Juan Antonio de Blas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blas.
Juan Antonio de Blas
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique

Juan Antonio de Blas (Roa, 1942 - 2016) est un auteur de bande dessinée, écrivain et journaliste espagnol.

Il s'est spécialisé dans l'histoire militaire et la guerre civile espagnole. Il a beaucoup voyagé et ses expériences sont transposées dans ses romans et ses scénarios.

Biographie[modifier | modifier le code]

Juan Antonio de Blas García est né à Roa, près de Burgos, en 1942. Son père y est assigné comme officier de la Guardia Civil[1].

Dans les années 1970, il devient critique de bande dessinée pour des revues spécialisées comme Sunday Comics (es). Il a publié un essai sur Corto Maltese, pour lequel il a reçu le Premio internacional de la Crítica (1978), et devient le préfacier de toutes les éditions en espagnol des aventures du marin[1]. Il est aussi considéré comme le principal spécialiste du sujet en Espagne[2],[3].

Dès les années 1980, il devient scénariste de bande dessinée et est un régulier du festival littéraire Semana Negra de Gijón (es).

Il publie deux ouvrages sur la guerre civile espagnole dans les Asturies et un roman, Los días antes del infierno. Il cultive également le roman noir et politique. Il aborde la question basque dans ¿Hay árboles en Guernica? et l'épisode du coup d'État du 23 février 1981 dans La patria goza de calma, où Silverio, détective privé, se voit impliqué dans une trame obscure ; il termine la trilogie avec le roman Siempre hay alguien detrás.

Sa contribution au roman d'histoire commence avec El soportal de los malos pensamientos, où il narre les aventures du capitaine Alvaro de Roa, du duc d'Osuna et Quevedo dans la conspiration échouée contre le Dux vénitien, et continue avec Al fondo Eger, où il explore le début de la Guerre de Trente Ans à Prague jusqu'à la nuit des loups d'Eger[1].

Juan Antonio de Blas meurt le à l'âge de 74 ans[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Livre-jeu[modifier | modifier le code]

  • El enviado, une petite histoire à l'époque du Roi Pelayo

Roman[modifier | modifier le code]

  • ¿Hay árboles en Guernica? (1986) — traduit en français, danois et turc ;
  • La patria goza de calma (1987), roman sur 23-F ;
  • Siempre hay alguien detrás (1995) ;
  • Soportal de los malos pensamientos (1996), roman historique ;
  • Al fondo Eger (1998), roman historique ;
  • Michael Collins. Día de Ira (1999) ;
  • Los días antes del infierno (2003) ;

Essai[modifier | modifier le code]

  • La novela de espías y los espías de la novela ;
  • Historia de guerra civil en Asturias ;

Scénarios de bande-dessinée[modifier | modifier le code]

  • Águilas en el polvo: La batalla de Puebla, 1862, illustrée par Antonio Cardoso. Ed. Nueva Imagen, 1981 ;
  • Reflejos, pour le dessinateur Alfonso Azpiri (es), Norma Editorial, 1994 — traduite en douze langues ;
  • Negras tormentas, pour le dessinateur Alfonso Font (publiée en série en noir et blanc dans la revue Viñetas) ;
  • Barcelona al alba, pour Alfonso Font, ed. Glénat (édition en album de Negras tormentas, mais avec un titre différent et en couleur), 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (es) « Fallece a los 74 años el escritor Juan Antonio de Blas, especialista en la historia militar », sur elcomercio.es, (consulté le 26 juin 2017).
  2. (es) Juan Herrera Oteiral, « Homenaje a Juan Antonio de Blas », sur La Nueva España, (consulté le 26 juin 2017).
  3. (es) « Fallece a los 74 años el escritor y periodista Juan Antonio de Blas », La Nueva España, 18 décembre 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]