Joseph Yves Limantour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Yves Limantour
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Enfant
José Yves Limantour (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Joseph Yves Limantour, né en 1812 à Plœmeur (Morbihan) et mort en 1885 à Mexico, est un armateur de commerce français opérant en Californie et au Mexique.

Biographie[modifier | modifier le code]

À partir de 1832, Joseph Yves Limantour cabote le long de la rive Pacifique de l'Amérique, puis principalement entre le Mexique et la Californie[1]. En 1841 son bateau s'échoue sur une plage de Point Reyes du comté de Marin, au nord de San Francisco, plage qui porte désormais son nom[2].

Durant la guerre qui oppose le Mexique et les États-Unis, il fournit au gouverneur, Manuel Micheltorena, des armes et munitions. En paiement, il obtient un grand nombre de terrains situés en bordure de la baie de San Francisco[3]. Il est dans les meilleurs termes avec le représentant de la France. Avec la montée du conflit entre le Mexique et les États-Unis, Joseph Limantour essaye de faire de la contrebande d'armes[1] mais il en est dissuadé par la marine de guerre américaine.

Le traité de Guadeloupe Hidalgo maintient les droits antérieurs à l'annexion par les États-Unis en 1856, mais, du fait de l’afflux de population provoqué, notamment, par la ruée vers l'or, le mètre carré a atteint des valeurs prodigieuses. Ses titres sont acceptés au début, mais ce ne sont que des copies dont les originaux ont disparu. Certains habitants paient, d’autres intimident et même assassinent les témoins. Finalement, en 1858, la Cour Fédérale qui avait fait appel de la décision de la Commission des Terres qui avait examiné et validé les titres en 1856, conclut à une fraude mais la controverse subsiste.

Il est le père de José Yves Limantour[3] (1854-1935), ministre des finances du Mexique et de Julio, né en 1863.

La baie Limantour (en anglais : Limantour Bay), près de San Francisco, est baptisée en hommage à Joseph Yves Limantour[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Explorateurs bretons. Le rêve américain des Limantour », sur le site Le Télégramme,‎ (consulté le 9 décembre 2016).
  2. (en) « Limantour Beach in Point Reyes Station, California », sur le site California Beaches (consulté le 16 décembre 2016).
  3. a, b et c « Ce Lorientais posséda la moitié de San Francisco », sur le site lorient.maville.com,‎ (consulté le 9 décembre 2016).

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Quernin et Alain Terras, « Quand San Francisco appartenait à un Plœmeurois », Les cahiers du pays de Plœmeur, no 10,‎ , p. 22-27 (ISSN 1157-2574)
  • Philippe Argouarch, Un Breton en Californie: comment Joseph Yves Limantour devint propriétaire de San Francisco. In : ArMen, n° 130, septembre-octobre 2002. Vérifié le 9 août 2012.
  • Georges Quernin, « Quand San Francisco appartenait à un Plœmeurois : quelques précisions concernant la famille de Joseph Limantour », Les cahiers du pays de Plœmeur, no 14,‎ , p. 20-22 (ISSN 1157-2574)