Joseph Weinberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weinberg.
Joseph Weinberg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Joseph Woodrow Weinberg (1917 à New York[1] - ) est un physicien américain qui a participé au Projet Manhattan. Sa carrière est sérieusement perturbée à la suite d'accusations infondées d'activités contre les États-Unis par l'HUAC. Il s'est néanmoins distingué par ses travaux en optique appliquée et en enseignement universitaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'obtention de son baccalauréat universitaire ès sciences au City College of New York en 1936, il obtient son doctorat en 1943 à l'Université de Californie à Berkeley[1], sous la direction de Robert Oppenheimer[2] (qui le considère comme l'un de ses plus brillants étudiants à l'époque[3]). Jusqu'en 1947, il travaille au Radiation Laboratory[1] avant d'accepter un poste d'enseignement à l'université du Minnesota[4].

À la même époque, il est cependant accusé d'être un communiste par l'HUAC et d'avoir livré des secrets atomiques à des agents communistes en 1943[4], alors qu'il travaille au Projet Manhattan[5]. Il témoigne à deux reprises devant le comité. Après son refus de le faire une troisième fois, il est accusé d'outrage au tribunal, puis renvoyé de l'université. En 1953, un grand jury rend un verdict en sa faveur, mais l'université refuse de le rembaucher[6].

Plus tard en 1953, il obtient un emploi dans une société d'optique, où il met au point des verres correcteurs en plastique et une visière pour les casques de pilotes d'avions de l’US Air Force. Par la suite, il met au point les premiers verres progressifs fabriqués commercialement.

En 1959, il reprend sa carrière universitaire en acceptant un poste à l'université Case Western Reserve. Il y retrouve Gerald Tauber avec lequel il avait commencé à travailler sur la stabilité gravitationnelle des naines blanches lorsqu'il était à l'université du Minnesota. En janvier 1958, ils soumettent ensemble un article sur le sujet (Internal State of a Gravitating Gas[article 1]) qui ne sera accepté qu'en mai 1961. Durant son séjour à l'université Case Western Reserve, il encadre quatre doctorants[7]. L'un d'eux, Clyde Bratton, travaille sur la résonance magnétique nucléaire en collaboration avec Amos Hopkins du département d'anatomie de l'université. L'étude, qui porte sur la mesure du temps de relaxation transversale des protons des muscles de grenouille, est publiée dans Science en 1965 (Nuclear Magnetic Resonance Studies of Living Muscle[article 2]). Parmi les trois autres étudiants, deux ont travaillé en théorie en physique des particules et un en relativité[7].

En 1970, l'université de Syracuse l'embauche comme professeur[6].

Il prend sa retraite en 1984[6].

Il meurt le d'un cancer[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c [PDF] (en) Fickinger William, chap. 11 « Theory at Western Reserve », dans Physics at a Research University : Case Western Reserve 1830-1990, Case Western Reserve University, (ISBN 0-9773386-0-6, lire en ligne), p. 141
  2. Bird et Sherwin 2006, p. 167-169.
  3. Bird et Sherwin 2006, p. 169.
  4. a et b (en) University of Minnesota, « The Cold War hits Minnesota », School of Physics & Astronomy, no 9,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  5. Bird et Sherwin 2006, p. 181, 245.
  6. a b et c (en) AP, « Obituaries in the News », The Associated Press,‎ (lire en ligne)
  7. a et b [PDF] (en) Fickinger William, chap. 11 « Theory at Western Reserve », dans Physics at a Research University : Case Western Reserve 1830-1990, Case Western Reserve University, (ISBN 0-9773386-0-6, lire en ligne), p. 142
  8. Life In Legacy - Week of October 26, 2002

Articles scientifiques[modifier | modifier le code]

  1. (en) G. E. Tauber et Joseph Weinberg, « Internal State of a Gravitating Gas », Physical Review, vol. 122, no 4,‎ , p. 1342–1365 (DOI 10.1103/PhysRev.122.1342)
  2. (en) Clyde B. Bratton, Amos L. Hopkins et Joseph W. Weinberg, « Nuclear Magnetic Resonance Studies of Living Muscle », Science, vol. 147,‎ , p. 738–739 (DOI 10.1126/science.147.3659.738)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]