Jules Borelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jules Borelli
Portrait of Jules Borelli.png
Jules Borelli vers 1889 (et sa signature).
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Jules Borelli (Marseille, vers 1852 - ) est un explorateur et photographe français, compagnon d'Arthur Rimbaud en Éthiopie, pays qu'il fut l'un des premiers européens à parcourir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carte schématique des itinéraires de Rimbaud en Éthiopie (1880-1891)
Collines d'Entoto surplombant l'actuelle Addis-Abeba (2014)
Vallée de l'Awash (2014)

Né à Marseille vers 1852, dans une famille de la haute bourgeoisie de la ville et originaire du Piémont, dernier des dix enfants de Jérôme Borelli (1803-1852) et de Marie-Flavie Maxime de Roux (1816-1907), Jules fait ses études à Paris, puis s'embarque comme mousse à l'âge de quinze ans, à bord d'une goélette à destination de San Francisco, et de là, s'engage sur un baleinier, qui est pris par les glaces au nord du détroit de Behring ; il rentre en France en 1873[1],[2].

Commence alors un long périple : il part sur un trois-mâts français, va aux îles Réunion et Maurice, puis dans l'Inde ; au retour, le navire, pris dans un cyclone, désemparé, atteint Natal ; Borelli retourne à l'île Maurice, puis rentre en France par le cap de Bonne-Espérance, Sainte-Hélène et les Açores ; il repart de nouveau pour la Réunion, de là, il va dans les Indes et ensuite parcourt une partie de Madagascar. En 1878, il visite la côte du Sahara et du Sénégal, en 1879 et 1880, il parcourt les côtes de la Méditerranée et de la mer Noire, visite le Caucase, la Caspienne, la Russie méridionale, les principautés danubiennes et rentre en France par l'Autriche[1].

Fin 1883, il rejoint ensuite son frère, Octave Borelli (1849-1911), qui est jurisconsulte spécialiste des questions financières à la cour khediviale, au Caire depuis 1879[3]. Celui-ci lui conseille de solliciter un ordre de mission du ministère de l'Instruction publique. Jules obtient en une mission d’exploration en Afrique orientale. Il séjourne d'abord à Aden. Puis, il s'associe avec un commerçant du nom de Bremond, et avec celui-ci, projette un transport de fusils, destinés à Menelik, roi du Choa, projet qui n'aboutit qu'en . Jules Borelli reste dix mois dans le Choa et met ce délai à profit pour réaliser nombre des clichés photographiques. Menelik l'envoie à Tadjourah et, par la vallée de l'Awash, il atteint Entoto, sur les hauteurs de l’actuelle Addis-Abeba.

Le , il fait la connaissance d'Arthur Rimbaud à Ankober[4]. Il le décrit ainsi :

« M. Rimbaud, négociant français, arrive de Toudjourrah, avec sa caravane. Les ennuis ne lui ont pas été épargnés en route. Toujours le même programme : mauvaise conduite, cupidité et trahison des hommes ; tracasseries et guet-apens des Adal ; privation d'eau ; exploitation par les chameliers...
Notre compatriote a habité le Harrar. Il sait l'arabe et parle l'amharigna et l'oromo. Il est infatiguable. Son aptitude pour les langues, une grande force de volonté et une patience à toute épreuve, le classent parmi les voyageurs accomplis »[5].

Octave Borelli, qui est rédacteur en chef du journal Le Bosphore égyptien au Caire, édite les notes de voyage de Rimbaud les 25 et [6]. En mars 1887, Jules Borelli explore et fait l'ascension du mont Zuqualla qu'il nomme Zoukouala dans son Journal[7] puis il explore le Mont Herrer (auj. Kundudo) avant de revenir à Entoto[8]. Les 12 et 13 mars, il ascensionne le Mont Wechacha à l'est d'Entoto[9]. Enfin, le samedi 30 avril, il quitte Entoto avec Arthur Rimbaud[10].

Ils atteignent Gelemso (que Borelli nomme Galamso) le 12 mai[11] puis le 20 mai 1887 observe à Warra-Bellé (auj. Karamile), le tronc d'arbre près duquel fut assassiné Édouard-Henri Lucereau[12]. Le dimanche 22 mai, ils entrent à Harar[13]. Pour le retour, ils repassent à Gelemso le 13 juin[14] et atteignent Entoto le 22[15].

