Juillac-le-Coq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Juillac-Le-Coq)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juillac et Coq (homonymie).

Juillac-le-Coq
Juillac-le-Coq
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Jean-Marie Nouveau
2014-2020
Code postal 16130
Code commune 16171
Démographie
Gentilé Juillacais
Population
municipale
652 hab. (2015 en diminution de 2,4 % par rapport à 2010)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 24″ nord, 0° 15′ 35″ ouest
Altitude Min. 26 m
Max. 132 m
Superficie 14,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Juillac-le-Coq

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Juillac-le-Coq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Juillac-le-Coq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Juillac-le-Coq

Juillac-le-Coq est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Juillacais et les Juillacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Juillac-le-Coq est une commune située à l'ouest du département de la Charente, proche de la Charente-Maritime.

Le bourg de Juillac-le-Coq est situé à 5 km au sud-ouest de Segonzac, 13 km au sud-est de Cognac et 33 km à l'ouest d'Angoulême. Il est aussi à 8 km d'Archiac et 16 km de Barbezieux[2].

Le bourg de Juillac-le-Coq est situé sur la D 736 entre Jarnac et Saint-Fort-sur-le-Né par Segonzac, qui rejoint à Saint-Fort la D 731 reliant Cognac à Barbezieux[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les principaux hameaux de la commune sont : Boucqueville, sur la route de Roissac; les Gabloteaux; le Foucaudat, près du bourg; l'Échalotte, dans l'ouest de la commune, etc[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Juillac-le-Coq
Angeac-Champagne Segonzac
Saint-Fort-sur-le-Né Juillac-le-Coq Lignières-Sonneville
Verrières Ambleville

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme toute cette partie rive gauche de la Charente entre Angoulême et Cognac, c'est une zone calcaire datant du Crétacé avec cuestas.

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, qui occupe une grande partie du Sud Charente et qu'on appelle la Champagne. La commune est limitée au nord par une cuesta regardant vers le nord. Une petite zone d'argile sableuse datant du Tertiaire occupe le sommet du plateau au sud-est, au Terrier du Coq[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Située au centre de la Grande Champagne, la commune de Juillac-le-Coq est comprise dans sa partie la plus accidentée et, dans le sud de la commune, on trouve une des collines les plus élevées de la contrée.

C'est le Terrier du Coq, mamelon haut de 132 m et point culminant de la commune, que l'on remarque par sa situation isolée, ainsi que par les bois qui en couvrent le sommet. Du haut de ce belvédère, la vue s'étend au loin sur la vallée du , et, au-delà, sur une grande partie de la Petite Champagne d'Archiac et de Barbezieux.

Le point le plus bas de la commune est à 26 m, situé en limite nord-ouest près d'Angeac. Le bourg est à environ 55 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de la Motte, minuscule affluent du donc sous-affluent de la Charente, fait la limite nord-est de la commune. Aucun autre cours d'eau traverse la commune. En revanche, on trouve de nombreuses sources, comme la Font du Peu à l'est du bourg, la Font Petite au sud, ou la source du Coq au sud-est[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Julliaco en 1095, aecclesia Juliaci en 1110, Jullac en 1157, Julac en 1162[7].

L'origine du nom de Juillac remonterait à l'anthroponyme romain Julius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Juliacum, « domaine de Julius »[8],[Note 1].

Talbert avance que Lecoq a été le nom d'un propriétaire, ajouté à Juillac pour le distinguer de Petit Juillac (commune de Saint-Martial-sur-Né, Charente-Maritime)[9]. Au XVIIIe siècle, la paroisse est cartographiée Juillac le Cocq[10],[Note 2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'un fossé circulaire protohistorique au lieu-dit Saint-Pierre et d'un camp néolithique près du hameau des Matignons montrent l'ancienneté de l'occupation du lieu[11]. La découverte des camps préhistoriques des Matignons a donné son nom à la culture des Matignons.

Juillac-le-Coq était une dépendance de la châtellenie de Bouteville et appartenait par conséquent aux comtes d'Angoulême.

Vers 1147, Guillaume VI Taillefer engage la seigneurie de Juillac au chapitre de la cathédrale d'Angoulême pour réunir l'argent de l'expédition pour accompagner Louis VII à la Croisade. Mais, à son retour, il ne peut pas récupérer ses biens ni ses droits de haute, moyenne et basse justice.

Le par un accord entre les chanoines et le comte Hugues de Lusignan les habitants de la paroisse sont exemptés de tous services, bans, corvées, guet, garde et réparations du château de Bouteville. Ces privilèges furent confirmés par deux fois par le comte Jean d'Angoulême.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant de Cognac à Barbezieux, appelée le Petit Mairat[12].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Pascale Ragonneau    
2008 2014 Roger Livet   Chef de culture retraité
2014 en cours Jean-Marie Nouveau   Électricien retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2015, la commune comptait 652 habitants[Note 3], en diminution de 2,4 % par rapport à 2010 (Charente : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
707820791914897893906921952
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
972956940887727644603612682
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
713760755739781775684785786
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 -
748673637684654657668652-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Juillac-le-Coq en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90  ans ou +
0,6 
10,2 
75 à 89 ans
9,9 
10,5 
60 à 74 ans
12,1 
23,4 
45 à 59 ans
22,3 
22,2 
30 à 44 ans
24,8 
14,1 
15 à 29 ans
11,5 
18,9 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Le multiple rural

La viticulture est la principale ressource de Juillac-le-Coq. Cette commune agricole située en zone de Grande Champagne[19], premier cru classé du cognac, comporte deux importantes distilleries, dont la distillerie du Peu des établissements Hennessy ainsi qu'une imprimerie dont l'activité principale est le packaging.

