Jules-Antoine Castagnary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules-Antoine Castagnary
Jules-Antoine Castagnary by Félix Bracquemond.jpg

Jules-Antoine Castagnary.
Pointe sèche par Félix Bracquemond.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités

Jules-Antoine Castagnary, né à Saintes (Charente-Inférieure) le et mort à Paris le , est un critique d’art et journaliste français.

Ami et défenseur de Gustave Courbet, il collabora au Monde illustré, au Siècle et au Nain jaune. Il organisa la presse républicaine en province lors du siège de Paris en 1870.

Lors de la première exposition impressionniste, il reprend le terme dépréciatif d'« impressionniste » de Louis Leroy dans un sens positif dans son article Exposition du boulevard des Capucines. Les impressionnistes paru dans Le Siècle le 29 avril 1874 et propose de créer le terme d'impressionnistes[1].

Il fut membre du Conseil d'État (1879) et membre du Comité des monuments historiques.

D'octobre 1887 jusqu'à sa mort, il est directeur de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts.

Il est à l'origine de l'achat par l'Etat le d'un tableau d'Alfred Sisley, Matinée de septembre, 1887, attribué l'année suivante au musée des beaux-arts d'Agen où il se trouve de nos jours[2].

Il meurt le 11 mai 1888 à son domicile dans le 17e arrondissement de Paris[3]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Philosophie du salon de 1857, 1858
  • Les Artistes au XIXe siècle : Salon de 1861, 1861
  • Grand Album des Expositions de peinture et de sculpture. 69 tableaux et statues, 1863
  • Les Libres Propos, 1864
  • Le Bilan de l'année 1868, politique, littéraire, dramatique, artistique et scientifique, avec Paschal Grousset, Arthur Ranc et Francisque Sarcey, 1869
  • Les Jésuites devant la loi française, 1877
  • Exposition des œuvres de G. Courbet à l'Ecole des Beaux-Arts en mai 1882, 1882
  • Gustave Courbet et la colonne Vendôme : plaidoyer pour un ami mort, 1883
  • Salons, préface d'Eugène Spuller, 2 vol., 1892
Tome I : 1857-1870. Tome II : 1872-1879.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]