Borelli quitte Entoto le 8 novembre 1887 en direction du Caire. Il contourne le Mont Wechacha et rejoint l'Awash[16] puis escalade le Dendi et découvre les deux lacs de son cratère qu'il décrit ainsi : « J'ai été fort surpris, en arrivant au sommet de la montagne, de trouver, au fond de son cratère, un lac d'aspect étrange ; ses contours dessinent un immense huit dont les deux boucles communiquent entre elles par un étroit canal ». Il relève alors les sources de l'Awash[17] et effectue des mesures et des observations du lac ainsi que le tracé des affluents de l'Abaï[18]. Le 18 novembre, il atteint le Wonchi qu'il nomme Mont Harro[19] et 7 décembre entre à Jimma[20]. Le 10 janvier, il escale le mont Maigudo (qu'il nomme May-Gondo)[21] et observe de son sommet le cours de l'Omo (14 janvier)[22] avant d'explorer le pic de Kaffarsa (15 janvier)[23] et de revenir sur Nada (16 janvier)[24] puis Jimma[25].

Les lacs du centre de l’Éthiopie

Le 5 février 1888, il visite la chute du Ghibie et observe les divers tributaires de l'Omo[26]. Il suit ensuite la vallée du Ghibie et repasse au mont Maigudo[27] avant rentrer à Jimma[28] où il demeure jusqu'au 6 avril. Le lendemain, il gagne de nouveau le Maigudo puis la rivière Omo[29] et parvient apercevoir le lac Abbala (auj. lac Shala et lac Abijatta)[30]. Il atteint (14 avril) le Mont Gughe (Gadjé dans le récit)[31] et revient à l'Omo pour rentrer sur Jimma (20 avril)[32].

Borelli reprend la route de l'Omo le 15 mai 1888[33]. Sur la route d'Abelti (Abalti dans le récit), il est attaqué, le 7 juin 1888 par des Zingero[34], un peuple de l'Oromia[35]. Malade, il parvient à rentrer à Antoto le 16 juin[36]. Dans on récit, il est alors très pessimiste sur le développement économique du pays[37].

Par l'Awash, il rejoint Harar où il est hébergé par Arthur Rimbaud (25 septembre) qui lui obtient des chameaux[38]. Il y demeure une semaine avant de reprendre la route de Zeilah. Il passe (5-6 octobre) à Gildessa où fut assassiné le 9 avril 1886 le comte Gian Pietro Porro[39] et entre à Zeilah le 15 octobre[40]. De Zeilah, il gagne Aden (20 octobre) puis Obock (9 novembre), Suez (14 novembre) et enfin Le Caire (21 novembre). Son voyage aura duré trois ans et deux mois[41].

Borelli publie en 1890 son journal de voyage sous le titre Éthiopie méridionale. Dans les annexes, il reporte les résultats de ses études sur les divisions, subdivisions, langues et races des peuples Amhara, Oromo et Sidama[42]. De même, l'Annexe C est le relevé du bassin de l'Omo, le cours de la rivière et ses affluents. Borelli y affirme, avec raison, contrairement aux géographes de l'époque, que l'Omo se jette dans le lac Chambara (auj. Lac Turkana)[43]. Enfin, il dresse un important répertoire des langues Koullo (dialecte dérivé de l'Amharique) (p. 449-463), Timbaro et Hadiyya (p. 463-482).

A son retour, il s'installe à Marseille. Il donne une conférence à la Société de géographie en [44]. En 1890, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur ; puis, la Grande Chancellerie s'efforce durant trente ans d'obtenir son registre de naissance et son adresse, sans succès[45]. En , il entame un voyage sportif sur une yole, à la rame, entre Marseille et Rome, longeant la côte ; le , il en communique le récit à la Société de géographie de Marseille, conférence intitulée « De Marseille à Rome en canot », une société savante à laquelle il confie de nombreuses archives[46].

Il mène par la suite une existence plus sédentaire au « domaine du château Borelli »[a], construit par sa famille entre 1895 et 1900 sur une colline dominant Saint-Tropez, et se consacre à la peinture de paysage, dans un genre postimpressionniste. Le domaine fut vendu en 1928[47].

Sa mort est annoncée par la presse le [48].

Travaux[modifier | modifier le code]

« Bourham, fils d'Abou-Bakhr », ill. de René Jacker pour Éthiopie méridionale

On lui doit de nombreuses observations de géographie physique et d'importantes études météorologiques, ethnographiques et linguistiques ainsi qu'entre autres relevés, huit cents photographies des lieux parcourus et des gens rencontrés qui furent d'abord confiées au musée d'ethnographie du Trocadéro en 1907, accompagnés d'objets. Au musée du Quai Branly, est transféré entre autres le fonds photographique Jules Borelli, restauré en 2011, et qui comprend 540 négatifs gélatino-argentiques pelliculaires, pour la plupart inédits[49].