Les commerces sont une boulangerie et un bar-tabac-épicerie, les artisans une coiffeuse, un garagiste, deux maçons, deux peintres et un plombier-chauffagiste.

Le Logis du Frêne est un hôtel de charme.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Juillac possède une école primaire publique comprenant quatre classes, dont une de maternelle. Le secteur du collège est Segonzac[20].

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a une infirmière.

Sports[modifier | modifier le code]

Mollets juillacais

Les clubs et associations sont nombreux : pétanque, Société de chasse, Essor juillacais, Mollets juillacais, Bécanes juillacaises.

Culture et vie locale[modifier | modifier le code]

Le club de l'Amitié et le Théâtre de Juillac le Coq animent la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Martin était une vicairie perpétuelle unie au chapitre de la cathédrale d'Angoulême depuis le début du IXe siècle. La construction du bâtiment actuel date des XIIe et XIVe siècles. La nef et les collatéraux sont au moins des premières années du XIe siècle ; les murs qui séparent les nefs sont percés de grandes arcades reposant sur des pieds droits. Aucun pilastre ne supportait les voûtes, qui faisaient défaut et qui étaient remplacées, au-dessus des fenêtres de la nef, par un riche plafond en charpenterie.

Le sanctuaire est postérieur, ainsi que les chapelles du transept. Le clocher est à deux étages ; l'étage supérieur est du XVIe siècle. Il renferme une superbe sonnerie de trois cloches. L'édifice aurait été ruiné en 1568 et restauré en 1595, 1597, 1655, 1679 et 1714. On lui a ajouté une sacristie en 1740. Il a subi de nouvelles restaurations en 1844, sous la direction de l'architecte Peronnaud, puis en 1862 et 1878[21].

Elle est à plan allongé à trois vaisseaux à voûte en berceau avec voûte d'ogives et coupole à trompes et clocher carré de deux étages. À l'intérieur, on peut admirer de beaux fonts baptismaux, recouverts de cuivre et de laiton.

Elle est inscrite monument historique depuis le 5 décembre 1991[22].

L'église Saint-Martin

Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur l'église paroissiale de Juillac-le-Coq.

Calvaire et croix[modifier | modifier le code]

Six croix de chemin et de cimetière sont réparties sur la commune dont celle de l'église, calvaire dont la construction date du XIIe et XVIe siècles inscrite monument historique depuis 1991[23].

Calvaire de l'église

Ancien temple[modifier | modifier le code]

Ancien temple

Un ancien temple protestant est situé au bourg. Il est aménagé en maison d'habitation.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

L'entrée du château

Au château de Juillac-le-Coq des travaux ont eu lieu en 1594 puis tout au long du XVIIe siècle. Le portail, avec grande et petite porte en plein cintre, et sur les mâchicoulis une murette avec rangée de pinacles baroques ornés de rosaces. La tourelle polygonale couverte d'un toit à pans attenante et la grange semblent dater du XVIe siècle. La tour servait alors de prison. Le logis a été très remanié au XIXe siècle[24].

Château de Beauregard[modifier | modifier le code]

Entrée du château de Beauregard

Le Château de Beauregard du XVIIIe siècle (daté de 1723 sur les écuries et de 1761 sur la porte nord du logis) remarquable par cheminées et les terrasses avec leurs balustres et leurs emmarchements est inscrit par arrêté du 8 juillet 1988[25].

Logis du Frêne[modifier | modifier le code]

Logis du Frêne, construit à flanc de coteau porte la date de 1589 inscrite près de l'oriel qui orne la façade du logis. Le portail et les tours de l'enceinte semblent bien dater eux aussi de la fin du XVIe siècle; ancienne possession des familles de Verdelin et de Brémond d'Ars[26].

Logis du Frêne

Il est aménagé en hôtel de charme.

Autres[modifier | modifier le code]

Le patrimoine bâti comporte de nombreuses fermes, dont une du XVIIe siècle, quatre du XVIIIe siècle et deux du début du XIXe siècle, un pigeonnier, des puits, une fontaine et un lavoir au Coq et un moulin.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi Juillaguet, qui signifie « le petit Juillac », et Juillé, dans le même département. Les autres communes françaises qui ont cette même étymologie sont : Juillac (Corrèze), Juillac (Gers), Juillac (Gironde), Juillé (Sarthe), Juillé (Deux-Sèvres), Juilley (Manche), Juilly (Côte-d'Or), Juilly (Seine-et-Marne), Jullié (Rhône), Jully (Yonne), Jully-lès-Buxy (Saône-et-Loire), Jully-sur-Sarce (Aube) (réf: Dauzat).
  2. Voir aussi Montignac-le-Coq (Montignac le Cocq au XVIIIe siècle), au sud du département.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 21 décembre 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 127,172,180,175
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 371.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. Carte de Cassini, visualisable sous Géoportail
  11. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 203
  12. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 205
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. « Evolution et structure de la population à Juillac-le-Coq en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  19. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 5 décembre 2015)
  20. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 30 juin 2012)
  21. « Église de Juillac (notice) », notice no IA00042153, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Église de Juillac », notice no PA00104565, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Calvaire », notice no PA00104565, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Château de Juillac-le-Coq », notice no IA00042157, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Château de Beauregard », notice no IA00042165, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Logis du Frêne », notice no IA00042175, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. André Debord, La société laïque dans les pays de la Charente Xe-XIIe s., Picard, , 585 p. (ISBN 2-7084-0112-2, présentation en ligne), p. 176

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]