Journée défense et citoyenneté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Exemple de certificat d'une JAPD.

La Journée défense et citoyenneté (JDC), dénommée jusqu'en 2011[1] Journée d'appel de préparation à la défense (JAPD), est une journée d'appel instituée en 1997 en France dans le cadre de la réforme du service national portée par Jacques Chirac au cours de son premier mandat de président de la République. Cette réforme très importante a marqué la suspension du service militaire obligatoire.

La JDC est la troisième étape du parcours de citoyenneté obligatoire pour tous les jeunes de nationalité française : la première étape est l'enseignement de défense dispensé en classe de troisième dans le cadre des cours d'enseignement moral et civique ainsi qu'en classe de première dans le cadre des cours d'éducation civique, juridique et sociale, la seconde étape étant le recensement obligatoire en mairie.

L'objectif de cette journée est d'aborder différentes problématiques dont les principales sont la citoyenneté et les questions liées à la Défense. La JDC vise également à favoriser le recrutement dans les différentes armées et services du Ministère des Armées ou dans la réserve militaire.

Recensement[modifier | modifier le code]

Le recensement citoyen est obligatoire pour tous les jeunes Français âgés d'au moins 16 ans. Ce recensement s'effectue auprès de la mairie du domicile du jeune ou bien du consulat. Une attestation de recensement est remise au jeune, celle-ci est valable jusqu'à la participation à la journée défense et citoyenneté et au maximum jusqu'à l'âge de 18 ans.

Pour réaliser le recensement citoyen obligatoire, les mairies doivent utiliser un logiciel métier spécifique qui doit pouvoir exporter un fichier appelé Pecoto+. Il en existe des payants et des gratuits.

Convocation[modifier | modifier le code]

À l'issue du recensement du jeune Français, son dossier est transmis au Centre du service national de sa zone de résidence. La convocation est généralement délivrée entre 10 mois et 1 an après la date de recensement. Le lieu et la date à laquelle se déroulera la JDC sont fixés en fonction des places disponibles sur les différents sites d'accueil. En cas d'empêchement, une seconde date peut être proposée, parfois même une troisième pour certains cas exceptionnels.

Public[modifier | modifier le code]

La Journée défense et citoyenneté est obligatoire pour les citoyens de nationalité française résidant en France ou à l'étranger. Elle s'adresse à un public jeune, de 16 à 25 ans[2].

Certificat de participation[modifier | modifier le code]

À l'issue de la journée, un certificat individuel de participation est remis à l'appelé. En France, ce document doit être présenté lors de l'inscription à toute épreuve, concours, examen soumis au contrôle de l'autorité publique, notamment le baccalauréat, le permis de conduire et les concours de la fonction publique, au même titre que l'inscription dans une université publique, qui requiert également le dit certificat.

Adoption de la Loi[modifier | modifier le code]

La JAPD a été rendue obligatoire après un long processus législatif. D'abord perturbé par la dissolution de l'Assemblée nationale (par Jacques Chirac), puis par l'arrivée d'une majorité PS, son vote a été difficile.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La Journée défense et citoyenneté s'étend sur une durée de h 30. Les jeunes appelés sont répartis par groupe de 45 à 50 environ, en fonction de la capacité du site d'accueil. Chaque groupe est encadré par un personnel du Centre du service national et par deux animateurs militaires ou civils. La journée débute par le discours d'accueil du chef de session qui est également un personnel du Centre du service national. Trois modules d'environ une heure chacun, dont les noms sont attribués par le Secrétariat général pour l'administration et qui portent les dénominations officielles suivantes, sont proposés tout au long de la journée :

  • module 1 : nous vivons dans un monde instable : une défense nécessaire
  • module 2 : une réponse adaptée : notre appareil de défense
  • module 3 : vous avez un rôle à jouer : un engagement citoyen

Un test d'évaluation des acquis fondamentaux de la langue française est proposé aux appelés. Ce test conçu par le Ministère de l'Éducation nationale comporte cinq épreuves : deux épreuves de vocabulaire, deux épreuves de compréhension de texte et une épreuve de rapidité.

