Julian Bell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bell.
Julian Bell

Julian Heward Bell (4 février 190818 juillet 1937) est un poète anglais, fils de Clive et Vanessa Bell, et neveu de Leonard et Virginia Woolf.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 4 février 1908, Julian Bell est le frère aîné du peintre et écrivain Quentin Bell. Tous deux ont pour demi-sœur Angelica Garnett, fille de Duncan Grant. Julian Bell passe son enfance à Charleston Farmhouse, dans le Sussex, et fait ses études d'abord à Leighton Park puis à King's College (Cambridge), où il est membre de la société secrète des Cambridge Apostles. Destiné à perpétuer l'émulation intellectuelle du Bloomsbury Group, il fréquente l'économiste John Maynard Keynes et quelques uns de ses protégés Frank Ramsey et Ludwig Wittgenstein. Il fait connaitre à l'économiste son amant Anthony Blunt et son ami Guy Burgess qui appartiennent aussi aux Cambridge Apostles et qui se révéleront ensuite être membres du réseau créé par Kim Philby, les Cinq de Cambridge[1]. Dans les années 1930, si l'influence du Marxisme est dominante à Cambridge et même si Julian Bell se radicalise, il n'adhère pas au réseau d'espionnage dont le principal agent recruteur est Anthony Blunt qui vit en couple avec Guy Burgess.

Néanmoins, en 1935, il se rend en Chine, où il enseigne l'anglais à l'université de Wuhan. Puis, en 1937, il rejoint les rangs des Républicains pendant la guerre civile espagnole en tant qu'ambulancier. À 29 ans, il trouve la mort pendant la bataille de Brunete.

Cette disparition prématurée passe pour avoir renforcé la détermination des Cinq de Cambridge dans leur volonté de combattre le fascisme. Elle marque tout aussi profondément l'ensemble du Bloomsbury Group et transparaît d'une façon explicite ou allusive dans les recueils de souvenirs et les œuvres romanesques publiés par les auteurs de ce cénacle. A la demande de Vanessa Bell, John Maynard Keynes, écrira un mémoire en hommage au jeune poète disparu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Winter Movement, poèmes, 1930
  • We Did Not Fight: 1914-1918 Experiences of War Resisters, 1935
  • Work for the Winter, poèmes, 1936
  • Essays, Poems and Letters, éd. par Quentin Bell, 1938

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Quentin Bell, Bloomsbury, Futura Publications, 1974.
  • (en) Quentin Bell, Bloomsbury Recalled, Columbia University Press, New York, 1996.
  • Angelica Garnett, Trompeuse Gentillesse, Christian Bourgois, 1986.
  • (en) Patricia Laurence, Lily Briscoe's Chinese Eyes: Bloomsbury, Modernism, and China, 2003.
  • (en) Frances Spalding, Vanessa Bell, 1983.
  • Christian Soleil, Mémoires de Duncan Grant, un Highlander à Bloomsbury, Monpetitéditeur, Paris, 2011.
  • Christian Soleil, Mémoires de Duncan Grant, A Bohemian Rhapsody, Monpetitéditeur, Paris, 2012.
  • Christian Soleil, Le Neveu de Virginia Woolf, entretien avec Julian Bell, Publibook, Paris , 2012.
  • (en) Stansky Peter & William Abrahams, Julian Bell: From Bloomsbury to the Spanish Civil War,  Stanford : Stanford University Press,  2012
  1. Jean-Marc Siroën, « John Maynard Keynes et le cercle des espions », The Conversation,‎ (lire en ligne)