  • Itinéraire de mon voyage aux pays Oromo et Sidama. Observations sur le cours de l'Omo, 1889
  • Éthiopie méridionale. Journal de mon voyage aux pays Amhara, Oromo et Sidama, à , Paris, Quantin, 1890, 520 p., accompagné de nombreuses illustrations tirées de ses clichés, disponible sur Gallica [lire en ligne]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Son œuvre scientifique est récompensée en 1890 de la médaille d'or de la Société de géographie (Paris).
  • Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le , sur contingent du ministère de l'instruction publique[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ne pas confondre avec le « Château Borély », appelé à tort « Borelli », lieu muséal situé à Marseille et construit à la fin du XVIIIe siècle par la famille de Borély ; il appartenait à la famille de Gaston de Mark-Tripoli de Pannisse-Passis (1807-1891).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Voyage de l'explorateur français Jules Borelli (1803-1852) dans l'Afrique orientale », in: Le Petit Moniteur illustré, dimanche 17 août 1890 — reproduction de l'article.
  2. « Un notable français du Caire à la fin du XIXe siècle », par F. Garcin, in: Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 1980-30, pp. 71-99 — sur Persée.
  3. « Octave Borelli », sur data.bnf.fr.
  4. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 200
  5. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 200-201
  6. J.-J. Lefrère, Arthur Rimbaud, Fayard, 2001, p. 1009.
  7. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 206-211
  8. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 211-212
  9. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 213-214
  10. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 219
  11. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 229-230
  12. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 234
  13. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 235
  14. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 244
  15. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 245
  16. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 263
  17. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 266
  18. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 266-267
  19. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 268-269
  20. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 282
  21. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 300
  22. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 303
  23. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 304
  24. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 306
  25. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 308
  26. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 327-328
  27. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 330
  28. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 334
  29. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 356-357
  30. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 359
  31. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 360
  32. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 364
  33. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 366
  34. Ou Zengero, Zingiro, Zanjipo, Zindjoro, Djimijiro, Gingiro, Zendero, Gingioe, selon Louis J. Morié, Histoire de l'Éthiopie (Nubie et Abyssinie) : depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, tome II, L'Abyssinie (Éthiopie moderne), Chalamel, Paris, 1904,p. 21
  35. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 390-391
  36. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 401
  37. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 406
  38. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 406-407
  39. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 407
  40. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 408
  41. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 410
  42. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 431-441
  43. Jules Borelli, Éthiopie méridionale, 1890, p. 443-448
  44. Communication faite par Jules Borelli à la Société de géographie de Paris, Maison Quantin, Paris, s. d., 68 p.
  45. a et b « Cote LH/296/56 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  46. Études sur Marseille et la Provence, Marseille, Société de géographie, 1898, p. 12, 17 — sur Gallica.
  47. Jacques Borelli, « Borelli Jules (1852-1941) », in Hommes et destins : dictionnaire biographique d'outre-mer, vol. V, Académie des sciences d'outre-mer, 1975, p. 75
  48. Entre autres par Le Jour. L'Écho de Paris, 14 février 1941, en une — sur Retronews (BNF).
  49. « Restauration du fonds photographique Jules Borelli (2011) », in Le plateau des collections en 2013. Une collection permanente, Musée du Quai Branly, p. 78-79 [lire en ligne]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Borelli, « Georges, Octave et Jules Borelli », in: Revue Marseille, no 92, 93-94 et 96, 1973-1974.
  • Jacques Borelli, « Borelli Jules (1852-1941) », in Hommes et destins : dictionnaire biographique d'outre-mer, vol. V, Académie des sciences d'outre-mer, Paris, 1975, p. 72-76
  • Numa Broc, Dictionnaire des explorateurs français du XIXe siècle, T.1, Afrique, CTHS, 1988, p. 39-40 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Baptiste Baronian, Dictionnaire Rimbaud, 2014 (Lire)
  • Antoine Lefébure et Aude Vassallo, Explorateurs photographes : Territoires inconnus (1850-1930), La Découverte, Paris, 2003, 240 p. (ISBN 978-2707141095)

Liens externes[modifier | modifier le code]