Au cours du module 3, dédié aux carrières et opportunités professionnelles au sein des armées et des services, les animateurs présentent également la réserve militaire et le service civique.

Depuis , un module relatif à la sécurité routière a été intégré à cette journée. Un module dit « information jeunesse citoyenne » a également été mis en place.

Une activité défense et sécurité d'une heure est proposée aux jeunes au cours de laquelle ils auront la possibilité, en fonction du site d'accueil, de bénéficier d'une présentation d'équipements militaires.

Le déjeuner et une collation sont offerts aux jeunes appelés.

Neutralité d'opinion, comportement et apparence vestimentaire[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps en 2004, le Ministère de la Défense nie l'existence du phénomène et se limite à rappeler la non applicabilité de la loi 2004-228 du 15 mars 2004 interdisant, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics alors que certaines cessions sont organisées dans des lycées publics[3],[4]. Désormais, le principe de neutralité d'opinion politique, philosophique ou religieuse s'applique de manière stricte. Aucun signe d'appartenance à un groupe ou mouvement à caractère politique, philosophique ou religieux ne peut être exhibé durant la journée sous peine d'exclusion. Il est également demandé aux participants de « s'abstenir d'organiser toute manifestation ou action de propagande philosophique, religieuse ou syndicale et de participer à celle-ci »[5]. « Le port d'une coiffe de quelque nature que ce soit est interdit à l'intérieur des locaux. » Article 7 alinéa 4 du règlement intérieur de la Journée Défense et Citoyenneté[6]. L'article R112-15 alinéa 1 du code du service national ajoute:« Les appelés du service national doivent : (…) se conformer aux instructions du personnel d'encadrement (…) »[7]. Le tribunal administratif de Paris, le (Madame Diara Bousso MAR contre ministre de la défense) a considéré que le port du foulard pouvait être un motif d’exclusion de la JDC, car les participants « sont soumis au principe de laïcité et neutralité du service public auquel ils participent durant cette journée ». [8] La loi du confortant le respect des principes de la République s'inscrit dans cette jurisprudence et dans les textes précités. En effet, son article premier prévoit expressément: « (…) un service public (…) est tenu (…) de veiller au respect des principes de laïcité et de neutralité du service public. Il prend les mesures nécessaires à cet effet et, en particulier, il veille à ce que (…) les personnes sur lesquelles il exerce une autorité hiérarchique ou un pouvoir de direction, lorsqu’ils participent à l’exécution du service public, s’abstiennent notamment de manifester leurs opinions politiques ou religieuses (…) ». L'article 433‑3‑1 du code pénal est créé: « Est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende le fait d’user de menaces ou de violences ou de commettre tout autre acte d’intimidation à l’égard de toute personne participant à l’exécution d’une mission de service public, afin d’obtenir pour soi‑même ou pour autrui une exemption totale ou partielle ou une application différenciée des règles qui régissent le fonctionnement dudit service »[9].

Au demeurant, les textes réprimant la discrimination ne trouvent pas à s'appliquer car l'article 225-3 du code pénal en son alinéa 4 prévoit expressément une dérogation pour les situations où s'organise « la promotion de l'égalité des sexes »[10]. Durant cette journée en effet, « les Français reçoivent un enseignement (…) respectueux de l'égalité entre les sexe » ainsi qu' « une information consacrée à l'égalité entre les femmes et les hommes »[11].

Sanctions en cas de non-respect des textes applicables[modifier | modifier le code]

