Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines
Image illustrative de l'article Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines

Type Journée internationale
Date 6 février
Lié à Convention relative aux droits de l'enfant, Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes

La Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines (MGF) est celle qu'en décembre 2012, l'Assemblée générale de l'ONU a engagé « les États, le système des Nations Unies, la société civile et tous les acteurs concernés » à continuer de célébrer le 6 février. L'Assemblée générale les engageait aussi à saisir l'occasion de cette journée pour intensifier les campagnes de sensibilisation et prendre des mesures contre ces mutilations[1].

C'est d'abord le 6 février 2003 que Stella Obasanjo (en), première dame du Nigeria et porte-parole de la Campagne contre la mutilation génitale féminine (en), fit la déclaration officielle sur la « tolérance zéro aux MGF » lors d'une conférence organisée par le Comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles ayant un effet sur la santé des femmes et des enfants en Afrique (en)[2].

6 février 2015 - Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines. Dans son message à cette occasion, le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon a déclaré: « Je suis sincèrement impressionné par les initiatives prises par des professionnels du secteur de la santé qui refusent de pratiquer les excisions et plaident activement pour que cette pratique soit abandonnée, forts du soutien reçu grâce au programme conjoint FNUAP-UNICEF de lutte contre les mutilations/ablations génitales. Si tout le monde se mobilise – femmes, hommes et jeunes – il sera possible, en une génération, de mettre fin à une pratique qui affecte quelque 130 millions de filles et de femmes, dans les 29 pays pour lesquels nous disposons de statistiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résolution adoptée par l'Assemblée générale le 20 décembre 2012 : 67/146. Intensification de l'action mondiale visant à éliminer les mutilations génitales féminines », sur un.org,‎ .
  2. (en) Binta Bah, « Zero Tolerance to FGM Means FGM Should Not Be Tolerated », Daily News,‎ (lire en ligne)