Jules Brame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brame.
Jules Brame
Image illustrative de l'article Jules Brame
Fonctions
Ministre de l'Instruction publique, Cultes et Beaux-Arts
Prédécesseur Jacques Mège (Centre droit)
Successeur Jules Simon (Républicain)
Sénateur du Nord
Député du Nord
Prédécesseur Lui-même
Député de la 4e circonscription du Nord
Prédécesseur Lui-même
Successeur Lui-même
Député de la 2e circonscription du Nord
Prédécesseur Louis-Joseph Descat (Majorité dynastique)
Successeur Lui-même
Conseiller général du Nord
(élu pour le Canton de Cysoing)
Prédécesseur M. Parayon-Champon
Successeur Georges Brame (Droite)
Biographie
Nom de naissance Jules Louis Joseph Brame
Date de naissance
Lieu de naissance Lille (Nord)
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Paris (Seine)
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique Tiers parti
Appel au peuple
Profession Maître des requêtes au Conseil d'État

Jules Brame, né le à Lille (Nord) et mort à le à Paris (Seine) est un avocat et un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat en 1833, il débuta dans la vie publique comme maître des requêtes au Conseil d'État sous la Monarchie de Juillet.

Conseiller général du Nord en 1848, il fut élu, le 22 juin 1857 député de la 2e circonscription du Nord contre Louis-Joseph Descat député sortant.

Il fût réélu en 1863 et 1869, dans la 4e circonscription du Nord suite au redécoupage électoral.

Il fût nommé Ministre de l'Instruction publique, Cultes et Beaux-Arts d'août à septembre 1870.

Après le 4 septembre 1870, M. Brame rentra dans la vie privée, jusqu'aux Élections législatives de 1871. Il fut alors élu Député du Nord.

Lors des premières élections sénatoriales, le 30 janvier 1876, il dut à l'appui des bonapartistes unis aux monarchistes le succès de sa candidature dans le (Nord)[1].

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]