Ju No Michi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le ju no michi est un art martial européen d'influence japonaise dont la forme de pratique vise à conserver les principes d'origine du judo, notamment la mobilité, l'esquive et la non-résistance, tant dans les formes de projection que dans les techniques de contrôle au sol (immobilisations, luxations et étranglements). Il a été développé et diffusé en France par Me Igor Correa Luna, dès les années 1970 selon un idéal: l'utilisation de la force de l'adversaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contrairement à l’idée reçue que le judo a évolué vers une forme plus dure et plus rugueuse, ce passage du texte de E.J. Harrison, « L'esprit des combats du Japon » (1913), permet de situer la pratique régulière de cet art martial à l’époque même de sa création :[réf. nécessaire]

« Ces combats étaient extrêmement violents et ont fréquemment coûté leur vie aux participants. Ainsi, à chaque fois que j’allais participer à n'importe laquelle de ces rencontres, j'ai immanquablement donné l’adieu à mes parents, puisque je n'avais jamais aucune assurance de les revoir. » Sakujiro Yokoyama [réf. nécessaire]

On comprend mieux l’état de « sacrifice » dans lequel se trouvaient les judokas de cette époque quand on lit le premier règlement, rédigé par Jigoro Kano lui-même en 1905. Son article 9 spécifie « qu’il est en outre convenu que le judoka n'assume aucune responsabilité d'aucun dommage provoqué par n'importe quel acte ou chose faite pendant le combat, et qu’il sera libéré de toute responsabilité des mauvais effets ou dommages qui peuvent être reçus pendant le combat ». Fort heureusement, les évolutions et modifications successives du règlement ont permis une pratique plus sereine et conviviale du judo. [réf. nécessaire]

Selon les adeptes du Ju No Michi, ce sont ces adoucissements de règles de combat qui ont dénaturé le judo, en effet, faire d’un art martial, une activité sportive quelconque, a tendu à en modifier son sens profond. Et c’est cette orientation qui a provoqué un radical changement de but. [réf. nécessaire]

Cette évolution du judo n’a pas manqué de faire réagir certains, à commencer par son créateur lui-même, Me Kano. En effet, peu avant sa mort, il émit l'opinion que les rencontres sportives de judo, n’avaient pas dans le dessein de promouvoir son art martial comme il l’avait originellement créé. En quelque sorte, son bébé avait grandi par son formidable succès, et avait totalement échappé à son contrôle.[réf. nécessaire]

C’est ce même constat qui est de plus en plus ressenti comme une transgression des volontés de Kano, et dans cette optique, plusieurs pratiquants ont donc décidé de se réapproprier la pratique du judo, pour lui conférer un esprit propre à la volonté de son fondateur : « Meilleure utilisation du corps et de l’esprit » et « Aide et prospérité mutuelle » ( http://www.kodokan.org/e_basic/kokoro.html. ).

Description[modifier | modifier le code]

Le Ju no Michi désire donc conserver l’esprit d’origine de cet art martial, notamment la mobilité, l'esquive et la non-résistance et se démarque fondamentalement du judo en tant que sport, même s’il existe une forme de compétition propre à sa pratique. À l’origine, le Ju no Michi est né pour des raisons bien précises, il ne souhaitait pas suivre le judo dans son évolution, à cause de sa forme principalement compétitive, qui contribuait à en faire une lutte d’opposition vide de son sens fondamental. Les premiers adhérents furent des clubs français. Le directeur technique, Maître Igor CORREA LUNA, est celui qui a développé l’aspect propre à cette forme de judo. Différentes autres organisations, en rupture avec le judo officiel, ont vu le jour dans le monde, on citera la Kano society (GB), le Zen Judo(GB et USA), le Yudo (Corée) ou encore le Judo-do (Autriche, 1947; aujourd'hui éteint).

Le terme ju no michi (柔の道) est composé de deux kanji et un hiragana signifiant « Voie de la souplesse » :

  • Ju : Souplesse
  • No : De
  • Michi : Voie

Ce terme est sensiblement identique au terme Judo à cela prêt qu'il place l'emphase sur la voie et non sur la souplesse.

Mais c'est principalement pour différencier les deux formes de pratique et éviter toute confusion que le ju no michi a été développé. En effet, bien qu'il partage les techniques avec le judo de compétition actuel, il veille à appliquer correctement des principes d'origine du judo, tels que la mobilité, l'esquive et la non-résistance, qui sont rarement respectés dans le judo de compétition. Ainsi, la pratique du Ju No Michi met en œuvre un des principes énoncés par Maître Jigoro Kano, soit : « Efficacité maximum dans l'usage de l'esprit et du corps, avec un minimum d'effort ». La force physique et l'âge du pratiquant ne sont plus des critères déterminants pour l'efficacité des techniques.

Aujourd’hui encore, les activités du Ju no Michi se déroulent régulièrement dans différents pays d’Europe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]