausanne. Il lance une pétition demandant que le festival réintègre son site d'origine[27]. À la suite d'une importante mobilisation populaire, la direction du festival annonce que les prochaines éditions auront à nouveau lieu à la Cité[28].

En 2016, il est élu député au Grand Conseil vaudois, en remplacement de la députée Anne Papilloud, démissionnaire. Son élection est invalidée par le bureau électoral de Lausanne, à la suite de son déménagement en Valais en 2014[29]. Il dépose un recours contre cette décision auprès du Grand Conseil, arguant que la décision du bureau électoral ne repose sur aucune base légale ou jurisprudentielle. Le Grand Conseil admet ses arguments et casse la décision du bureau électoral lausannois[30]. Il prête serment le . Il choisit de ne pas se représenter à la fin de son mandat.

En 2018, il s'engage en faveur d'une reconnaissance et d'un soutien au bitcoin par les autorités vaudoises[31],[32].

Publications[modifier | modifier le code]

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chancellerie fédérale, « Élection du Conseil national 2007 », sur www.chf.admin.ch (consulté le )
  2. « Julien Sansonnens, "Les ordres de grandeur" », sur rts.ch, (consulté le )
  3. a b et c Caroline Zuercher, « Le député Julien Sansonnens est aussi auteur de polars », 24 heures,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne Accès payant, consulté le )
  4. a et b (en) « Julien Sansonnens », sur linkedin.com (consulté le )
  5. [1]
  6. Benjamin Chaix, « Un auteur romand offre une tribune à ses pairs », 24 heures,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le )
  7. « Julien Sansonnens publie "Les ordres de grandeurs" », sur rts.ch, (consulté le )
  8. a et b [2]
  9. http://www.illustre.ch/magazine/julien-sansonnens-raconte-son-chien-jusqua-la-fin
  10. [3]
  11. https://jsansonnens.ch/wp-content/uploads/paris_match.jpg
  12. https://jsansonnens.ch/wp-content/uploads/LaLiberte_20161119_34.pdf
  13. Caroline Rieder, « La «Cinquième saison» de la littérature romande », 24 heures,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  14. « La Cinquième saison - Radio - Play RTS », sur Play RTS (consulté le ).
  15. « «La Cinquième saison», une revue qui tombe à pic - Le Courrier », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Lisbeth Koutchoumoff Arman, « «La Cinquième saison», premier bouquet », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Julien Sansonnens, « prochain roman à paraître », sur julien sansonnens, (consulté le )
  18. « Cinq romans sont en lice pour le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne », sur rts.ch, (consulté le )
  19. « Six romans en lice pour le Prix du Public RTS 2022 », sur rts.ch, (consulté le )
  20. Ville de Carouge, « Prix Yvette Z'Graggen de la ville de Carouge »
  21. « Journal N+; Neuchâtel, mars 2022 »
  22. « Sous le regard des opposants: Les essais OGM ont débuté à Pully », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Julien Sansonnens, « Non à l’aliénation linguistique du «business English» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  24. « Lettre ouverte à Yvan Perrin », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  25. Charaf Abdessemed, « Une crise sans précédent », sur Lausanne Cités, (consulté le )
  26. [4]
  27. Ci.M., « Succès de la pétition pour le Festival de la Cité », 24 heures,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  28. « Après la polémique, le Festival lausannois de la Cité retrouve... la Cité », sur rts.ch, (consulté le )
  29. [5]
  30. Mathieu Signorell, « Julien Sansonnens pourra siéger au Grand Conseil », 24 heures,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne Accès payant, consulté le )
  31. Boris Busslinger, « Le canton de Vaud dépourvu de stratégie Bitcoin », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Vaud doit se doter d’une stratégie bitcoin », sur Lausanne Cités (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :