Jules Dumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dumont.
Ne doit pas être confondu avec Jules Dumont d'Urville.
Jules Dumont
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Membre de
Conflit
Distinctions

Jules Dumont, né le [1] à Roubaix et mort fusillé le au Mont-Valérien, a été un militant communiste et résistant avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de cordonnier, cet ancien sergent devenu capitaine en 14-18, décoré de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur, quitte l'armée en 1920.

Établi au Maroc, il vient en aide aux personnes nécessiteuses et aux petits colons. Soupçonné de propagande anticolonialiste, il est arrêté, condamné le pour militantisme communiste et distribution de journaux interdits : L’Orient arabe et l’Humanité, et aussitôt expulsé[2].

À l'automne 1935, il est envoyé comme conseiller militaire par l’Internationale communiste en Éthiopie pour aider à contrer l'offensive fasciste de Mussolini.

En , Jules Dumont est volontaire pour organiser l’instruction des combattants des Brigades internationales. Il constitue la centurie « Paris », commande avec le grade de colonel le bataillon Commune de Paris de la Ire Brigade internationale , puis le bataillon La Marseillaise de la XIVe Brigade[2]. S'entendant mal avec le Soviétique Walter il est mis à l'écart.

Revenu en France il participe à la résistance communiste. En 1940 il est très brièvement directeur gérant de Ce soir, journal légal communiste, no 1, 8 juillet 1940, dont la sortie n'avait pas été autorisée par la censure allemande. Le « colonel Paul » participe à la fondation de l'Organisation spéciale. Il est un des commissaires politiques du premier comité militaire national des FTP. À l'origine du déraillement de train d’Épinay en juillet 1941 et de plusieurs autres actions, il est nommé chef militaire de la région Nord-Pas-de-Calais-Aisne-Ardennes, au début de l’année 1942.

Arrêté par la police allemande le à Wasquehal[1], torturé, il est fusillé au fort du Mont-Valérien le [3].

La mention Mort pour la France lui a été attribuée par le Ministère des Anciens Combattants en date du [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Auguste Gillot et Simone Gillot (préf. Georges Cogniot), Un couple dans la Résistance : pendant les combats clandestins pour la libération de la France naquit une histoire d'amour, Paris, Éditions Sociales, coll. « Souvenirs », , 334 p. (OCLC 461492259, notice BnF no FRBNF34568036), p. 65
  2. a et b Notice biographique, par Jean Maitron, Claude Pennetier, maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr
  3. Jules Dumont, colonel ftp, des-gens.net
  4. Sa fiche dans la base des fusillés du Mont-Valérien, memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]