Les convoqués admis en session sont soumis à statut particulier : ils ont la qualité d'"appelé du service national"[12]. L'existence et le contenu du règlement de la journée est évoqué pendant le discours d'accueil. Le non-respect des règles édictées entraîne l'exclusion de l'appelé quelle que soit l'heure d'avancement de la journée. Le fautif se trouve alors en position irrégulière vis-à-vis de ses obligations envers le service national, ce qui l'empêche de se présenter à un examen, cursus ou concours soumis au contrôle de l'autorité publique. Il lui appartient alors de solliciter le centre du service national compétent afin de régulariser sa situation, une nouvelle convocation lui sera fixée. Une habitante de Nantes s'est présentée voilée à la caserne Richemont, le pour assister à la Journée Défense et Citoyenneté à laquelle elle était convoquée. Bien que les responsables lui aient rappelé les textes applicables du Code du service national[13] et la note du Ministère de la Défense (voir supra) ne lui permettant pas de pénétrer dans l'enceinte militaire dans cette tenue, celle-ci a pris place dans un bâtiment [14],[15],[16]. Refusant de quitter définitivement le site et de suivre le personnel du Ministère de la Défense, elle s'est rebellée, aurait mordu un militaire qui tentait de la maitriser[17] tout en proférant des insultes. La police nationale alertée l'a finalement évacuée avant de la placer en garde à vue où elle a souhaité l'explosion d'une bombe à Nantes. Elle a été jugée et condamnée en par le tribunal correctionnel de Nantes à 4 mois de prison avec sursis et de 105 heures de travaux d'intérêt général.[18],[19]

Cas particuliers[modifier | modifier le code]

Français établis hors de France / Expatriés[modifier | modifier le code]

À l'étranger, des Journées défense et citoyenneté gérées par le Centre du Service national de Perpignan.[20] Elles sont aménagées (voire supprimées dans certains cas) en fonction des contraintes du pays de résidence. Il sera alors remis au participant, selon les cas, un certificat de participation ou une attestation certifiant de la régularité de leur situation. Ceux qui n'ont pu participer à une journée Défense et citoyenneté et reviennent en France avant leurs 25 ans, doivent demander à l'organisme du service national dont ils relèvent à régulariser leur situation en participant à une journée organisée en France[21].

Pour les doubles nationaux franco-suisses, les hommes ont le choix entre faire la JDC et le service militaire/civil. L'option par défaut correspond à leur pays de résidence principale.[22]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article 2 de la loi no 2010-241 du 10 mars 2010 relative au service civique, sur Légifrance ; dossier législatif, sur le site du Sénat
  2. Journée défense et citoyenneté (ex-JAPD) sur service-public.fr
  3. « Laïcité dans le cadre de la journée d'appel et de préparation à la défense », sur Senat, (consulté le )
  4. « Organisation des journées d'appel de préparation à la défense », sur Senat, (consulté le )
  5. Légifrance Art.R. 112-15 du code du service national
  6. « INSTRUCTION N° 2000/DEF/SGA/DSN/SDDC/BR relative à l’organisation et à la mise en œuvre de la journée défense et citoyenneté », sur Légifrance, (consulté le )
  7. « Article R112-15 du code du service national », sur Légifrance, (consulté le )
  8. http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/finances/Communiques_de_presse/Enquete_JDC_fusionnee.pdf page 17 »
  9. « Loi du 23 juillet 2021 confortant le respect des principes de la République - JO du 25 août 2021 », sur Legifrance, (consulté le )
  10. « article 225-3 du code pénal », sur Légifrance, (consulté le )
  11. « article L114-3 code du Service National », sur Légifrance, (consulté le )
  12. https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000030949323&cidTexte=LEGITEXT000006071335&dateTexte=20190630
  13. https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071335&idArticle=LEGIARTI000006557042
  14. http://www.opex360.com/2015/11/24/journee-defense-citoyennete-mouvementee-nantes
  15. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/la-journee-defense-et-citoyennete-elle-refuse-de-quitter-son-niqab-3862794
  16. J.U., « Nantes: Elle refuse d’enlever son voile et se rebelle pendant sa journée d’appel », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Nantes : elle refuse de retirer son voile et envoie tout valser lors de la Journée Citoyenneté », sur rcalaradio.com (consulté le ).
  18. « Travail d'intérêt général (TIG) », sur public.fr (consulté le ).
  19. « Nantes. Elle refusait d'ôter son voile : 4 mois de prison avec sursis », sur maville.com (consulté le ).
  20. Lettre du consulat général de France.
  21. Service national : recensement et Journée Défense et Citoyenneté, sur le site du ministère des Affaires étrangères
  22. (de) Der Bundesrat, « Startseite », sur www.admin.ch (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]