Joussé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Jousset, Jeusset, Jousse, Josset ou Josse.

Joussé
Joussé
La halle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Civray
Intercommunalité Communauté de communes du Civraisien en Poitou
Maire
Mandat
Lydie Noirault
2014-2020
Code postal 86350
Code commune 86119
Démographie
Gentilé Jousséens
Population
municipale
303 hab. (2016 en diminution de 11,4 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 40″ nord, 0° 28′ 17″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 171 m
Superficie 7,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Joussé

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Joussé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Joussé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Joussé

Joussé est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Joussé fait partie du pays civraisien. 87 % des usages du sol à Joussé sont dédiés à des territoires agricoles.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait de l’anthroponyme gallo-romain Justius avec le suffixe latin de propriété « -acum » devenu « -ec » puis « -é » et signifiant « domaine de Justius«[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Vienne accueille 40 000 réfugiés de Moselle, qui sont hébergés souvent chez l’habitant et répartis dans toutes les communes. Joussé accueille aussi un groupe de réfugiés en septembre 1939. En 1940, la commune doit en plus loger des soldats allemands, qui sont installés au château. Ils se livrent à quelques vexations : ordre de balayer les rues trois fois par jour[2], destruction du coq gaulois terrassant l’aigle germanique qui surmontait le monument aux morts à coups de mitraillettes[3]. Le 17 juillet 1944, une colonne de répression allemande allant à Persac est accrochée par les Résistants à Joussé : en représailles, 13 maisons sont incendiées, 12 otages pris et emmenés à la prison de la Pierre levée à Poitiers, Ils seront libérés quelques jours plus tard. Ils sont à nouveau violemment accrochés sur le chemin du retour en forêt de Lussac, et incendient une ferme à Neyrac[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Camille Savin    
mars 2008 En cours Lydie Noirault LR Conseillère départementale

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 303 habitants[Note 1], en diminution de 11,4 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210248250275334377403402393
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410418461484471490495477492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
471493444439430412414397363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
409392389409407413349345316
2016 - - - - - - - -
303--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

La densité de population de la commune est de 45 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France (Insee - 2008).

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Foret de Poitou-Charentes[11], il n'y a plus que 6 exploitations agricoles en 2010 contre 11 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 965 hectares en 2000 à 604 hectares en 2010. 53 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre un peu mais surtout du maïs pour 67 %), 11 % pour les oléagineux et 31 % pour le fourrage[11].

L'élevage d'ovins a disparu en 2010 (1 980 têtes sur cinq fermes en 2000)[11]. Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7% de 1990 à 2007[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le bourg sous la neige.
  • Le château de Joussé : la partie la plus ancienne, qui datait du XVe siècle, a été détruite. Seule subsiste la partie datant du XVIIe siècle. Le château est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques pour le bas-relief de la double porte d'entrée depuis 1928, pour la tour et la charpente depuis 1992.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  2. Roger Picard, La Vienne dans la guerre 1939/1945 : la vie quotidienne sous l’Occupation, Lyon : Horvath, 1993. 264 pages. (ISBN 2-7171-0838-6), p. 62
  3. Roger Picard, op. cit., p. 71
  4. Roger Picard, op. cit., p. 208 et 231
  5. Jean-Henri Calmon et Jean-Clément Martin (dir.), Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne en 30 questions, La Crèche, Geste éditions, coll. « 30 questions », (ISBN 2-910919-98-6), p. 63, p. 53
  6. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  12. Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013