Juanjo Guarnido

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Juanjo Guarnido
Image dans Infobox.
Juanjo Guarnido à la New York Comic Con 2012.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Juan José Guarnido
Nationalité
espagnole
Formation
Activités
Auteur de bande dessinée, illustrateur, animateur de personnages, artiste de layout, coloristeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genre artistique
Distinctions
Liste détaillée
Prize "Josep Toutain" to the Best New Talent (d) ()
Premi al millor dibuix (d) ( et )
Prix Eisner ()
Eisner Award for Best Painter/Multimedia Artist (d) ( et )
Prix national de la bande dessinée ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Juan José (Juanjo) Guarnido, né en 1967 à Grenade, est un dessinateur de bandes dessinées espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de la Faculté de beaux-arts de l'université de Grenade, Juanjo Guarnido participe à la conception de plusieurs fanzines et publie des illustrations pour les versions espagnoles des comic books Marvel publiés par Cómics Forum.

Il s'installe ensuite à Madrid et travaille au studio d'animation Lápiz Azul où il rencontre en 1990 Juan Díaz Canales, le futur scénariste de la série Blacksad.

En 1993, Guarnido est embauché chez Walt Disney Animation France à Montreuil. Il y travaille comme dessinateur de décors puis comme animateur. Il met à profit ses heures libres pour dessiner Quelque part entre les ombres (2000), premier album de la série Blacksad. Sa collaboration avec Canales se poursuit depuis, avec la sortie en 2021 d'Alors, tout tombe, sixième album de la série.

Le temps d'un one shot, Guarnido s'associe avec un autre scénariste : Alain Ayroles. Leur album Les Indes fourbes (2019) imagine la suite des aventures de Pablos de Ségovie, le protagoniste d'El Buscón (1626), un roman picaresque de Francisco de Quevedo [1],[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  1. Quelque part entre les ombres, préface de Régis Loisel, 2000 (ISBN 2-205-04965-8)
  2. Arctic-Nation, 2003 (ISBN 2-205-05199-7)
  3. Âme Rouge, 2005 (ISBN 2-205-05564-X)
  4. L'Enfer, le silence, 2010 (ISBN 978-2-205-06313-4)
  5. Amarillo, 2013 (ISBN 978-2205-07180-1)
  6. Alors, tout tombe - Première partie, 2021 (ISBN 978-2-205-07804-6) - Sélection officielle du Festival d'Angoulême 2022
Blacksad, les dessous de l'enquête, 2001 (ISBN 2-205-05290-X)
HS1. L'histoire des aquarelles, 2005 (ISBN 2-205-05810-X)
HS2. L'histoire des aquarelles - 2, 2010 (ISBN 978-2-205-06642-5)
  1. Le Ballet des mémés, 2008 (ISBN 978-2-205-06005-8)
  2. Que la lumière soit fête !, 2008 (ISBN 978-2-205-06189-5)
  3. Les jeux sont fées !, 2012 (ISBN 978-2-2050-6300-4)

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2000 :
  • 2003 : Prix Saint-Michel du meilleur album francophone pour Arctic Nation (avec Juan Díaz Canales)
  • 2004 :
    • Prix du dessin au festival d'Angoulême pour Arctic Nation
    • Prix du Public au festival d'Angoulême (avec Juan Díaz Canales)
    • Prix Virgin du meilleur album pour Arctic Nation (avec Juan Díaz Canales)[4]
  • 2005 : Prix Harvey du meilleur album original pour Blacksad t. 2 : Artic-Nation (avec Juan Díaz Canales)
  • 2006 :
  • 2011 :
    • Grand Prix du festival de Solliès-Ville pour l'ensemble de son œuvre[5]
    • Prix Eisner du meilleur peintre ou artiste multimédia pour Blacksad
    • Prix Harvey de la meilleure édition américaine d'une œuvre étrangère pour Blacksad (avec Juan Díaz Canales)
    • Prix Peng ! de la meilleure bande dessinée européenne pour Blacksad : L'Enfer, le silence (avec Juan Díaz Canales)
  • 2013 :
    • Prix Eisner de la meilleure édition américaine d'une œuvre internationale (avec Juan Díaz Canales) et du meilleur peintre ou artiste multimédia pour Blacksad : L’Enfer, le silence
    • Prix Harvey de la meilleure édition américaine d'une œuvre étrangère pour Blacksad : L’Enfer, le silence (avec Juan Díaz Canales)
  • 2014 : Prix national de la bande dessinée pour Amarillo (avec Juan Díaz Canales)
  • 2015 :
    • Prix Eisner de la meilleure édition américaine d'une œuvre internationale pour Amarillo (avec Juan Díaz Canales)
    • Prix Harvey de la meilleure édition américaine d'une œuvre étrangère pour Blacksad : Amarillo (avec Juan Díaz Canales)
    • Grand Prix d'Ajaccio, au festival de la BD d'Ajaccio pour Blacksad : Amarillo (avec Juan Díaz Canales)[6]
  • 2019

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cédric Pietralunga, « Alain Ayrolles et Juanjo Guarnido, picaresques ! », sur Le Monde, .
  2. Stéphane Jarno, « BD : “Les Indes fourbes”, une superproduction sur fond d’Eldorado », sur Télérama,
  3. Philippe Magneron, « Les Indes Fourbes », sur Bédéthèque (consulté le )
  4. « La vie des prix », Libération, no 7125,‎ , p. 9 (lire en ligne Accès payant)
  5. « Souvenirs », sur Festival BD (consulté le )
  6. ALTA FREQUENZA, « Le 13ème Festival International de la BD d'Ajaccio : les auteurs primés », sur www.alta-frequenza.corsica (consulté le )
  7. Didier Pasamonik, « « Les Indes fourbes » d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt) Prix Landerneau 2019 », sur Actua BD,
  8. VS, « Les Indes fourbes d’Ayroles et Guarnido rafle encore la mise en remportant le Grand prix RTL de la BD », sur Actua BD, .
  9. « Alain Ayroles et Juanjo Guarnido, lauréats du prix des libraires de BD », sur Livres Hebdo (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kevin Fischer, Juan Dìaz Canales et Juanjo Guarnido, « Rencontre avec Juan Dìaz Canales et Juanjo Guarnido – Auteurs de Blacksad », BD Encre,‎ (lire en ligne)
  • Juanjo Guarnido (interviewé) et Paul Giner, « Les clip les croque », Casemate, no 69,‎ , p. 8-10.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :