Jules Dauban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jules Dauban
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Fratrie
Charles-Aimé Dauban (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Jules Dauban[1], né le à Paris et mort en 1908 à Sainte Foy la Grande en Gironde au château de Graveron, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Remise de la charte aux bourgeois de la ville d'Angers par le roi de France Louis XI (1901), mairie d'Angers.

La famille Dauban s'installe à Angers en 1844, à la suite de la nomination du père de Jules Dauban à la direction de l'école des arts et métiers d'Angers. Son frère, Charles-Aimé Dauban[2] (1820-1876), a été nommé en 1858 conservateur sous-directeur-adjoint au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale.

Il se forme à la peinture à l'École des beaux-arts d'Angers. Il devient ensuite l'élève d'Auguste Debay et entre à l'École des beaux-arts de Paris le 2 octobre 1844.

À partir de 1847, Jules Dauban expose chaque année au Salon de Paris. Il obtient une médaille en 1864.

En 1849, il devint directeur de l'École des beaux-arts d'Angers. Il épouse Emilie Biolay en 1864 et adopte le fils qu'elle a eu d'un premier mariage Charles Guillier qui deviendra Charles Guillier Dauban futur commissaire en chef de la Marine, décoré de la légion d'honneur.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en août 1868, élu membre de l'Institut en 1873, nommé officier d'Académie en 1879 et officier de l'instruction publique en 1884.

En 1888, Jules Dauban devient inspecteur de l'enseignement du dessin et des musées jusqu'à sa retraite en 1889.

Ses talents de peintre s'expriment aussi dans les décorations et les fresques qu'il réalise dans des églises et chapelles d'Anjou et de Bretagne.

Il aménage également les intérieurs de la préfecture de Maine-et-Loire, du foyer du nouveau théâtre d'Angers, du musée des beaux-arts de la ville, de la chapelle de l'hôpital d'Angers et de la mairie d'Angers pour laquelle il peint la Remise de la charte aux bourgeois de la ville d'Angers par le roi de France Louis XI en 1901.

Jules Dauban fut conservateur au musée des beaux-arts d'Angers durant quarante années.

Il est enterré au cimetière de l'Est à Angers.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Bethsabée au bain, Salon de 1847
  • Qui donne aux pauvres, donne à Dieu, Salon de 1848
  • Le Christ au pied de la croix, Salon de 1851
  • Bacchante, Salon de 1852
  • Louis XI présente aux notables angevins Guillaume de Cerisay en qualité de maire, en 1474, Salon de 1861
  • Réception d'un étranger chez les Trappistes[3], Salon de 1864, réexposé en 1867, musée d'Orsay, Paris
  • Trappiste donnant le baiser de paix avant la communion, salon de 1865, réexposé en 1867, musée des beaux-arts d'Angers
  • La mort du trappiste, Salon de 1867
  • Portait de Grégoire Bordillon, préfet du Maine-et-Loire en 1848, musée des beaux-arts d'Angers
  • Remise de la charte aux bourgeois de la ville d'Angers par le roi de France Louis XI (1901), mairie d'Angers

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jules Dalban, Notice des peintures et sculptures du Musée d'Angers et description de la galerie David d'Angers, Imprimerie Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, Angers, 1870.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Bellier de La Chavignerie, Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, Tome 1, p. 345, Librairie Renouard, Paris, 1882 Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :