Julien Fébreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julien Fébreau
Naissance (34 ans)
Rennes
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Journaliste
Spécialité compétition automobile et sports mécaniques
Médias
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite L'Équipe (2011-2013)
Télévision Canal+ (2013-présent)
Radio RMC (2002-2008) / Europe 1 (2009-2010)
Fonction Commentateur sportif

Julien Fébreau est un journaliste sportif français né à Rennes (Bretagne) le .

Il est connu pour être le commentateur officiel du Championnat du Monde de Formule 1[1] depuis 2013 sur la chaîne de télévision française Canal+ aux côtés du champion du monde canadien Jacques Villeneuve et à quelques occasions, aux côtés du quadruple champion du monde de Formule 1 Alain Prost.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et famille[modifier | modifier le code]

Julien Fébreau est né à Rennes, en Bretagne le 26 décembre 1982.

Même s'il effectue toute sa scolarité à Quimper, il passe une bonne partie de son enfance près du Circuit de Lohéac où il se rend régulièrement pour assister aux courses de Rallycross en compagnie de son père, pilote automobile, et devient passionné de course automobile.

Études et débuts à la radio[modifier | modifier le code]

Après l'obtention d'un baccalauréat en communication au Lycée Sainte Thérèse de Quimper en 2001, Julien Fébreau intègre le Studio École de France à Boulogne-Billancourt dont il sort diplômé de Journalisme, en 2003.

Après avoir intégré RMC Info[2] comme stagiaire en juillet 2002, il est engagé par la station un an plus tard où il devient assistant d'Alexandre Delpérier dans l'émission du soir DKP et producteur des programmes de Formule 1.

Commentateur de la Formule 1 sur RMC[modifier | modifier le code]

À partir du Championnat du monde de Formule 1 2005, Julien Fébreau devient reporter sur les Grands Prix de Formule 1 qu'il commente avec Alexandre Delpérier et Patrick Tambay pour RMC.

Il couvrira par la suite les saisons 2006, 2007 et 2008.

En plus de ses activités sur la Formule 1[2], Julien Fébreau couvre également les 24h du Mans et le Rallye Dakar pour la station.

Les Années Europe 1[modifier | modifier le code]

Début 2009, Julien Fébreau est recruté par Europe 1 où il retrouve Alexandre Delpérier pour commenter les Grands Prix de Formule 1 avec Dominique Bressot et Alain Prost.

Europe 1 a signé avec Formula One Management l'achat des droits de retransmission radio du championnat du monde de Formule 1 pour les saisons 2009 et 2010.

Débuts dans la Presse Écrite[modifier | modifier le code]

Fin 2010, Europe 1 décide de suspendre les retransmissions des Grands Prix de Formule 1 sur son antenne, après avoir réduit la voilure en matière de sport en arrêtant leurs talk-shows quotidiens consacrés à la discipline.

Julien Fébreau quitte alors Europe 1 et devient le spécialiste de la Formule 1 pour le journal L'Équipe.

Parallèlement à son métier de journaliste, Julien s'essaye au pilotage en participant à des manches du Championnat de France de Rallycross, au volant d'une Citroën C2, en Division 4.

Grand Reporter sur Canal +[modifier | modifier le code]

Après 20 ans de diffusion, TF1 abandonne les droits de retransmission télévisés de la Formule 1 fin 2012. Canal+ qui lui succède, cherche un commentateur pour prendre le relais de Christophe Malbranque.

Après plusieurs rumeurs évoquant Alexandre Delpérier, c'est finalement Julien Fébreau qui est choisi pour commenter la F1[3]. À ses côtés, Jacques Villeneuve devient le nouveau consultant-commentateur de la chaine.

Julien intervient également dans l'émission de débat Les Spécialistes F1 sur Canal + Sport et dans l'émission "Formula One" le dimanche soir, en clair, sur Canal +.

Julien Fébreau commente les saisons 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017 aux côtés de Jacques Villeneuve. Il est également amené à commenter quelques Grand Prix avec Alain Prost lors des mêmes saisons. La phrase au départ des Grand Prix « Montez le volume et rendez-vous au premier virage » est devenue célèbre.

