Juan San Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Juan San Martin
Juan San Martin euskaltzaina 1976an.jpg

Juan San Martin (1976)

Fonction
Ararteko
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
FontarrabieVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnoms
Auñemendi
OtsalarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Juan San Martin Ortiz de Zarate, né le à Eibar et mort le à Fontarrabie, est un archéologue, ethnographe, montagnard, ombudsman, bertsolari, écrivain et académicien basque espagnol de langue basque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alpiniste de vocation, Juan San Martin escalade plusieurs montagnes des Pyrénées, des Gredos et des Alpes. Il est instructeur à l'École nationale de haute montagne de la Fédération espagnole d'alpinisme. En 1950, il se consacre à la spéléologie.

Comme auteur en langue basque, Juan San Martin est nommé membre correspondant à l'Académie de la langue basque en 1957 et en 1964, il devient membre numéraire. La même année, il reçoit le prix de journalisme « Lauaxeta » d'Euskal Idazkaritza de Bayonne. Il est membre de plusieurs jurys lors de concours littéraires et préface plusieurs importantes publications. Collaborateur dans les revues telles que "Euzko-Gogoa", "Egan", "Jakin", "Karmel", "Olerti", "Euskera", "Eibar", "Boletín de Amigos del País", "Pyrenaica", "Anuario de Eusko Folklore", "Aranzazu", "Olerti", "Muga", "Cuadernos de Etnología y Etnografía de Navarra", "Fontes", "Euskalduna" de Buenos Aires, "Speleon" de Oviedo et "Munibe" où il publie de nombreuses critiques et y fait des comptes rendus bibliographiques.

Membre de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País, d'Eusko Ikaskuntza et Aranzadi, secrétaire et vice-président d'Euskaltzaindia, il est aussi directeur du Département de sciences et institutions culturelles au bureau des conseillers de la culture du Gouvernement basque. Le 2 mars 1989, Juan San Martin est nommé Ombudsman par le Parlement basque, et devient le premier « Médiateur » de la Communauté autonome basque. Il est président de l'Institut Européen de l'Ombudsman de 1994 à 1995. En 2001, il reçoit le prix Argizaiola au Salon du livre et du disque basques de Durango.

Publications[modifier | modifier le code]

En 1951, Juan San Martin, Carlos Linazasoro, Indalecio Ojanguren et Andrés Espinosa à Arantzazu.
Des membres de l'Euskaltzaindia réunis au sanctuaire d'Arantzazu en 1972.
Haut de gauche à droite : Koldo Mitxelena, Iratzeder, Jean Haritschelhar, Alfonso Irigoyen, Luis Villasante, Jose Mari Satrustegi, Patxi Altuna et Imanol Berriatua. Bas : Juan San Martin, Jose Luis Lizundia, Joseba Intxausti et Xabier Kintana.
Anthologie
  • Uhin berri, Donostia, 1969. 
Biographies
  • Juan Antonio Mogel. Bere bizitza ta lanak, Zarautz, 1959. 
Chroniques
  • Antzinako Eibar, Eibar, 1993. 
Narrations
  • Zirikadak. Ipuin barregarridun liburua, Zarautz, 1960 ;
  • Eztenkadak. Gertaera barregarridun liburua, Zarautz, 1965. 
Romans
  • Gogoz, Donostia, 1978 ;
  • Bidez, Donostia, 1981 ;
  • Landuz, Donostia, 1983;
  • Euskararen ostarteak, Donostia, 1998 ;
  • Giza eskubideen inguruan, Donostia, 2000.
Autres ouvrages
  • Mogel, bere bizitza ta lanak,1959 ;
  • Estudio etnografico del Valle de Urraul Alto, avec Luis Peña Santiago, Donostia, 1966 ;
  • Escritores euskericos, Bilbo, 1968 ;
  • Euskeraren inguruan en "Euskal Elerti 69", en tant que collaborateur, 1969 ;
  • Hegatsez (avec Serafin Zubiri), Zarautz, 1971 ;
  • Elgueta con Anguiozar y Ubera, Donostia, 1975 ;
  • Literaturaren inguruan, Donostia, 1980 ;
  • Erromanikoa Euskal Herrian, Donostia, 1983 ;
  • Existe-t-il un art basque?, avec Michel Duvert, 1983 ;
  • Jose Manterola, Donostia, 1985 ;
  • Las artes del pueblo vasco, 1987 ;
  • Los Zuloaga. Dinastía de artistas vascos, cap. V, "El pintor Ig. Zuloaga", 1988;
  • Dichos y hechos - Esanak eta eginak, 1994.
  • Esanak eta eginak, Gasteiz, 1994 ;
  • Dichos y hechos - Esanak eta eginak, 1994 ;
  • Hondarribiko Andre Maria Jasokundekoa: historia, arkitektura eta artea, 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]