Juana Maria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Juana Maria
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Garey (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Mission Santa Barbara Cemetery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

Juana Maria, née à une date inconnue et morte le , mieux connue comme « la femme seule de San Nicolas », était une amérindienne, dernière survivante de sa tribu, les Nicoleño. Juana Maria est le nom de baptême qui lui fut donné peu avant sa mort ; son nom amérindien est inconnu.

Plaque commémorative sur Juana Maria au cimetière de la mission Santa Barbara.

Elle vécut dans un isolement total sur l'île San Nicolas, dans les Channel Islands de l'actuelle Californie de 1835 jusqu'à sa découverte en 1853[1]. Elle fut « secourue » par la mission Santa Barbara mais mourut peu après son retour à la civilisation.

Le roman pour enfants L'Île des dauphins bleus de Scott O'Dell est inspiré par son histoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les Channel Islands de Californie sont longtemps restées inhabitées, colonisés par les Amérindiens il y a environ 10 000 ans[2],[3]. À l'époque des premiers contacts avec les Européens, deux groupes ethniques distincts occupent l'archipel : les Chumash qui vivent dans le nord des îles et les Tongvas dans le sud (la tribu de Juana Maria, les Nicoleño sont des Tongvas). Vers 1540, le conquistador portugais João Rodrigues Cabrilho explore la côté californienne, la réclamant pour le compte de l'Espagne[4].

Arrivée des premiers trappeurs[modifier | modifier le code]

En 1814, une partie des Amérindiens d'Alaska travaillant pour la Compagnie russe d'Amérique massacrent la plupart des insulaires après les avoir accusés d'avoir tué l'un des leurs[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://daily.jstor.org/juana-maria-blue-dolphins/
  2. (en) Lauren Willis, Jack Watts, Craig Skinner et Leslie Reeder, « Paleoindian Seafaring, Maritime Technologies, and Coastal Foraging on California’s Channel Islands », Science, vol. 331, no 6021,‎ , p. 1181–1185 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 21385713, DOI 10.1126/science.1201477, lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Davis, T. W.; Erlandson, J. M.; Fenenga, G. L.; Hamm, K., « Chipped stone crescents and the antiquity of maritime settlement on San Nicolas Island », California Archaeology, vol. 2, no 2,‎ , p. 185–202 (lire en ligne)
  4. (en) Braje, T. J.; Costello, J. G.; Erlandson, J. M.; Glassow, M. A.; Johnson, J. R.; Morris, D. P.; Perry, J. E.; Rick, T. C., « Channel Islands National Park: Archaeological overview and assessment », Channel Islands National Park, National Park Service,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Morris, S. L.; Farris, G. J.; Schwartz, S. J.; Wender, I. V. L.; Dralyuk, B., « Murder, massacre, and mayhem on the California Coast, 1814–1815: Newly translated Russian American Company documents reveal company concern over violent clashes », Journal of California and Great Basin Anthropology, vol. 34, no 1,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]