Julie Moulier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julie Moulier
Image dans Infobox.
Julie Moulier dans Comme des garçons
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Julie Moulier est une actrice française née le dans le 15e arrondissement de Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi l'enseignement de Delphine Eliet à l'école du Jeu[2], elle intègre le Conservatoire national supérieur d'art dramatique en 2008[3]. Elle y travaille avec Philippe Torreton, Caroline Marcadé, Yann-Joël Collin et termine son cursus, en 2011, auprès de Nada Strancar et d’Olivier Py[4]. En 2012 et 2013, elle interprète la marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses mis en scène par John Malkovich au Théâtre de l’Atelier[5] ainsi que La Mère dans Embrassez-les tous de Barbara Métais-Chastanier mis en scène par Keti Irubetagoyena au Centquatre-Paris. Elle joue ensuite dans L’Image de Samuel Beckett mis en scène par Arthur Nauzyciel (Aichi Theatre Center de Nagoya – Japon), dans Contractions de Mike Bartlett et Ne me touchez pas[6] dans des mises en scène d'Anne Théron. Elle interprète seule Il n'y a pas de certitude de Barbara Métais-Chastanier, mis en scène par Keti Irubetagoyena, créé en au théâtre de la Commune.

Elle fait régulièrement des lectures publiques[7] (Olivia Rosenthal, Christian Siméon, Romain Gary, Dino Buzzati, Marina Tsvetaïeva, Marguerite Duras, etc.) et prête souvent sa voix à des fictions radiophoniques pour Radio France. Le Figaro Madame du lui consacre d'ailleurs un portfolio consacré aux "Lectures sur scène" aux côtés de Dominique Blanc, Clotilde Courau ou encore Judith Chemla[8].

Elle tourne enfin pour le cinéma avec Justine Triet (Victoria[9]), Pierre Godeau (Éperdument), Fabienne Godet (Une place sur la Terre et Nos vies formidables), Rebecca Zlotowski (RZ2, Planétarium), Riad Sattouf (Jacky au royaume des filles) et Thierry de Peretti (Enquête sur un scandale d'État).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Fictions radiophoniques et mises en voix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julie Moulier sur lesgensducinema.com
  2. Keti Irubetagoyena, « Peut-on enseigner la présence scénique? Delphine Eliet, une pédagogue à lacroisée des théories de l’art du jeu qui ont marqué le XXème siècle théâtral. », sur Ecole normale supérieure de lyon - ENS LYON, (consulté le ), p. 148
  3. « Julie Moulier - Profil - Rue du conservatoire », sur www.rueduconservatoire.fr (consulté le )
  4. « Opus Magnum - Programme 2010-2011 - CNSAD - Présentations publiques », sur www.cnsad.fr (consulté le )
  5. « "Les Liaisons dangereuses" de Malkovich : torrides et épatantes ! » (consulté le )
  6. a et b « Anne Théron entre Laclos et Nordey : les liaisons heureuses » (consulté le )
  7. Moulier, Julie, « Une forme oubliée », sur agon.ens-lyon.fr (consulté le )
  8. « PressReader.com - Connecting People Through News », sur www.pressreader.com (consulté le )
  9. « «Victoria», cours magistral d’alchimie » (consulté le )
  10. « Nous ne ferons pas d’histoires (Let’s Not Cause Trouble) », sur www.femis.fr (consulté le )
  11. « Work In Progress - un film de Louis Arene », sur Vimeo (consulté le )
  12. « Léonard a des ennuis (épisode 1) », sur Vimeo (consulté le )
  13. « Nuit blanche », sur Vimeo (consulté le )
  14. « Tuer un homme | Festival de la fiction TV », sur www.festival-fictiontv.com (consulté le )
  15. Livret d'opéra d'Elektra, Scala (Milan)
  16. « "Contractions": quand l'entreprise formate ses salariés au Théâtre de Blossac » (consulté le )
  17. « Impatience - Festival de jeunes compagnies », (consulté le )
  18. « PressReader.com - Connecting People Through News », sur www.pressreader.com (consulté le )
  19. Elodie Bernelin, « La Belle Maguelone », sur Festival International d'Art Lyrique d'Aix-en-Provence, (consulté le )
  20. « Catalina de Erauso du 13 mars 2016 - France Inter » (consulté le )
  21. « Une brume si légère » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]