Journée mondiale de l'Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La journée mondiale de l'Afrique[1],[note 1] est le jour de la commémoration annuelle de la fondation de l'Organisation de l'unité africaine (OUA, devenue Union africaine en 2002), le . Elle est célébrée en Afrique et dans le reste du monde.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le premier congrès des États africains indépendants se tient à Accra, au Ghana, le . Il est convoqué par le premier ministre du Ghana, Kwame Nkrumah, et y figurent une délégation de l'Égypte (à l'époque partie constituante de la République arabe unie), de l'Éthiopie, du Ghana, du Liberia, de la Libye, du Maroc, du Soudan, de la Tunisie et de l'Union des populations du Cameroun. L'Union d'Afrique du Sud n'est pas invitée. La conférence présente les progrès des mouvements de libération du continent en tant que symboles de la détermination des peuples d'Afrique à se libérer de la domination et de l'exploitation étrangère. Quoique le Congrès panafricain eut œuvré à des fins similaires depuis sa fondation en 1900, c'est la première fois qu'une telle réunion est organisée sur le sol africain[2].

La conférence appelle à la création d'une « journée africaine de la liberté », un jour pour « marquer chaque année le progrès du mouvement de libération et pour symboliser la détermination des peuples d'Afrique à se libérer eux-mêmes de la domination et de l'exploitation étrangère[3]. »

La conférence préfigure les réunions ultérieures des chefs d'État et de gouvernement africains, celles du « groupe de Casablanca » et du « groupe de Monrovia », qui précèderont la création de l'OUA en 1963[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cinq ans plus tard, le , des représentants de trente nations africaines se rencontrent à Addis-Abeba, en Éthiopie, accueillis par Haïlé Sélassié. À ce moment, les deux-tiers du continent ont accédé à l'indépendance, arrachée la plupart du temps à des États européens colonialistes. C'est à cette occasion qu'est fondée l'Organisation de l'unité africaine, dans le but d'encourager la décolonisation de l'Angola, du Mozambique, alors encore colonies portugaises, de l'Afrique du Sud et de la Rhodésie du Sud sous régime d'apartheid et dominées par des minorités d'origine européenne. L'organisation s'engage à soutenir l'action menée par les combattants de la liberté. Une charte est élaborée, visant à améliorer le niveau de vie dans les États membres. Haïlé Sélassié déclare « Puisse cette union durer mille ans[5] ».

La charte est signée, le , par les participants, à l'exception du Maroc[note 2]. À cette occasion, la « journée africaine de la liberté » est renommé « journée mondiale de l'Afrique »[3]. En 2002, l'OUA est remplacée par l'Union africaine. La journée mondiale de l'Afrique continue cependant à être célébrée le , en mémoire de la création de l'OUA[6].

Une femme à la peau brune et claire, portant de fines nattes africaines lui tombant sur les épaules, joue en fermant les yeux de la kora. Derrière, on peut lire sur une affiche "Africa Together".
Sona Jobarteh jouant de la kora à l'université de Cambridge à l'occasion de la Journée mondiale de l'Afrique en mai 2014.

Célébrations[modifier | modifier le code]

La journée mondiale de l'Afrique continue à être célébrée en Afrique et dans le monde[7]. Des thèmes sont mis en avant chaque année ; 2015 est ainsi consacré au développement de la femme[note 3], 2018 porte sur la lutte contre la corruption[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En anglais Africa Day, auparavant African Freedom Day et African Liberation Day.
  2. Le Maroc n'est présent qu'en tant qu'observateur à cause de la présence de la Mauritanie et du différend frontalier qui l'oppose à cette dernière[5].
  3. À l'occasion de sa célébration à New-York en 2015, le vice-secrétaire général des Nations unies, Jan Eliasson, délivre un message du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qui déclare : « Redoublons d'effort afin de donner aux femmes africaines un meilleur accès à l'éducation, au travail et aux soins de santé, ce qui accélèrera la transformation de l'Afrique[8]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Vallet, « Savez-vous pourquoi le 25 mai est la Journée de l’Afrique ? », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « The History of Africa Liberation Day », sur thetalkingdrum.com (consulté le 24 mars 2019)
  3. a et b (en) « African Liberation Day: A Celebration of Resistance », sur pambazuka.org, (consulté le 24 mars 2019)
  4. (en) « The History of Africa Day - 25 May », South African History Online, (consulté le 24 mars 2019)
  5. a et b (en) « 1963: African States Unite Against White Rule », BBC (consulté le 24 mars 2019)
  6. (en) Simon Allison, « Africa Day: Is the African Union worth celebrating? », Daily Maverick,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2019)
  7. (en) « Kakadu for Africa Day celebrations », The Nation,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2019)
  8. (en) « Africa Day 2015 Celebrated in New York », United Peace Federation, (consulté le 24 mars 2019)
  9. « Message du Président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, à l'occasion de la Journée de l'Afrique, sur le thème « Vaincre la corruption : une voie durable pour la transformation de l’Afrique » », Addis Abéba, Éthiopie, Union africaine,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :