Julien Roturier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julien Roturier
Description de cette image, également commentée ci-après
Julien Roturier par Fabrice Lévêque, 2020
Naissance (42 ans)
Nevers
Nationalité française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Activité principale
Autres activités
photographe, graphiste, musicien

Julien Roturier, né le à Nevers, est un écrivain français d'horreur, épouvante et science-fiction, et auteur d'un témoignage autobiographique sur le thème du traitement de l'addiction en centres spécialisés. Il réside à Dijon où il a écrit une partie de son œuvre et travaille depuis le début des années 2000 comme photographe, graphiste et musicien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julien Roturier naît à Nevers en 1978[1]. Il fait ses études à Dijon, où il travaille depuis en tant que photographe et graphiste[2]. Son intérêt pour la photographie remonte à sa rencontre avec le portraitiste Fabrice Lévêque à la fin des années 1990, avec lequel il entretient depuis une relation amicale et professionnelle privilégiée[3]. L'une de ses nouvelles est publiée pour la première fois dans un magazine de littérature fantastique local, Freaks, en 2010[4]. Peu de temps après il devient un collaborateur technique régulier de l'écrivain Jacques-François Piquet[2], qui l'incite à chercher un éditeur.

En 2012, Julien Roturier s'installe à Tournus, en Saône-et-Loire, où il signe pour un premier recueil de nouvelles fantastique-horreur intitulé Sténopé[5] aux éditions Luciférines[6] et paru en 2014[7].

Toujours à Tournus, il participe à la création de l'association culturelle Les Cumul'Arts, qui organise entre 2013 et 2015 divers événements dans la ville et à proximité, dont un festival musical, des expositions et un concours de nouvelles[8],[9]. La structure est lancée sur une idée de Gérald Touillon, et ses premiers membres constituent une partie de l'équipe technique et de la distribution du second long métrage du réalisateur, Tranquilou[10] (2015), auquel Julien Roturier participe en tant qu'assistant cadreur, musicien et figurant.

Après sa première publication dans le domaine de la fiction, il écrit un ouvrage autobiographique tournant autour de l'addiction, et plus précisément de l'alcoolisme et de la vie en structure de sevrage, rédigé pendant et suite à un premier séjour en centre d'addictologie[11]. À l'issue d'une campagne de financement participatif lancée courant 2016 il auto-édite une première version de son « journal d'un addict en addictologie », que le poète, écrivain et éditeur Alain Kewes décrit comme « un témoignage d'une grande honnêteté » portant « un regard attentif aux autres » et comme « une lecture qui marque et même, souvent, fait rire »[12]. Une version remaniée et largement augmentée, intitulée En Substances, est publiée début 2019 aux éditions du Lys Bleu[1].

Il sort un second recueil de nouvelles fantastique-horreur, Vigor Mortis, publié aux éditions Otherlands en décembre 2017 et réédité en version corrigée en 2019[13].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Récits autobiographiques[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Morceaux en forme d'espoir : Journal d'un addict en addictologie — AKDP (auto-édition), 57 pp. (ASIN B01KXDSO7E).
  • 2019 : En Substances — éditions Le Lys Bleu, 172 pp. (ISBN 2851137506).

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Magazines et ouvrages collectifs :
    • 2010 : L'Hôte e(s)t l'invité in Freaks no 5 pp. 26-28, magazine, éditions Freaks Corp, Dijon (ISSN 2104-8053).
    • 2015 : Ire réversible in Créatures des Otherlands vol. 2, collectif, éditions Otherlands, Paris (ISBN 2797300459).
  • Recueils :
    • 2014 : Sténopé — onze nouvelles, éditions Luciférines, dix illustrations par Dorothée Delgrange (version numérique novembre 2016, version papier épuisée) (ISBN 9791096492046).
    • 2017 : Vigor Mortis — quinze nouvelles, éditions Otherlands, collection Over Otherlands, 204 pp., réédité en 2019 (ISBN 978-2797301867).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « En Substances », sur lysbleueditions.com, Le Lys Bleu, (consulté le 18 août 2020)
  2. a et b « Julien Roturier », sur jfpiquet.com, Jacques-François Piquet (consulté le 18 août 2020)
  3. Damien Valette, « Une vingtaine d’artistes locaux s’exposent », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne)
  4. Julien Roturier, « L'Hôte e(s)t l'invité », Freaks, Freaks Corp., no 5,‎ , p. 26-28
  5. « Tournus. - Premier recueil de poèmes pour le Tournusien Julien Roturier », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne)
  6. « Sténopé — Julien Roturier », sur editionsluciferines.com, éditions Luciférines (consulté le 18 août 2020)
  7. Vincent Tassy, « Julien Roturier : Sténopé », Obsküre,‎ , p. 75
  8. Damien Valette, « Des photos pour les assos », sur lejsl.com, Le Journal de Saône-et-Loire, (consulté le 21 août 2020)
  9. Bernard Jarillot, « Concours de nouvelles : la palme pour « Le Romano » », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Tranquilou sur l’Internet Movie Database
  11. Damien Valette, « Écrire pour ne plus boire », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ , p. 1-3
  12. Alain Kewes, « Julien Roturier, Morceaux en forme d'espoir », Décharge,‎ , p. 157
  13. « Roturier, J., Vigor Mortis », sur livre.fnac.com, Fnac (consulté le 18 août 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]