Joseph de Leonessa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Joseph de Leonessa
Image illustrative de l'article Joseph de Leonessa
St Joseph de Leonessa avec St Fidèle de Sigmaringen par Tiepolo
Religieux
Naissance
Leonessa, Latium
Décès (à 56 ans) 
Amatrice
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Canonisation 1737
par Benoît XIV
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 4 février
Saint patron de la ville de Leonessa

Saint Joseph de Leonessa ou en italien San Giuseppe da Leonessa (Eufranio Desiderio), - est né à Leonessa, en Italie.

Jeunesse et vocation[modifier | modifier le code]

Tout enfant déjà, il était très préoccupé de religion, dressant de petits autels où il incitait ses compagnons à venir prier avec lui, pratiquant jeûnes et mortifications.

Il fut élevé par son oncle, qui souhaitait lui faire faire un beau mariage, mais, à l'âge de 16 ans, Joseph tomba malade. Dès qu'il fut guéri, sans prévenir sa famille, il rejoignit les Frères mineurs capucins, et effectua son noviciat près d'Assise.

Il fut un religieux remarquable, pratiquant l'austérité et l'abstinence. Il parlait de son corps comme d'un âne qu'il n'était pas utile de nourrir comme une noble monture, et qu'il fallait fustiger comme le frère âne qu'il était.

À Constantinople[modifier | modifier le code]

En 1587, Joseph fut envoyé, par le supérieur de son ordre, à Constantinople, afin d'aller soutenir les chrétiens emprisonnés par les Ottomans. Lui et ses compagnons furent logés à Galata dans les locaux du Lycée Saint-Benoît, qui étaient abandonnée il y a peu en raison d'une épidémie de peste. Ils y vécurent dans une grande pauvreté.

Les Turcs, étonnés par la rigueur des mœurs des frères et par leur misère, vinrent en grand nombre voir ces étranges missionnaires. Joseph et ses compagnons partaient tous les jours en ville, pour prêcher, annonçant l'Évangile aux captifs, avec une telle ardeur qu'il se retrouvèrent bientôt en prison, et ne durent leur libération qu'à l'émissaire de Venise qui plaida leur cause.

Il poussa le zèle missionnaire jusqu'à se rendre au palais de Topkapi et demander au sultan Murad III en personne de se convertir au christianisme. Celui-ci le fit aussitôt arrêter et le condamna à mort. Pendant trois jours, il fut suspendu à une potence, retenu par deux crochets aux mains et aux pieds. La légende raconte qu'il aurait été délivré par un ange.

Retour en Italie[modifier | modifier le code]

Joseph rentra en Italie emmenant avec lui un archevêque grec qui avait apostasié, et réintégré l'Église Catholique en arrivant à Rome.

Là, dans son pays, Joseph continua à prêcher, souvent plusieurs fois par jour. Il avait aussi un grand souci des pauvres : en 1600, alors qu'il prêchait le Carême à Otricoli, ville située sur la route du pèlerinage vers Rome, il observa la misère des foules et s'employa à les nourrir et à les soigner. À Todi, il cultivait lui-même un jardin potager pour nourrir les nécessiteux avec sa récolte.

Joseph mourut à Amatrice en 1612.

Canonisation[modifier | modifier le code]

  • Joseph de Leonessa a été déclaré bienheureux le 19 juin 1737 par le pape Clément XIII
  • Sa fête est le 4 février selon le calendrier franciscain.

Vénération[modifier | modifier le code]

À Leonessa, dont il est le saint patron, existe le sanctuaire San Giuseppe da Leonessa où il est vénéré. La rue principale porte aussi son nom. Dans l'église San Lorenzo Novo se trouve un portrait de Joseph.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Abrégé historique de la vie du père Joseph de Leonessa..., Meaux, F. Alart, 1738.