Julia Verlanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Julia Verlanger
Nom de naissance Éliane Grimaître
Alias
Gilles Thomas
Julia Verlanger
Naissance
Décès (à 55 ans)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Française
Genres

Éliane Taïeb[1], née Grimaître le et morte le (à 55 ans), plus connue sous ses pseudonymes de Gilles Thomas ou Julia Verlanger, est une autrice française de science-fiction.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son premier texte, intitulé Les Bulles, est une nouvelle parue en octobre 1956 dans la revue Fiction où elle publie régulièrement un total d'une vingtaine de nouvelles jusqu'en 1963. Elle réapparaît ensuite en 1976, avec deux romans publiés dans la collection Fantastique du Masque et, sous le pseudonyme de Gilles Thomas, dans la collection Anticipation du Fleuve noir où elle démarre un cycle de trois romans post-apocalyptiques, L'autoroute sauvage, La mort en billes et L'île brûlée.

La quasi-totalité des romans de Gilles Thomas prend place dans un univers où l'humanité n'est plus limitée à la Terre comme seul habitat. André-François Ruaud évoque d'ailleurs une « histoire du Futur en filigrane »[2]. En effet, presque aucune allusion n'est faite sur le processus qui a mené l'homme à conquérir d'autres planètes dans les romans de Thomas mais même sur un monde médiéval (D'un lieu lointain nommé Soltrois), la toile galactique est toujours présente.

Exceptions dans son œuvre : le livre Les Ratés écrit sous le pseudonyme de Gilles Thomas, se situe sur Terre et reprend les thèmes du Gestalt et de la difformité, thèmes de prédilection de Theodore Sturgeon, qu'il traite en particulier dans Cristal qui songe et Les plus qu'humains ; ainsi que Magie sombre, également écrit sous le nom de Gilles Thomas, mais sortant du registre de la science-fiction pour entrer dans celui du fantastique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Gilles Thomas[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Julia Verlanger[modifier | modifier le code]

  • La Flûte de verre froid, 1976
  • Les Portes sans retour , 1978

Recueils de nouvelles et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Les Oiseaux de cuir, no 1999, l'un des rarissimes recueils de nouvelles parus dans la collection Anticipation de Fleuve Noir. Le contenu en est le suivant :
    • Chasse au rêveur (1963)
    • Reflet dans un miroir (1959)
    • Point final (inédit)
    • Nous ne vieillirons pas (1961)
    • Les gladiateurs (1958)
    • Les oiseaux de cuir (1958)
    • La fenêtre (1958)
    • Si belles et si froides (inédit)
    • Le laxxi (inédit)
    • Les crabes (1960)
    • La fille de l'eau (1957)
    • Les rois détronés (1973)
    • Une caisse de pruneaux (1961)
    • Les R.A. (1961)
    • La nuit de Martha (1958)
    • Le mal du dieu (1960)
    • Henrietta (inédit)
    • Soyez bons pour les animaux (1959)
    • Match contre Venus (1958)
    • Le cube (1959)
    • Les derniers jours (1958)
    • Le brouillard (1957)
    • Rue du loup-pendu (inédit)
    • Mon copain Jick (1957)

Ces textes avaient été publiés, pour leur grande majorité, dans les périodiques spécialisés Fiction (magazine), Galaxie (magazine) ou encore Satellite (magazine), sous le pseudonyme de Julia Verlanger.

Intégrale[modifier | modifier le code]

Les éditions Bragelonne ont réédité son œuvre en cinq volumes (2008-2010).

