Julien Fontanes, magistrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontanes.
Julien Fontanes, magistrat
Titre original Julien Fontanes, magistrat
Genre Série judiciaire et policière
Création Gilles Perrault
Jean Cosmos
Production SFP TF1
Acteurs principaux Jacques Morel
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine TF1
Nb. de saisons 9
Nb. d'épisodes 25
Durée 90 minutes
Diff. originale

Julien Fontanes, magistrat est une série télévisée judiciaire et policière française en 25 épisodes de 90 minutes, créée par Gilles Perrault et Jean Cosmos et diffusée du au sur TF1.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série met en scène Julien Fontanes, juge chargé par le ministère de la justice d'examiner les dossiers de recours en grâce.

Distribution[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. Un cou de taureau
  2. Une femme résolue
  3. Par la bande
  4. Les mauvais chiens
  5. Le soulier d'or
  6. Un si joli petit nuage
  7. La dernière haie
  8. La dixième plaie d'Égypte
  9. Une fine lame
  10. Cousin Michel
  11. Week-end au Paradis
  12. L'âge difficile
  13. Perpète
  14. Coup de bluff
  15. La pêche au vif
  16. Rien que la vérité
  17. Mélanie sans adieu
  18. Les nerfs en pelote
  19. Jamais rien à Coudeuvres
  20. Un dossier facile
  21. Retour de bâton
  22. Dix petites bougies noires
  23. Le couteau sous la gorge
  24. La bête noire
  25. Les portes s'ouvrent

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • À l’annonce de l’arrêt de la série par TF1 en 1988, Antenne 2 s’est montrée intéressée pour prendre la suite en tournant de nouveaux épisodes. Mais, après différentes discussions, et des désaccords sur les droits de rediffusions (Antenne 2 voulait avoir la possibilité de rediffuser les anciens épisodes), TF1 a tout simplement refusé de donner suite[1].
  • Julien Fontanes, magistrat fait partie de ces séries qui ont survécu à la privatisation de TF1. L’engouement autour de cette fiction était telle qu’il était impossible à la chaîne d’en arrêter la production. Cependant, l’arrivée de Navarro, en 1989, obligera Julien Fontanes à mettre ses habits de magistrat définitivement au placard[1]. Mais Jacques Morel donne une autre raison de l'arrêt de la série alors qu'elle rencontrait toujours un grand succès d'audience[2] : "Depuis le début, nous sommes des mal-aimés. Déjà le chef de cabinet de Robert Badinter, alors garde des Sceaux, n'appréciait pas du tout cette image du juge d'instruction qui vient chercher ses ordres à la chancellerie." On a rapporté à Jacques Morel qu'Etienne Mougeotte, le directeur d'antenne de TF1 aurait, après visionnage, exécuté cette forme de "télé de papa"[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Julien Fontanes - L'Encyclopédie des Séries TV », sur www.toutelatele.com (consulté le 11 mars 2013).
  2. Le record fut atteint en 1983 avec la diffusion de l'épisode "Week-end au Paradis" qui obtint 64% de parts de marché. En moyenne, l'audience tournait autour de 29% (Télé 7 Jours n°1467, semaine du 9 au 15 juillet 1988)
  3. Télé 7 Jours n°1467, semaine du 9 au 15 juillet 1988, page 84. Article de Michel Radenac : "Jacques Morel : Julien Fontanes méritait de vivre !"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des séries policières françaises

Liens externes[modifier | modifier le code]