Journée mondiale des troubles bipolaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Depuis 2015 inclus, le 30 mars est la journée mondiale des troubles bipolaires, en hommage[1] à la date de naissance de Vincent van Gogh (le 30 mars 1853), qui était lui-même atteint de cette pathologie qui touche 1  % à 2  % de la population.

Objet[modifier | modifier le code]

Les enjeux de cette journée mondiale sont nombreux[2] : lutter contre la stigmatisation et changer le regard que l’on peut avoir sur ce trouble qui est une maladie comme les autres. Faciliter l’accès aux soins et réduire le délai entre les premières manifestations du trouble et la mise en place d’un traitement adapté spécifique.

Cette journée est ainsi l’occasion d’informer un large public, et faire reculer la méconnaissance de la maladie[3].

Présentation[modifier | modifier le code]

(Résumé[4] des connaissances)

Brève description de la bipolarité[modifier | modifier le code]

Ils ont longtemps été connus sous le nom de troubles maniaco-dépressifs. Cette pathologie reste cependant très méconnue. Méconnue parce que beaucoup de personnes atteintes n'osent pas en parler avec leurs proches, encore moins leurs collègues ou ami(e)s : que leurs émotions sont "démesurées", qu'elles passent alternativement d'un état d'excitation euphorique anormale à un état léthargique et mélancolique (complètement dépressif !). Et aussi, parce que le délai avant le diagnostic est souvent trop long.

Les variations de l'humeur sont courantes, chez la plupart des personnes, mais peuvent atteindre (en absence de traitement) un niveau excessif chez les bipolaires. Les périodes de crise (vers le haut ou vers le bas) alternent avec des périodes de rémission.

Une cause avérée de suicide[modifier | modifier le code]

1 à 2 % de la population souffrirait de la forme majeure de la maladie. Dans de nombreux cas, ces troubles seraient associés à des pratiques addictives, et ils sont fortement surreprésentés parmi les auteurs de tentatives de suicide.

Facteurs de risque[modifier | modifier le code]

Le corps médical parait d'accord pour affirmer que ces troubles ne surviennent que si trois facteurs de risque sont réunis:

  • une terrain génétique propice,
  • une hypersensibilité générale,
  • la présence d'événements qui agissent comme facteur déclenchant.

La recherche progresse[modifier | modifier le code]

  • Les chercheurs ont pu établir que l'apparition de la maladie était favorisée par la présence de certains variants de plusieurs gènes (une quinzaine de gènes au moins ont été identifiés).
  • La mise au point de traitements progresse de son coté ; même si les médicaments ne peuvent pas tout, ils permettent de stabiliser de nombreux malades. Par contre, les antidépresseurs sont à manier avec précaution, car ils risquent d'aggraver le mal (en favorisant, chez les bipolaires, le virage vers l’état maniaque - euphorie excessive.
  • La journée mondiale des troubles bipolaires fournit une occasion importante de parler un peu plus de cette maladie et sensibiliser les instances concernées par son traitement.

Samedi 30 mars 2019 a eu lieu la 5ème édition de la Journée mondiale des troubles bipolaires (coorganisée, en France, par la Fondation FondaMental et l'association Argos 2001).

Programme de la journée 2019 ici[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]