Julie Lavergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavergne.
Julie Lavergne
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
Nationalité
Activité

Cécile Joséphine Julie Lavergne, née le 19 décembre 1823 à Paris et morte le 16 mars 1886 à Paris, était une écrivaine française.

Fille de Georges Ozaneaux, elle épousa en 1844 le peintre Claudius Lavergne[1]. Elle écrivit de nombreux contes et nouvelles, évoquant souvent l'histoire et les paysages de sa Normandie. Ce fut une catholique fervente et monarchiste, amie de Louis Veuillot et d'Henri Lacordaire [2]. Son fils, Joseph, publia sa Correspondance après sa mort, en 1902.

La correspondance de Julie Lavergne dévoile une forte personnalité, doublée d'une vive sensibilité que les règles de bienséance inculquées ne parviennent pas à masquer et étouffer. Ces lettres dévoilent aussi comment pouvait s'opérer l'intériorisation des règles de vie imposées aux femmes dans la société du XIXe siècle. Mais au-delà de cette intériorisation, si parfaitement réussie chez Julie Lavergne, cette correspondance trahit, plus qu'elle ne dit, la lancinante difficulté d'être une femme prisonnière d'un rôle assigné. L'instruction soignée dont a bénéficié Julie Lavergne lui permit de se passionner pour la chose intellectuelle, de s'y réfugier dans les heures de terrible souffrance, et de mettre des mots sur ses douleurs autant que sur ses joies, ses contradictions intérieures et ses déchirures intimes. "Pendant les longues souffrances[....]je suis revenue à ce qui avait été la passion de ma jeunesse: l'étude des monuments et des livres" écrit-elle. Elle considèrera ses romans comme ses "enfants de papier". "Fille que je suis, qu'ai-je fait depuis dix-sept ans? écrit-elle à son père. Garçon, j'aurais été un savant; je serais parvenu, par mes talents, à une position honorable; fille, j'ai émietté mon temps aux petites occupations femelles" renonçant aux études qu'elle aimait et regrettant de ne jamais pouvoir signer ses œuvres du nom de "Jules" (lettre à son père, 15 mai 1841)Ref. Bibliographique: Danielle Donet-Vincent: "Julie Lavergne à travers sa correspondance: une femme dans son siècle" in Lunes, N° 9, octobre 1999.

Sur les autres projets Wikimedia :

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Neiges d'antan (1877)
  • Contes français (1848)
  • Une nuit pendant la Fronde (1876)
  • Fiordilino (1876)
  • L’Hôpital de Bruges (1878)
  • Légendes de Trianon, Versailles et Saint-Germain (1879), réédité aux Éditions Dismas en 1988.
  • Fleurs de France (1880)
  • Légendes de Fontainebleau (1880)
  • Les Jours de cristal (1882)
  • La Maison de porcelaine (1882)
  • Les Captifs de Jumièges (1883)
  • Le Pendule à musique (1884)
  • La Rose thé (1884)
  • Une jeune châtelaine au XVIIe siècle (1886)
  • Lydie Dartel (1886)
  • L'Arc-en-ciel (posth.)
  • L'hirondelle
  • Le Chevalier de Trélon et Les Stuarts en France
  • Chroniques normande (1905)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il existe un portrait de Julie Lavergne par son époux (en frontispice de Légendes de Trianon, Versailles et Saint-Germain et autres contes, Dismas, 1988)
  2. Julie Lavergne, Légendes de Trianon, Versailles et Saint-Germain et autres contes, Dismas, , p. 7

Liens externes[modifier | modifier le code]