Julien Bouissoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Julien Bouissoux
Naissance (42-43 ans)
Clermont-Ferrand
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
nouvelles, roman

Œuvres principales

  • Une odyssée (2006)
  • Voyager léger (2008)
  • Une autre vie parfaite (2014)
  • Janvier (2018)

Julien Bouissoux, né en 1975 à Clermont-Ferrand[1], est un scénariste et écrivain français, installé en Suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julien Bouissoux a vécu dans plusieurs villes[2] françaises (Clermont-Ferrand, Rennes, Paris) et étrangères (Seattle, Toronto, Budapest), et vit aujourd'hui en Suisse[3], à Berne[4],[5]. Il a suivi des études d'économie et de sciences politiques[1] à Université Paris-Dauphine, où il rencontre Olivier Adam et sa future compagne Karine Reysset[6] ; tous trois seront écrivains, et publiés aux éditions de l'Olivier[6].

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Son premier ouvrage Fruit rouge, est publié en 2002 aux éditions du Rouergue ; lors de sa publication, Le Matricule des anges écrit : « Dans un texte à l'écriture retenue, Julien Bouissoux, 26 ans, scrute avec acuité l'éveil et le réveil des sentiments[7] ».

Son quatrième ouvrage, Une odyssée paraît en 2006, et pour la critique du magazine Télérama : « Après La Chute du sac en plastique et Juste avant la frontière, Julien Bouissoux poursuit – entre burlesque et poésie – son exploration de ce sentiment flou, de distance, de spleen qu’engendrent nos sociétés au confort bien rangé. Son personnage flirte avec la vie, esquisse quelques pas de danse légère, sans jamais rien serrer, ni étreindre, ni embrasser[8]. » Pour Le Matricule des anges, « Il y a quelque chose de la poésie d'un Prévert dans cet univers suspendu entre enfance et âge adulte, perdu dans le blanc de la page autant que dans celui d'une neige, qui, au final, recouvre tout[9] ».

Voyager léger est publié en 2008, et pour la critique du magazine Télérama : « Julien Bouissoux écrit comme il vit, ne s'encombre pas de grandes phrases, séduit par sa grâce désinvolte et son sourire au fond des yeux. Cette façon bien à lui de danser au bord du précipice[10] », tandis que Le Matricule des anges lui consacre un long article, dont la conclusion mentionne : « Bouissoux nous donne un livre de la renaissance. (...) C'est un livre de la lenteur aussi, sans pathos aucun, désamorcé qu'il est par une dérision douce, probablement le charme premier de ce jeune écrivain. Et c'est peut-être, enfin, un livre qui, derrière l'ironie et la légèreté (un certain fantasque, aussi) est plus sérieux que ce que l'auteur voudrait bien laisser accroire[11] ».

En 2014, il est lauréat du Prix FEMS[5], attribué par la Fondation Edouard et Maurice Sandoz, et en 2017, lauréat de la Bourse littéraire de la fondation Pro Helvetia[4].

Son recueil de nouvelles Une autre vie parfaite est lauréat du Prix Boccace 2015[12].

Début 2018 paraît Janvier[13],[14], « une fable absurde[15] », ouvrage écrit d'après une de ses nouvelles parues dans son recueil Une autre vie parfaite publié en 2014, nouvelle qu'il a pu développer en roman, grâce à sa « bourse d'écriture décernée par la Fondation Sandoz[16] ». « À la suite d’une restructuration, Janvier, employé de bureau archétypal, est oublié dans une annexe. À travers ce personnage, par petites touches, avec humanité et subtilité, Julien Bouissoux interroge la banalité du quotidien, notre rapport au travail, l’indifférence de l’entreprise, ainsi que notre part de libre arbitre[17]. » Le roman, autour du monde du travail, est également chroniqué dans le magazine L'Usine nouvelle, consacré à la production industrielle, qui écrit : « Janvier est le roman d’un homme qui apprend à se suffire. L’écriture de Julien Bouissoux reflète cette vie simple, libérée de toutes contraintes. Derrière la fable légèrement absurde se tient en embuscade une réflexion intéressante sur ce que signifie « avoir un emploi » ou « être utile »[18] ». Le roman est sélectionné pour le Grand Prix RTL-Lire 2018[19], et actuellement en lice pour le Prix Françoise-Sagan 2018[20], dont le lauréat sera proclamé en juin.

