Jules César, conquérant de la Gaule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules César, conquérant de la Gaule
Titre original Giulio Cesare, il conquistatore delle Gallie
Réalisation Amerigo Anton
Scénario Arpad De Riso
Nino Scolaro
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre Péplum
Film d'aventure
Film biographique
Durée 104 minutes (h 44)
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Jules César, conquérant de la Gaule (titre original : Giulio Cesare, il conquistatore delle Gallie) est un film italien d'Amerigo Anton sorti en 1962.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Proconsul de Rome en Gaule, Jules César voudrait envahir la Bretagne après avoir pacifié la Gaule. Mais bientôt, le pays se soulève à nouveau et il décide de mener ses légions contre les hordes gauloises qui pillent et tuent tout sur leur passage. Contre l'avis du Sénat, César décide de prendre lui-même part à la bataille face à son ennemi Vercingétorix, ancien esclave affranchi par César lui-même et élu chef suprême de toutes les tribus gauloises. Le choc entre les deux chefs s'avère terrible...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Erreurs et anachronismes[modifier | modifier le code]

Ce film s'éloigne de la réalité historique à bien des égards :

  • Les Gaulois tels qu'ils sont montrés dans le film ressemblent davantage à des barbares nordiques comme les Germains ou les Vikings et aux Huns qu'aux peuples celtes de la Gaule antique, et ce tant par la férocité qu'on leur donne dans le film que par leur tenues vestimentaires qui les montrent vêtus de peaux de bêtes et de fourrures alors que les Gaulois étaient vêtus de braies. De plus, ils sont armés de lances et de sceptres ornés de plumes, ce qui évoque davantage des peuples amérindiens.
  • Cette vision présentant les Gaulois comme des barbares cruels et sanguinaires est sans doute proche de la vision italienne de la Guerre des Gaules où les Italiens ont tendance à s'identifier aux Romains de la même façon que les Français ont tendance à s'identifier aux Gaulois notamment à travers la bande dessinée Astérix dont le premier album est prépublié en 1959, quatre ans avant la sortie du film. Ce film étant italien, le point de vue italien domine donc le scénario.
  • Vercingétorix est montré avec les cheveux courts et le visage rasé ainsi que de nombreux autres Gaulois alors que dans la réalité historique, ils avaient les cheveux longs et portaient souvent la moustache.
  • Vercingétorix et d'autres Gaulois portent des casques ailés, ce qui correspondait à une certaine vision des Gaulois donnée par des archéologues ayant découvert des casques lors de fouilles avec des ailettes relevées alors qu'elles se rabattaient sur les oreilles, cette vision a été popularisée dans Astérix. On sait désormais que les casques gaulois n'arboraient pas d'ailes.
  • Le siège d'Avaricum est seulement évoqué dans le film où il est seulement dit que César, qui est de retour en Gaule, a pris Avaricum, le massacre de la population par les Romains, qui a eu lieu dans la réalité historique, n'est pas évoqué afin de donner le beau rôle aux Romains. Dans le film, c'est seulement après la chute d'Avaricum que Vercingétorix décide de pratiquer la tactique de la terre brûlée alors que dans la réalité historique, il a pris cette décision bien avant et que c'est justement la population d'Avaricum qui lui demandera d'épargner leur ville, ce qui permettra à César de s'en emparer.
  • Le siège de Gergovie diffère de la réalité historique car la cavalerie éduenne est montrée changeant de camp au moment du siège d'Alésia alors que dans la réalité, c'est à Gergovie qu'une partie des combattants Éduens ont rallié Vercingétorix.
  • Le siège d'Alésia diffère également de la réalité historique car l'oppidum se situait en réalité au sommet d'une colline et non en terrain plat comme montré dans le film. De plus César avait construit une double rangé de fortifications afin de protéger ses troupes contre les assiégés de la ville et l'armée de secours qui vint attaquer les légions romaines à revers avec des renforts selon la stratégie de Vercingétorix de prendre les légions romaines en tenaille entre le marteau (l'armée de secours) et l'enclume (la garnison d'Alésia). Le siège de la ville a donc duré plusieurs mois pendant lesquels les assiégés ont souffert de la faim et de la soif et l'armée de secours a mis du temps à être constituée. Rien de cela n'est montré dans le film où les deux armées s'affrontent en un seul jour en terrain découvert.
  • La reddition de Vercingétorix présente le chef gaulois à pied jetant son épée aux pieds de César à cheval alors que les représentations historiques de cet évènement montrent César et son état-major sous une tente recevant Vercingétorix à cheval qui en descend ensuite pour remettre ses armes à César.
  • La cavalerie est montrée dans le film comme une composante importante de l'armée romaine alors que dans la réalité, la cavalerie romaine était peu nombreuse et moins utilisée que l'infanterie à cette époque, chaque légion ayant comme composante la plus importante le corps d'infanterie ainsi que son corps d'archers et son corps de cavalerie ; les Romains n'étant à l'origine pas un peuple de cavaliers en raison de la géographie de l'Italie qui abritait peu de chevaux. Pour disposer d'une cavalerie, ils faisaient souvent appel à des mercenaires étrangers. Pendant la Guerre des Gaules, ils ont notamment fait appel aux cavaliers Germains, qui ont été payés par eux en échange de leurs services, et aux peuples gaulois alliés à eux comme les cavaliers Éduens. Au contact des peuples conquis, les Romains développeront donc par la suite une cavalerie puissante tout comme ils avaient développé une puissante flotte au contact de la Civilisation carthaginoise lors des Guerres puniques.

Lien externe[modifier | modifier le code]