Judi Chamberlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Chamberlin.
Judi Chamberlin
Judi Chamberlin 2000 From Privileges to Rights.jpg
en 2000
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ArlingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Midwood High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Ted Chabasinski (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata

Judi Chamberlin (née Rosenberg le et morte le ) était une militante américaine du « mouvement des survivants de la psychiatrie ». Son activisme politique était le fruit de sa révolte contre l'institution psychiatrique, suite à une hospitalisation contrainte dans un établissement psychiatrique dans les années 1960[1],[2]. Elle est l'auteur du livre On Our Own : Patient Controlled Alternatives to the Mental Health System (1978), un ouvrage qui fait référence dans le mouvement Mad Pride[3].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Judi Chamberlin est la fille unique de Harold et Shirley Jaffe Rosenberg. La famille change ensuite son nom en Ross. Son père est un ouvrier d'usine quand elle était enfant[4], puis il est cadre supérieur dans l'industrie de la publicité. Sa mère est secrétaire d'école. Chamberlin est diplômée du lycée de Midwood[5].

Judi Chamberlin est mariée à Robert Chamberlin de 1964 à 1972, à Ted Chabasinski de 1972 à 1985, puis à Howard Cahn de 1988 à 2002[6]. Son deuxième mari est également une figure de proue du mouvement des survivants de la psychiatrie, connu notamment pour avoir mené une campagne victorieuse visant à bannir la pratique de des électrochocs (ECT) à Berkeley. À partir de 2006 jusqu'à sa mort, Chamberlin était la partenaire de Martin Federman. Elle a une fille de son premier mariage, Julie Chamberlin, et trois petits-enfants, Edward, Kyle, et Vivian.

Chamberlin est morte d'une maladie pulmonaire chronique à son domicile, à Arlington, Massachusetts , le [7],[8],[9].

En 2011, elle apparaît dans un documentaire sur les droits des personnes handicapées, intitulé Lives Worth Living (Des vies dignes d'être vécues).

Hospitalisations[modifier | modifier le code]

En 1966, Judi Chamberlin, âgée de 21 ans, subit une fausse couche alor, ce qui d'après ses propres dires, la rend profondément dépressive[10]. Suivant les conseils de son psychiatre, elle se fait hospitaliser volontairement dans un établissement psychiatrique. Cependant, après plusieurs admissions volontaires, elle est diagnostiquée schizophrène[11] et est internée, contre son gré, dans le service psychiatrique d'un hôpital de l'État de New York, pour une période de cinq mois[12].

C'est durant cette hospitalisation sous contrainte qu'elle dit avoir été victime d'une série d'abus médicaux. Les patients réfractaires aux soins étaient hospitalisés dans des chambres d'isolement et dans des ailes pour patients réfractaires, même lorsque leur résistance était de nature non-violente. Les médicaments psychotropes qu'elle a été contrainte de prendre la fatiguaient et affectaient sa mémoire. Elle n'avait pas le droit de quitter l'établissement, ce qui la rendait à ses yeux «prisonnière du système». Elle a vécu cette expérience comme une atteinte à sa dignité et une violation de ses libertés civiles. Cette hospitalisation a été à la base de son combat pour la défense des droits humains des usagers de la psychiatrie, usagers qui sont, d'après elle, des « survivants » de la psychiatrie.

Militantisme[modifier | modifier le code]

À sa sortie d'hôpital, Chamberlin s'implique dans le mouvement naissant de défense des droits des patients psychiatriques. En 1971, elle rejoint le Mental Patients Liberation Front (Front de libération des patients psychiatriques) à Boston, et se rapproche également du Centre de réhabilitation psychiatrique de l'université de Boston. Ceci l'amène à co-fonder les premiers groupes thérapeutiques d'auto-aide, animés par des anciens patients psychiatriques (Ruby Rogers Advocacy and Drop-In Centers). Elle fonde et dirige le National Empowerment Center, une organisation, également gérée par d'anciens patients psychiatriques, qui fournit de l'information, du conseil et du soutien aux usagers et survivants du système psychiatrique. Son but est de « transmettre un message de rétablissement, d'autonomisation, d'espoir et de guérison pour les personnes qui ont été étiquetées comme souffrant de maladie mentale »[13].

