Jules Tellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tellier.
Jules Tellier
Description de cette image, également commentée ci-après
Antoine Bourdelle, Monument à Jules Tellier (1895, détail),
Le Havre, square Saint-Roch[1].
Naissance
Le Havre (Seine-Maritime)
Décès (à 26 ans)
Toulouse (Haute-Garonne)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Jules Tellier est un écrivain, poète et journaliste français, né au Havre le et mort à Toulouse le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Tellier entre à l’université en 1882 et devient professeur à Cherbourg, à Langres, à Constantine et à Moissac (1885-1887). Puis il se rend à Paris et collabore au journal Le Parti national.

Il meurt le le 29 mai 1889 de la fièvre typhoïde à l'hôpital de Toulouse, alors qu'il rentrait d'un voyage en Algérie et en Espagne.

Le musée d'art moderne André-Malraux du Havre conserve un buste de Jules Tellier par Antoine Bourdelle (1895).

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Henriette Charasson, Jules Tellier, 1863-1889, Paris, Mercure de France, 1922.
  • Maurice Martin Du Gard, Jules Tellier, Les Amis d'Édouard no 93, 1925 (cet texte est précédemment paru en une des Nouvelles littéraires du 25 juillet 1925).
  • G. Jean-Aubry, Essai sur Jules Tellier, précédé d'une préface de Francis de Miomandre, Paris, E. Sansot, 1904.
  • Maurice Barrès, Discours à la bien-aimée, discours prononcé au Havre, square saint-Roch, le 27 octobre 1895, pour l'inauguration du Monument à Jules Tellier réalisé par Antoine Bourdelle.

Liens externes[modifier | modifier le code]