Jules de Laurière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurière (homonymie).
Jules de Laurière
Naissance
La Rochefoucauld
Décès (à 68 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession

Jules de Laurière, (1825-1894) est archéologue et pionnier de la photographie.

Famille[modifier | modifier le code]

De son vrai nom Mathieu, Louis, Jules Pasquet du Bousquet de Laurière, il est né le 2 décembre 1825 à La Rochefoucauld (Charente), et mort à Paris le 3 octobre 1894. Il est le fils de Clair Mathieu Pasquet du Bousquet de Laurière (1767-1831), écuyer, avocat, conseiller du prince de Condé, maire de Saint-Projet, chevalier de Saint-Louis, et de Marie-Victoire de Jean de Jovelle (1782-1847). Il est resté sans alliance ni descendance. Toutefois les branches collatérales de la famille font partie des familles subsistantes de la noblesse française.

La famille Pasquet du Bousquet de Laurière, originaire de l'Angoumois, compte dans ses rangs trois chevaliers de Saint-Louis. Elle est anoblie en 1702. Ses armes portent d'azur au chevron d'or accompagné d'un croissant d'argent accosté de 2 étoiles du même et en pointe d'une sphère d'argent posée sur un pied d'or[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Jules de Laurière est archéologue et passionné de photographie.

Il est membre de la Société historique et archéologique de la Charente, mais aussi secrétaire général de la Société française d'archéologie et du Bulletin monumental des Monuments historiques.

Il publie différents articles sur l'église Saint-Yves-des-Bretons à Rome dont il déplore la destruction. Il a photographié de nombreux monuments français.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules de Laurière, « Funérailles du cardinal Robert Guibé. Un mot sur la chapelle des Guibé à Rennes », dans Congrès archéologique de France. Séances générales tenues par la Société française pour la conservation des monuments historiques à Vannes, 1881, Paris, 1882, p. 257-263.
  • Jules de Laurière, « L'église Saint-Yves des Bretons à Rome, ses dalles funéraires et ses inscriptions», dans Congrès archéologique de France. Séances générales tenues par la Société française pour la conservation des monuments historiques à Caen, 1883, Paris, 1884.
  • Jules de Laurière, Eugène Müntz, Giuliano da Sangallo et les monuments antiques du Midi de la France au XVe siècle, [s.l], 1885, 36 p.-[6] f.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, 2007, p.149-150.

Liens externes[modifier | modifier le code]