Joseph Morand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morand (homonymie).
Joseph Morand
Image illustrative de l'article Joseph Morand

Naissance
Allemans (Dordogne)
Décès (à 55 ans)
Boizenburg (Allemagne)
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme infanterie
Grade Général de division
Années de service 1774-1813
Distinctions Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur

Joseph Morand, né le à Allemans (Dordogne), mort le à Boizenburg (Allemagne), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Paque à Mussidan.

Il entre en service le 20 janvier 1774, comme volontaire dans le régiment de Guyenne-infanterie, et le 6 juin 1776, il passe en qualité de cadet gentilhomme dans le régiment de Picardie. Il est nommé successivement sous-lieutenant le 2 juin 1777, lieutenant en second le 16 juin 1780, lieutenant en premier le 10 septembre 1783 et capitaine le 15 juillet 1787. Il quitte le service en 1788.

Rattrapé par la Révolution, il commande la Garde nationale du canton de Mussidan en 1789, avant de reprendre du service le 21 septembre 1791, comme capitaine dans le régiment de Bourbon-infanterie. Le 20 août 1792, il devient aide de camp du général Ruault, et il fait en cette qualité la campagne de l’armée des Ardennes et de celle du Nord.

Après le siège de Maastricht en février 1793, il parvient à sauver, pendant la nuit, trois bataillons qui étaient restés dans la ville de Tongres, cernée par quatorze mille Autrichiens, et à faire évacuer tous les magasins qui s’y trouvaient. Il se signale de nouveau le 18 mars suivant à la bataille de Neerwinden, où il a trois chevaux tués sous lui et il reçoit deux blessures graves. Il reste néanmoins quatre heures sur le champ de bataille, il parvient à réunir 1 200 tirailleurs, et prenant leur tête, il arrête la progression de l’ennemi. Il est nommé adjudant-général le 26 mars 1793, et à la fin de la campagne, il est affecté à l’armée des Pyrénées occidentales, où il fait les guerres de l’an II et de l’an III.

Le 17 octobre 1794, avec deux cents hommes d’avant-garde, il met en déroute, dans la vallée d’Ochagavía deux mille Espagnols placés dans des positions avantageuses, les poursuit pendant deux heures, et rejoint ensuite sa colonne restée en arrière. Cette affaire lui mérite le grade de général de brigade le 14 novembre 1794. Le 25 novembre suivant, il fait partie de la division Marbot, avec laquelle il participe à l’enlèvement de vive force des cantonnements d’Olague. Dans cette engagement, il prend à l’ennemi soixante mille cartouches d’infanterie, et 2 600 Espagnols sont tués ou faits prisonniers.

En l’an IV, il est envoyé à l’armée de l'Intérieur, et de l’an V à l’an VII, il fait les guerres à l’armée de Sambre-et-Meuse. Il est nommé général de division le 27 avril 1800, et commandant de Paris sous les ordres du général Lefebvre.

En l’an VIII, il est employé comme inspecteur général d’infanterie à l’armée d’Italie avant de se voir confier par le premier Consul le commandement de la 23e division militaire en Corse.

Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 11 décembre 1803, et commandeur de l’ordre le 14 juin 1804. Il est nommé baron de l'Empire le 15 août 1810.

Rappelé de Corse le 21 juillet 1812, pour faire partie de l’expédition de Russie, il prend le commandement de la 34e division d’infanterie du 11e corps de la Grande Armée. Le 24 mars 1813, il commande la 1re division du 1er corps d’armée lorsqu’il est blessé mortellement d’un coup de boulet devant Lunebourg le 2 avril suivant, au moment où il dirigeait sa division sur les colonnes ennemies.

Il meurt le 5 avril 1813 à l’hôpital de Boizenburg.

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • D'azur au chevron d'argent, accompagné en chef de deux étoiles du même et en pointe d'une épée haute d'or, au comble du même chargé de trois lionceaux de sable. Franc-quartier des Barons titrés de l'armée brochant au neuvième de l'écu - Livrées : bleu, blanc, jaune, rouge, noir.

Dotations[modifier | modifier le code]

  • Le 15 août 1810, dotation de 2 000 francs de rente annuelle sur la Westphalie.

Sources[modifier | modifier le code]