Jules-Charles Aviat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jules Aviat
Jules Aviat.jpg
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jules-Charles Mauperrin
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Compléments
Participe à la décoration du Panthéon.

Jules-Charles Aviat est un artiste peintre français, né à Brienne-le-Château (Aube) le et mort à Périgueux (Dordogne) le (à 86 ans)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Baptiste Mauperrin et de Marie Marguerite Doux, Jules-Charles est né en 1844 à Brienne-le-Château (Aube). Son père décède le 6 janvier 1854, sa mère se remarie avec Pierre Antoine Aviat qui donne son nom à Jules-Charles, il devient pour l'état civil : Mauperrin Aviat.

Le frère cadet de son beau-père, Auguste Louis Aviat est peintre paysagiste, dessinateur et photographe, c'est sans doute à la suite de son intérêt pour le travail de ce dernier qu'il décide de devenir peintre. Il choisit pour nom d'artiste celui de son beau père et devient pour les Arts : Jules Aviat.

Jules Aviat part étudier à Rome à l’âge 23 ans, de 1867 à 1870. Il y rencontre et devient l'élève du directeur de l'Académie de France à Rome, Ernest Hébert qui l'assiste de ses conseils.

De retour en France, Jules Aviat est l'élève de Jules-Isidore Lafrance, Carolus Duran et Léon Bonnat[1]. Avec ce dernier, Ernest Hébert et Pierre Puvis de Chavannes, tous les trois ses amis, il participe à la décoration du Panthéon à Paris[1].

Portraitiste et peintre de genre, il expose entre 1876 et 1924 au Salon de peinture et de sculpture puis au Salon des artistes français[1]. Il participe aux Expositions Universelles de 1900 (Paris) puis de 1910 (Bruxelles)[1].

Jules Aviat décède en 1931 à Périgueux[1],[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les peintures de Jules Aviat sont actuellement exposées aux musées de Périgueux, Chambéry, Rouen, Saintes et Troyes[1]. Dans les années 1990, plusieurs de ses œuvres sont vendues à Paris, mais aussi à l'étranger, comme à New York, Melbourne et Berne[1].

Son tableau Charlotte Corday et Marat réalisé en 1880 est exposé au musée de la Révolution française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Penaud 1999.
  2. notice BnF no FRBNF14968671 (consultée le 6 septembre 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]