Józef Dwernicki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jozef Dwernicki)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Józef Dwernicki
Józef Dwernicki.PNG
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
LopatynVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Radekhiv Raion (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Conflit
Distinctions
Liste détaillée
Chevalier de la Légion d'honneur‎
Ordre de Saint-Vladimir, 3e classe (d)
Ordre de Sainte-Anne de première classe (d)
Ordre de Saint-StanislasVoir et modifier les données sur Wikidata

Józef Dwernicki, né le 19 mars 1779 à Varsovie et mort le 22 septembre 1857 à Łopatyn (dans l'actuelle Ukraine), est un général polonais, qui a notamment joué un rôle important durant l'insurrection de 1830-1831 contre la domination russe sur le Royaume de Pologne, puis parmi les membres de la Grande Émigration en France, où il a épousé la fille du peintre Jean Broc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant la période napoléonienne[modifier | modifier le code]

Dans le royaume de Pologne (1815-1830)[modifier | modifier le code]

Durant l'insurrection (1830-1831)[modifier | modifier le code]

Le 14 février 1831, il tend une embuscade aux forces russes commandées par le général Teodor Geismar, dans la région de Stoczek. Les Russes sont pris entre l'artillerie du maréchal Dybich et la cavalerie de Józef Dwernicki. La bataille de Stoczek est la première victoire de l'armée polonaise et renforce énormément leur moral pour la suite des combats. Józef Dwernicki n'a pas réussi à anéantir l'unité ennemie, mais celle-ci n'a pas pu rejoindre le reste des forces russes pour participer à la bataille de Olszynka ni à la bataille de Grochow.

Dans l'émigration en France[modifier | modifier le code]

En 1834, il épouse Marie-Louise de Broc, sa seconde épouse, la première, Julianna, étant décédée en janvier 1831.

Sur le plan politique, il se situe entre les conservateurs monarchistes dirigés par le prince Adam Czartoryski et les radicaux de la Société démocratique polonaise. Il fonde et dirige une organisation nommée Société de l'Émigration polonaise[1].

Il joue un rôle important dans les années 1842-1844 pour la fondation et les débuts de l'école polonaise de Paris (encore existante), d'abord installée à Châtillon-sous-Bagneux, puis boulevard des Batignolles.

Retour en Pologne[modifier | modifier le code]

À partir de 1848, il vit en Galicie, partie de l'ancienne Pologne annexée par l'Autriche.

Iconographie[modifier | modifier le code]

On ne recense aucun portrait de lui par son gendre, parti avec lui en Pologne[2].

  • Nicolas Eustache Maurin, lithographie reproduite ci-contre, exposée au Salon de 1833 sous le n° 2899[3].
  • David d'Angers, Portrait du général Dwernicki, médaillon en bronze (1840), Angers, Galerie David d'Angers, don de l'auteur à la ville d'Angers.
  • Jean Gigoux, Portrait du lieutenant général Dwernicki, huile sur toile, Paris, musée Eugène Delacroix (dépôt du musée du Louvre), don de l'auteur au musée du Louvre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ?, Paris, Armand Colin, 2014, page 170.
  2. Les sources polonaises lui attribuent une particule, le nommant de Broc ou de Brok.
  3. Sous le n° 2900 Maurin exposait un portrait du général Louis Michel Pac.