Julia Kerninon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julia Kerninon
Alias
Julia Kino
Naissance (33 ans)
Nantes, France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Julia Kerninon, née le à Nantes[1], est une écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de parents instituteurs bretons, Julia Kerninon grandit à Nantes[1],[2]. Elle participe dans sa jeunesse aux scènes de slam poésie[3],[4] puis publie sous le pseudonyme « Julia Kino »[5] après une pause dans ses études pour vivre à Budapest et écrire[2].

En 2016, elle obtient un doctorat en littérature américaine[6],[1].

Après avoir vécu dans le 18e arrondissement de Paris, Julia Kerninon réside depuis 2017 à Nantes[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Julia Kino[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Julia Kerninon[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Ils vécurent heureux et n'eurent pas d'enfants, Éditions Kero, 2019, 293 p.
  • Thornhill, Pam Smy, Éditions du Rouergue, 2019, 544 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Quentin Girard, « Julia Kerninon, machine à écrire », Libération, 22 janvier 2017.
  2. a b et c Monique Verdussen, « Julia Kerninon entêtée comme une vieille Bretonne à exalter la lecture », La Libre Belgique, 10 janvier 2017.
  3. « Julia Kerninon: "Une activité respectable" », RTS, 13 février 2017.
  4. « Buvard, un roman sur l'écriture et la lecture », Ouest France, 23 décembre 2015.
  5. a et b Amélie Cooper, « Julia Kerninon, l’éclosion d’un succès », Le Magazine littéraire,‎ (lire en ligne).
  6. Sous la dir. de Cécile Cottenet et Sophie Vallas, Figures du romancier américain : l'entretien littéraire selon The Paris Review (1953-1973), Aix-en-Provence, Université d'Aix-Marseille, (présentation en ligne).
  7. Marine Landrot, « Buvard », Télérama,‎ (lire en ligne).
  8. Lauréats du prix René-Fallet.
  9. Antoine Oury, « Le dernier amour d’Attila Kiss, Prix de la Closerie des Lilas 2016 », sur ActuaLitté, (consulté le 9 mai 2016).
  10. Valentin Gaborieau, « Le 2ème roman primé pour la Nantaise Julia Kerninon », sur France 3 Pays de la Loire, (consulté le 9 mai 2016).
  11. Jean Birnbaum, « Julia Kerninon, l’enfant perché », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2019).
  12. Zoé Courtois, « Les choix de la Matinale : Ma dévotion, de Julia Kerninon », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2019)
  13. « Les prix littéraires et artistiques de la Chancellerie des Universités de Paris », sur La Sorbonne, (consulté le 18 décembre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]