Durant les Jeux Olympiques d'été 2016, il commente les épreuves de kayak en ligne et d'aviron sur Canal+[4] ainsi que la cérémonie de clôture avec Laura Flessel et Jean Galfione.

Julien Fébreau et le Sport Automobile[modifier | modifier le code]

Le Rallycross[modifier | modifier le code]

Fils du pilote automobile Christian Lefeuvre, Julien Fébreau découvre le Sport automobile et le Rallycross en particulier, en suivant son père sur les épreuves auxquelles il participe[5]. Son père deviendra d'ailleurs champion de France de Rallycross en 1992.

Entre 2008 et 2010, quand son agenda sur la F1 le lui permet, Julien s'initie à la course automobile en s'engageant sur quelques épreuves de Rallycross, au volant d'une Citroën C2 Challenge de 150 cv.

En 2011, Julien s'engage dans la catégorie "Super 1600" au volant d'une Citroën Saxo S1600 de 230 cv. Il s'impose dès sa deuxième course, lors de l'épreuve phare du championnat de France, à Lohéac, devant plus de 40 000 spectateurs.

Jusqu'en 2013, Julien continue de s'engager sur plusieurs épreuves avec cette même voiture. Il participe à un total de dix courses et récolte 5 pole position, 7 podiums dont 3 victoires.

En 2014, Julien ne peut participer qu'à une seule course, à Pont de Ruan, près de Tours, mais cette fois dans la catégorie "SuperCars" au volant d'une Citroën C4 WRC de 550 cv. À la surprise générale, Julien remporte la course et devient le troisième pilote de l'histoire à s'imposer dès sa première participation dans la catégorie reine, après Jean-Luc Pailler et Davy Jeanney.

Au mois d'aout, Julien est invité à participer à la manche canadienne du championnat du Monde FIA de Rallycross, à Trois Rivières. Engagé dans la catégorie RX Lites, Julien termine troisième et devient ainsi le premier Français de l'histoire à signer un podium à l'échelon mondial de la discipline.

En 2015, Julien participe à deux épreuves du championnat de France "SuperCars", au sein de l'équipe écossaise Albatec Racing, au volant d'une Peugeot 208 WRX de 600 cv[6]. Lors de l'épreuve de Faleyras (Gironde) il se classe 4e, avant de s'imposer quelques semaines plus tard à Pont de Ruan (Indre-et-Loire) pour la deuxième année consécutive.

Le Drift[modifier | modifier le code]

Julien découvre le Drift, discipline importée du Japon et des États-Unis, lors de l'épreuve du championnat de France de Drift de Lédenon, en 2013.

Il s'engagera à trois reprises dans la championnat de France 2014. D'abord sur le circuit de Croix en Ternois, en duo avec Franck Montagny, puis à Essay et Lédenon. À chaque fois, au volant de la Mustang de 650 cv de l'organisateur du championnat.

Autres engagements[modifier | modifier le code]

Mitjet 2L :

En 2014, Julien est invité à participer à une manche du Championnat Mitjet Series 2L en tant que pilote de la voiture du Sébastien Loeb Racing.

La manche, disputée les 26 et 27 avril sur le Circuit Bugatti du Mans dans le cadre du GT Tour, comporte 4 courses.

Julien Fébreau termine sixième des 2 premières manches du samedi avant de s'imposer lors de la Course 3, disputée sous la pluie devant les spécialistes de la discipline.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Saliou, « Julien Fébreau. Ce Quimpérois est le commentateur vedette de la Formule 1 », sur cotequimper.fr, (consulté le 4 avril 2016)
  2. a et b Emmanuel Laurent, Romain Beaupère, Fabien Carlier, « Interview exclusive de Julien Fébreau », sur confidential-renault.fr, (consulté le 4 avril 2016)
  3. Julien Delfosse, « Julien Fébreau revient sur les débuts de Canal+ en F1 », sur toile f1, (consulté le 20 mars 2014)
  4. « J.O. de Rio : les équipes de commentateurs sur Canal+ », sur leblogtvnews (consulté le 18 juillet 2016)
  5. « Rallycross. Julien Fébreau rêve de manche mondiale », sur ouest-france.fr, (consulté le 4 avril 2016)
  6. « Autocross France: Julien Fébreau en Sprint Car », sur purerallycross.com, (consulté le 4 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]