Le scénariste[modifier | modifier le code]

Depuis 2013, il est également scénariste pour le cinéma, en Suisse. Il déclare en 2014 : « Le problème n'est pas tellement la rétribution, mais le fait qu’il s’agit souvent d'un travail irrégulier, comme c'est le cas pour tous les artistes indépendants. (...) Comme scénariste, j'ai au moins reçu un salaire. Un cadeau du ciel pour ceux qui, comme moi, sont habitués à la vie d'écrivain qui, plus qu’un métier, est une vocation, à l’instar de gardien de phare ou moine[21] ».

Il est coscénariste du réalisateur suisse Lionel Baier, et il indique : « J'ai eu de la chance d'être contacté par Lionel Baier, à qui l'humour de mes livres a plu. Et nous nous sommes compris dès le départ. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde[21] ». Il coscénarise plusieurs de ses films, dont Les Grandes Ondes (à l'ouest) en 2013, et La Vanité en 2015. Pour ces deux films, il est nommé pour le Meilleur scénario au Prix du cinéma suisse, en 2014[22] et 2016[23], et pour La Vanité, il est également nommé pour le Trophée Francophone du Scénario aux Trophées francophones du cinéma 2016[24].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) Fiche de Julien Bouissoux, sur le site swissfilms.ch.
  2. Rencontre avec Julien Bouissoux, site benzinemag.net du 18 septembre 2004.
  3. Fiche de l'auteur, sur le site de son éditeur, les éditons de l'Olivier.
  4. a b et c « Bourses littéraires 2017 : poèmes d’amour et romans d’anticipation », site prohelvetia.ch, du 14 juin 2017.
  5. a b et c «  Le Prix FEMS 2014 revient à l'écrivain Julien Bouissoux », article du journal 24heures.ch du 27 septembre 2014.
  6. a et b Article du journal L'Express du 2 septembre 2007.
  7. a et b Avis critique de Fruit rouge, magazine Le Matricule des anges n°38, mars-mai 2002.
  8. a et b Michel Abescat, avis critique de l'ouvrage Une odyssée, magazine Télérama du 25 mars 2006.
  9. a et b Avis critique de Une odyssée, magazine Le Matricule des anges n°72, avril 2006.
  10. a et b Michel Abescat, avis critique de l'ouvrage Voyager léger, magazine Télérama du 3 mars 2008.
  11. a et b Avis critique de Voyager léger, magazine Le Matricule des anges n°90, février 2008.
  12. a et b Lauréat 2015, site tuconnaislanouvelle.fr.
  13. a et b Christophe Claro, « Le feuilleton. Une impasse nommée désir », article Le Monde des livres du 15 février 2018.
  14. a et b Mathieu Champalaune, «  Janvier, de Julien Bouissoux – En janvier, fais ce qu’il te plait », article du site maze.fr du 23 janvier 2018.
  15. a et b Julien Burri, « Les journées trop tranquilles de l’employé fantôme », article du journal Le Temps (Suisse) du 16 février 2018.
  16. a et b « Julien Bouissoux: Janvier », émission de radio de Rts (Suisse) du 15 janvier 2018.
  17. a et b Sébastien Omont, « Le travail oublié », article du magazine En attendant Nadeau, n°48, janvier 2018.
  18. Christophe Bys, « [Muses industrielles] « Janvier », la douce fable sur le travail de Julien Bouissoux », article du magazine Usine nouvelle du 23 mars 2018.
  19. a et b Antoine Oury, « 5 finalistes pour le Grand Prix RTL-Lire 2018 », article du site actualitte.com du 9 janvier 2018.
  20. a et b Sélections du Prix Françoise-Sagan 2018, sur le site lalettredulibraire.com.
  21. a et b Stefania Summermatter, «  Scénariste, le maillon faible du cinéma suisse », article du site swissinfo.ch du 20 mars 2014.
  22. a et b Nominations 2014, site officiel du Prix du cinéma suisse.
  23. a et b Nominations au Meilleur scénario 2016, site officiel du Prix du cinéma suisse.
  24. a et b Fiche du film et ses prix, sur le site swissfilms.ch.
  25. Article du journal Le Monde, du 3 septembre 2004.
  26. Dominique Baillon-Lalande, avis critique de Une autre vie parfaite, site encres-vagabondes.fr du 22 décembre 2014.
  27. Le court métrage, sur le site swissfilms.ch.

Liens externes[modifier | modifier le code]