Joseph Thonet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Victor Thonet
Nom de naissance Joseph
Naissance
Décès
Nationalité Drapeau : Belgique Belge
Pays de résidence Belgique
Profession
voyageur de commerce
Activité principale
homme politique
Autres activités
Résistant, militant communiste
Conjoint
Marie Thonet-Lecharlier dite Célinie (1885-1967)
Descendants

Victor Joseph Vincent Thonet (plus connu sous son pseudonyme de Joseph Thonet, né à Huy le et y est décédé le était un homme politique et un résistant belge, membre de l'Armée belge des partisans. Militant communiste, il fonde la section hutoise du Parti communiste de Belgique.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1897 à 1920, Joseph Thonet est membre de la jeune garde socialiste de Huy. En 1903, il est délégué à la fédération hutoise du POB. Fédération dont il devient le secrétaire en 1906. Il s'investit principalement dans son organe de propagande et publie ses pamphlets dans le journal l'Exploité. En 1915, il est arrêté et déporté. Après-guerre, il reprend ses fonctions, des tensions naîtront sur des questions de ligne éditoriale à donner au journal. Il démissionne du POB le . Il fonde Les Amis de l'Exploité, un organe dissident. Le , il fonde la section hutoise du PCB[1]. suite aux élections provinciales de 1936, le POB et le Parti communiste de Belgique font alliance pour gouverner la province de Liège, Thonet est élu député permanent, il le restera jusque 1949.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il intègre l'Armée belge des partisans. Il coordonnera les unités de la région de Huy-Waremme. Le , les allemands viennent à son domicile pour procédé à son arrestation mais il parvient à s'enfuir. Son épouse est arrêtée et sera détenue au Fort de Huy jusqu'à sa libération qui surviendra le . À la suite de cet épisode, Joseph Thonet vivra dans la clandestinité jusqu'à la fin de la guerre. Il sera alors nommé Chef d'Etat-major de l'Armée belge des partisans pour le Hainaut[2].

Son fils, Victor Thonet sera arrêté le , il sera fusillé au Tir national à Bruxelles, le [3]. L'épouse de Victor, sa belle-fille, Mariette Verstichel, sera arrêtée en 1944 et déportée à Ravensbruck. Le couple avait deux enfants[4].

Sa fille, Micheline, à la suite du décès de son frère, entrera dans la résistance. Elle sera arrêtée le et détenue durant sept mois à la prison de Huy d'où elle sera libérée par la résistance[5].

Reconnaissances[modifier | modifier le code]

  • Une rue porte son nom à Huy (Rue Joseph Thonet).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]