Jules Joire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jules Joire
Naissance
Roubaix (Nord)
Décès (à 29 ans)
Toula (Russie)
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau français République française
Drapeau de la France Forces françaises libres
Arme Armée de l'air
Grade French Air Force-sous-lieutenant.svg Sous-lieutenant
Années de service 19341944
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Croix de guerre 1939-1945

Jules Joire (Roubaix, - Mort pour la France[1] à Toula le ) est un militaire français, Compagnon de la Libération. Aviateur s'illustrant lors de la bataille de France, il rallie ensuite la France libre. Prisonnier du régime de Vichy et de l'Espagne franquiste, il rejoint à nouveau les Forces aériennes françaises libres avec lesquelles il combat en URSS lorsqu'il meurt dans un vol d'entraînement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

Né le à Roubaix (Nord), Jules Joire commence son service militaire en à l'école de pilotage d'Istres[2]. Après avoir obtenu un brevet de pilote, il est affecté au groupe de chasse 1/4 en [3]. À la fin de son service en , il travaille dans une banque mais effectue parallèlement des missions volontaires au groupe aérien d'observation de Lille[4].

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jules Joire est mobilisé en et retrouve le groupe de chasse 1/4 à Reims où il est sergent à la 1re escadrille[2]. Du 10 au il participe à la bataille de France où, aux commandes d'un Curtiss P-36 Hawk, il réalise 80 missions au-dessus de la France, de la Belgique et des Pays-Bas, remportant au passage 6 victoires aériennes[3]. Blessé au combat le dans le ciel de Beauvais, il est évacué sur Argentan puis sur Douarnenez où il apprend la nouvelle de l'armistice[4].

Entendant l'Appel du général de Gaulle, il s'embarque le à destination de l'Angleterre qu'il atteint le 22[2]. Aussitôt engagé dans les Forces aériennes françaises libres, il effectue un stage en Operational Training Unit à Sutton Bridge puis est affecté au Groupe mixte de combat no 1 sous les ordres du lieutenant-colonel de Marmier[4].

Embarqué à bord du HMS Ark Royal, il participe à l'expédition de Dakar avec pour mission de convaincre les aviateurs vichystes de rallier la France libre[3]. Atterrissant sur la base de Dakar en compagnie de Jacques Soufflet et Fred Scamaroni, les trois hommes ne parviennent pas à faire changer de camps leurs compatriotes et sont faits prisonniers[4]. Rapatrié en France, il bénéficie d'un non-lieu et est libéré en et essaye dès lors de rejoindre à nouveau la France libre[2].

Tentant de gagner l'Afrique du Nord en passant par l'Espagne en , il est arrêté par les franquistes et est incarcéré plusieurs mois à la prison de Pampelune[3]. Une fois libéré, il retente sa chance et parvient cette fois jusqu'à Gibraltar d'où il gagne l'Algérie le [4]. Volontaire pour le Groupe de chasse Normandie, il est envoyé en URSS en et affecté à la 2e escadrille du groupe[3].

Promu sous-lieutenant le , il s'envole le même jour pour un vol d'entraînement au-dessus de Toula. Lors du vol, il est victime d'une collision en vol avec l'un de ses compatriotes[3]. Réussissant à sauter, il est cependant rattrapé par son avion et périt dans l'accident. D'abord inhumé à Moscou, son corps est rapatrié en et enterré au cimetière militaire de Tourcoing[2].

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier de la Légion d'Honneur Compagnon de la Libération Croix de Guerre 1939-1945
Médaille de la Résistance française
Avec rosette
Médaille des blessés de guerre Médaille des évadés

Hommages[modifier | modifier le code]

Une rue de Tourcoing a été baptisée en son honneur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche sur le site "Mémoire des Hommes" »
  2. a b c d et e « Biographie - Ordre National de la Libération »
  3. a b c d e et f Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, (ISBN 978-2-35639-033-2 et 2-35639-033-2)
  4. a b c d et e Jean-Christophe Notin, 1061 Compagnons : histoire des Compagnons de la Libération, Paris, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Lafont, Aviateurs de la liberté : Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres, Vincennes, SHAA, , 320 p. (ISBN 2-904521-46-1).
  • Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud 1940-1942 : Aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Paris, Editions du Gerfaut, , 286 p. (ISBN 2-914622-92-9, lire en ligne).
  • Mémorial des Compagnons - 1940-1945 : Compagnons morts en le 18 juin 1940 et le 8 mai 1945, Paris, Imprimerie nationale, .
  • Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Paris, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2).
  • Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, , 1230 p. (ISBN 978-2-35639-033-2 et 2-35639-033-2).
  • « Les Forces Aériennes Françaises Libres. Juin 1940 : naissance des FAFL au Moyen-Orient », Icare (revue), no 128,‎ .
  • Yves Morieult, « Les French Flight des escadrilles françaises au sein de la RAF », Aéro Journal, no 33,‎ .
  • Dominique Breffort, « Les Forces Aériennes Françaises Libres et la reconstitution de l'armée de l'air (1940-1945) », Wing Masters, no HS n°3,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]