  1. La Terre sauvage : L'Autoroute sauvage, La Mort en billes, L'Île brûlée, « Les Bulles », « Le Recommencement », « Nous ne vieillirons pas », « Les Derniers jours » - articles de Laurent Genefort et Serge Perraud
  2. Récits de la Grande Explosion : Les Portes sans Retour, Les Hommes marqués, La Jungle de Pierre, Horlemonde, « Les Gladiateurs » - postface de Xavier Dollo
  3. Dans les mondes barbares : La Croix des décastés, Les Voies dAlmagiel, L'Ange aux ailes de lumière, D'un lieu lointain nommé Soltrois - postface de Roland C. Wagner
  4. Les Portes de la Magie : La Flûte de verre froid, La Porte des serpents, Les Cages de Beltem, « La Fille de l'eau », « Reflet dans un miroir » - entretiens avec Julia Verlanger
  5. Les Parias de l'impossible : Les Ratés, La Légende des Niveaux Fermés, Magie sombre, « Le Brouillard », Nouvelles du Loup pendu (« Une caisse de pruneaux », « Le Laxxi », « Match contre Vénus », « Point final », « Le Mal du dieu », « Mon copain Jick », « Soyez bon pour les animaux », « La Nuit de Martha », « Les Oiseaux de cuir », « Les R.A. », « Répression », « Les Rois détrônés », « La Fenêtre », « Le Cube », « Les Crabes », « Le Bûcher de la sorcière », « Si belles et si froides », « Rue du Loup-Pendu ») - postface de Serge Brussolo et poème de Stefan Wul en hommage à Julia Verlanger

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le roman de Gilles Thomas Les cages de Beltem a reçu le Prix Julia-Verlanger 1996, qui est le premier nom de plume d'Eliane Taïeb, sous lequel elle publia La flûte de verre froid et Les portes sans retour. Cette décision a été prise en raison du manque de qualité des ouvrages publiés cette année-là dans les catégories éligibles.

Postérité[modifier | modifier le code]

Prix Julia-Verlanger[modifier | modifier le code]

Le Prix Julia-Verlanger, sous l'égide de la Fondation de France, récompense chaque année une œuvre de science-fiction d'aventures, de fantasy ou de fantastique. Créé après sa mort par son époux, il est décerné par un jury (actuellement présidé par Sara Doke) depuis le décès de celui-ci.

Auteurs influencés par Verlanger[modifier | modifier le code]

Il est encore difficile de quantifier l'influence de Gilles Thomas sur les générations d'après, mais sa patte bien particulière a laissé des traces nettes dans l'imaginaire d'auteurs tels que Laurent Genefort (Elaï, Le Sang des Immortels), Hugues Douriaux (Prix Julia-Verlanger 1989), et plus récemment Thomas Geha (A comme Alone) ou Laurent Whale (Le chant des Psychomorphes, Les étoiles s'en balancent). Thomas Geha évoque cette influence dans un article publié sur son blog. Hugues Douriaux, dans un dossier intitulé "Hugues Douriaux : côté rêve et côté réel" publié dans son roman Le Monde au-delà des brumes au Fleuve Noir Anticipation, dit ceci à propos de Verlanger : "Mes goûts en littérature ? […] Je citerai également une dame que j'appréciais beaucoup, Julia Verlanger, alias Gilles Thomas, qui savait manier la plume et construire de solides histoires, bien ficelées et qui se terminaient bien (ça j'aime!)." Par ailleurs, il existe aussi deux adaptations BD de ses romans, toutes deux aux Humanoïdes Associés. Il s'agit de Soltrois, revisitation D'un lieu lointain nommé Soltrois et de l'album Horlemonde (avec au dessin Cédric Peyravernay) qui lui mélange Horlemonde et Les voies d'Almagiel. Les deux séries n'ont connu qu'un seul tome.

Adaptations des œuvres de Verlanger[modifier | modifier le code]

En 2006, chez Les Humanoïdes Associés, est paru le 1er volume d'une série BD intitulée Soltrois, présentée comme écrite d'après D'un lieu lointain nommé Soltrois de Gilles Thomas et, semble-t-il, approuvée par la Fondation Julia Verlanger dont le nom est mentionné.

Une autre adaptation en bande dessinée est la série Horlemonde, adaptée du roman éponyme par Patrick Galliano et dessinée par Cédric Peyravernay, en deux tomes. Le premier tome est sorti en et le deuxième tome en 2013. Cette série est également éditée par les Humanoïdes Associés.

Ont ensuite été adaptés en bandes dessinées les romans L'Autoroute sauvage et Les Décastés d'Orion (2017).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éliane d'après la notice d'autorité personne de la BnF
  2. Yellow Submarine n°102, juin 1993

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]