Juan José Cañas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cañas.

Juan José Cañas, né à San Miguel (Salvador) en 1826 et mort en 1919, est un écrivain salvadorien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a étudié au Nicaragua puis au Guatemala, où il obtenu le titre de bachelier. Il est allé à l'université et suivit des cours en médecine pendant trois ans. Il est retourné en 1848 au Salvador puis il est retourné à San Francisco, à la recherche d'or. Puis il est allé au Nicaragua pour s'engager dans l'armée qui luttait contre le flibustier William Walker.

Poète, militaire et diplomate. Son œuvre littéraire, qu'il débuta alors qu'il avait dix-sept ans, comprend vers, proses littéraires, critiques, récits et articles divers. Il fut le précurseur du romantisme dans la poésie salvadorienne. Sa renommée de poète a dépassé les frontières nationales.

Parmi les postes administratifs qu'il occupa, il y avait celui de gouverneur politique départemental et celui de sous-secrétaire des relations extérieures. Durant sa carrière diplomatique il représenta le Salvador à Santiago du Chili en tant que Ministre Plénipotentiaire, et il permit la signature d'un traité qui intensifia les relations entre les deux pays.

De nombreux prix littéraires lui furent attribués de son vivant. En 1882, l'Académie Colombienne de Bogotá le nomma membre honorifique étranger. Il fut président de l'Académie Salvadorienne de la Langue (correspondant à l'Académie royale espagnole). De nombreuses organisations artistiques l'ont accueilli en leur sein.

Rubén Darío le désigna comme « Le Patriarche de la Poésie de l'Amérique centrale » et José Martí comme « Vétéran de la Lyre et de l'Éée ».

Ses nombreuses poésies figurent dans la Galería Poética Centroamericana, dans la Guirnalda Salvadoreña et dans les journaux de son temps.

Il décéda le 19 janvier 1918.