Judi Chamberlin rencontre en 1976 David Oaks, qui est alors le directeur de MindFreedom International et comme elle, membre du Mental Patients Liberation Front. Elle devient membre du conseil d'administration de MindFreedom International[14], une organisation faîtière qui rassemble environ cent groupes locaux de défense des droits des personnes étiquetées comme souffrant de maladie mentale[15].

Activité éditoriale et création du concept de « mentalisme »[modifier | modifier le code]

En 1978, elle publie On our own : Patient Controlled Alternatives to the Mental Health System (1978)[16]. Ce livre devient un ouvrage de référence du mouvement des survivants de la psychiatrie. Elle développe dans cet ouvrage le concept de Psychophobie[17],[18],[19],[20].

Elle utilise également le terme psychophobie dans un chapitre de livre en 1975[21]. Elle forge ce terme, en s'inspirant des concepts de « racisme » et de « sexisme », pour appréhender les discriminations et les violations des droits des personnes vivant avec un trouble psychique[22].

Publications[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Hevesi, « Judi Chamberlin, 65, Advocate for Mental Health Patients », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2011)
  2. Madness Radio, « Interview: Judi Chamberlin interviewed by Will Hall and Cheryl Alexander » [Flash Player], (consulté le 3 mars 2011)
  3. J.M. Lawrence, « Judi Chamberlin, writings took on mental health care », The Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2011)
  4. http://www.community-consortium.org/projects/chamberlin-judy.pdf
  5. https://www.facebook.com/judi.chamberlin.96/about
  6. Dennis Hevesi, « Judi Chamberlin, 65, Advocate for Mental Health Patients », New York Times,‎ (lire en ligne)
  7. Shapiro, J. (2010): Advocate for people with mental illnesses dies National Public Radio (January 19, 2010). Retrieved on January 20, 2010.
  8. « Obituaries: Judi Chamberlin Disability Rights Advocate », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  9. J.M. Lawrence, « Judi Chamberlin, writings took on mental health care », Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  10. Edward Shorter et David Healy, Shock therapy : a history of electroconvulsive treatment in mental illness, New Brunswick, N.J., 1. publ., (ISBN 978-0-8135-4169-3, lire en ligne), p. 187
  11. Anon, « Obituary: Judy Chamberlin Disability Rights Advocate », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2011)
  12. J.M. Lawrence states that she was involuntarily committed for a period of two months.J.M. Lawrence, « Judi Chamberlin, writings took on mental health care », The Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2011)
  13. National Empowerment Center, « Our Mission » (consulté le 3 mars 2011)
  14. David W. Oaks, « Message from David W. Oaks, Director, MindFreedom International », Judi Chamberlin: 30 October 1944 to 16 January 2010, sur Judi Chamberlin: 30 October 1944 to 16 January 2010, MindFreedom International (consulté le 3 mars 2011)
  15. « About US », MFI Portal, sur MFI Portal
  16. Le titre anglais peut se traduire par : Par nous-mêmes : des alternatives thérapeutiques au système psychiatrique contrôlées par les patients eux-mêmes
  17. « Disability History Timeline » [archive du ], Rehabilitation Research & Training Center on Independent Living Management, sur Rehabilitation Research & Training Center on Independent Living Management, Temple University,
  18. C. Kalinowski et P. Risser, « Identifying and Overcoming Mentalism », InforMed Health Publishing and Training,
  19. G Reaume, « Lunatic from patient to person: nomenclature in psychiatric history and the influence of patients' activism in North America », International Journal of Law and Psychiatry, vol. 25, no 4,‎ , p. 405–26 (PMID 12613052, DOI 10.1016/S0160-2527(02)00130-9)
  20. Penelope Weller, New Law and Ethics in Mental Health Advance Directives: The Convention on the Rights of Persons with Disabilities and the Right to Choose, Routledge, (ISBN 978-1-136-15956-5, lire en ligne), 55
  21. Dorothy E. Smith et Sara J. David, Women Look at Psychiatry, Vancouver, Press Gang Publishers, (ISBN 0889740003), p. 44
  22. Nicolas FRANCK, Traité de réhabilitation psychosociale, Elsevier Health Sciences, (ISBN 9782294760020, lire en ligne), p.139

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]