Joseph Mbaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mbaye.
Joseph Mbaye
Fonctions
Ministre de l'Économie rurale
Ministre des Transports et Télécommunications
Prédécesseur Alioune Tall
Successeur Alioune Badara Mbengue[1]
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Rufisque, Afrique-Occidentale française Afrique-Occidentale française (AOF)
Date de décès
Lieu de décès Dakar
Nationalité Drapeau du Sénégal Sénégal
Parti politique BDS, BPS
Profession Instituteur

Joseph Mbaye (1911-1997), instituteur et homme politique sénégalais, est un ancien ministre – avant et après l'indépendance – qui partagea le sort de Mamadou Dia lors de la crise politique de décembre 1962 qui opposa celui-ci au président Senghor.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Rufisque, Joseph Mbaye fréquente d'abord l'École primaire supérieure Blanchot de Saint-Louis, puis est admis à l'École normale William Ponty de Gorée en 1928 et en sort major de promotion en 1931. C'est là qu'il se lie avec Mamadou Dia, né la même année que lui.

De 1932 à 1943 il exerce le métier d'instituteur.

Le Joseph Mbaye est élu conseiller territorial du Bloc démocratique sénégalais (BDS) de Thiès. Il sera réélu le .

Lorsque Pierre Lami et Mamadou Dia deviennent respectivement président et vice-président du Conbeil de Gouvernement, Joseph Mbaye est nommé ministre de l'Économie rurale dans le gouvernement du 20 mai 1957. Il conserve cette fonction jusqu'en 1962, au fil des remaniements ministériels et de l'accession à l'indépendance (1960). Le il est nommé ministre des Transports et des Télécommunications[2].

En 1962 le conflit ouvert entre le président de la République Léopold Sédar Senghor et le président du Conseil de Gouvernement Mamadou Dia aboutit le à l'arrestation de Dia et de quatre de ses compagnons, Valdiodio Ndiaye, Ibrahima Sarr, Joseph Mbaye et Alioune Tall. Comme Ndiaye et Sarr, Joseph Mbaye est condamné le à vingt années de réclusion criminelle et transféré au centre pénitentiaire spécial de Kédougou[3]. Il est libéré en 1971 pour raisons de santé.

Il meurt à l'Hôpital principal de Dakar le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministre des Travaux publics et des Transports
  2. Gouvernements du Sénégal de 1957 à 2007 (Site Équité et égalité de genre au Sénégal, Laboratoire GENRE Université Cheikh Anta Diop, Dakar) [1]
  3. Joseph Roger Benoist, Léopold Sédar Senghor, Paris, Beauchesne, coll. « Politiques et chrétiens », , 302 p. (ISBN 978-2-7010-1378-7 et 270101378X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Babacar Ndiaye et Waly Ndiaye, Présidents et ministres de la République du Sénégal, Dakar, 2006 (2e éd.), p. 271 Document utilisé pour la rédaction de l’article

filmographie[modifier | modifier le code]

  • Valdiodio N'diaye : l'indépendance du Sénégal, un film de Eric Cloué et Amina N'Diaye Leclerc, Médiathèque des Trois Mondes, 2000
  • Président Dia, un film de Ousmane William Mbaye, Les Films Mama Yandé et Ina, 2013 - [vidéo] Visionner la vidéo sur YouTube

Articles connexes[modifier | modifier le code]